Press "Enter" to skip to content

Tradition. Rencontre avec Astrid Martig, premier violon du SYSO

CHINE ANCIENNE > Tradition

Astrig Martig, premier violon du SYSO. (Photo : Shenyunperformingarts.org)

Depuis qu’elle a été nommée premier violon de l’orchestre de Shen Yun en 2012, Astrid Martig a donné des centaines de représentations dans le monde entier. Elle s’est produite au Carnegie Hall de New York, au Kennedy Center de Washington, au Four Seasons de Toronto, au Festival Hall de Baden-Baden, au Burgtheatre de Vienne, au Tokyo Opera City Concert Hall et dans de nombreux autres lieux célèbres. Sa grande musicalité et sa maîtrise étonnante du violon ont enchanté plus d’un million de spectateurs.

Née en Allemagne, Mlle Martig a étudié avec Stefan Czermak, l’un des meilleurs solistes et professeurs de violon d’Europe, lui-même élève du légendaire violoniste russe Leonid Kogan. Elle a ensuite étudié au Conservatoire de musique Leopold Mozart d’Augsbourg, à l’Université de musique de Hanovre et à l’Université de musique de Nuremberg. À Nuremberg, elle a étudié avec Daniel Gaede, ancien premier violon de l’Orchestre philharmonique de Vienne. Elle a remporté de nombreux prix nationaux et premières places, et s’est produite dans des festivals de musique internationaux dans toute l’Europe. Elle a été membre de l’orchestre de l’opéra de Kiel, de l’orchestre symphonique de Hambourg et de l’orchestre philharmonique de la radio d’Allemagne du Nord avant de rejoindre le SYSO à New York.

Leeshai Lemish, le maître de cérémonie de Shen Yun, a eu l’opportunité d’échanger avec Mlle Martig juste après sa dernière représentation au Carnegie Hall avec l’orchestre symphonique de Shen Yun.

LL : Merci d’avoir accepté cet entretien. Tout d’abord, félicitations pour votre prestation de cet après-midi ! Les sons étaient riches et les styles variés. J’ai particulièrement apprécié la musique sur l’empereur Kangxi, très majestueuse. La réaction du public a été formidable et vous avez joué plusieurs rappels. Qu’est-ce que cela fait d’être sur la scène du Carnegie Hall en tant que premier violon de l’Orchestre Symphonique de Shen Yun ?

AM : C’est un privilège unique de pouvoir retourner au Carnegie Hall chaque année depuis les débuts de Shen Yun en 2012. C’est une merveilleuse expérience que de pouvoir jouer de grands classiques ainsi que la musique originale de Shen Yun avec les musiciens exceptionnels de l’Orchestre Symphonique de Shen Yun, sur cette scène historique. De nombreux solistes, orchestres et chefs d’orchestre parmi les plus grands du monde se sont produits ici au cours des cent dernières années, et c’est un honneur de poursuivre cette tradition d’excellence avec l’Orchestre Symphonique de Shen Yun. J’aime beaucoup jouer ici.

LL : Remontons plus loin dans le temps. Comment avez-vous commencé à jouer du violon ?

AM : Quand j’avais 3 ans, j’ai commencé la danse classique et mes parents m’ont emmenée à un concert symphonique parce que j’écoutais beaucoup de musique classique, surtout de la musique de ballet, comme ceux de Tchaïkovski. L’orchestre a joué un concerto pour violon. Nous étions assis près de la scène, et lorsque le soliste a commencé à jouer, je me suis levée et je suis allée vers lui. Lorsqu’il a terminé, je me suis retrouvée juste devant lui. J’ai pointé le violon du doigt et j’ai dit que je voulais aussi jouer du violon quand je serais assez grande pour le faire.

C’est ainsi que le Noël suivant, j’ai reçu un violon et, à partir de ce moment-là, j’aimais jouer du violon chaque jour. Plus tard, j’ai eu la chance de rencontrer M. Stefan Czermak, une personne et un musicien d’exception, qui allait devenir mon professeur et mon mentor. À l’époque, il était premier violon de l’Orchestre symphonique de Hambourg. Il m’a enseigné les techniques avancées du violon, et la musicalité dans la tradition des grands virtuoses russes de cet instrument. Il m’a également transmis sa vision du fait de jouer dans un orchestre, basée sur des dizaines d’années d’expérience personnelle, les défis que représentent le fait d’être premier violon d’un orchestre symphonique et, surtout, l’incroyable potentiel, la beauté et la signification de tous les grands chefs-d’œuvre classiques.

LL : Vous travaillez avec le chef d’orchestre Milen Nachev depuis la création de l’Orchestre Symphonique de Shen Yun. Qu’est-ce que cela fait de travailler avec lui pour préparer la tournée annuelle de l’orchestre symphonique ?

AM : Ayant travaillé avec le Maestro Nachev depuis huit ans maintenant et ayant donné tant de concerts avec lui dans le monde entier, nos répétitions sont très harmonieuses et efficaces. Nous pouvons faire un travail minutieux sur les phrasés, les articulations, les dynamiques, les couleurs, les équilibres des instruments et les nuances stylistiques, ce qui est également très important car nous interprétons chaque année des pièces originales écrites exclusivement pour Shen Yun. M. Nachev a des concepts musicaux très sophistiqués et un sens aigu de la manière dont on peut faire ressortir le meilleur des traditions musicales chinoises et occidentales. Sa présence sur l’estrade exige de l’orchestre le plus haut niveau de professionnalisme et de raffinement artistique.

LL : Cette saison, vous avez également joué pour la première fois avec le chef d’orchestre Dimitry Russu.

AM : Oui, Dimitry Russu est un chef d’orchestre très expressif. Bien qu’il ne soit avec Shen Yun que depuis peu de temps, nous avons déjà établi un lien très fort, et grâce à son dévouement et à sa grande expertise, travailler avec lui est une expérience très positive.

LL : Comment décririez-vous ce qui est unique dans l’orchestre Shen Yun ?

AM : Bien que l’orchestre occidental soit la base de l’orchestre de Shen Yun, un son très distinctif est créé en ajoutant des instruments traditionnels chinois, comme l’erhu, le pipa, et des instruments à percussion comme le qing. Cette harmonieuse combinaison d’instruments orientaux et occidentaux est utilisée de manière à ce que la qualité sonore des instruments chinois soit soutenue par l’orchestre, tandis que les instruments occidentaux conservent leur son traditionnel et leurs styles.

Cette nouvelle alliance d’instruments classiques et de styles traditionnels donne une sonorité orchestrale unique que vous ne trouverez nulle part ailleurs dans le monde. C’est vraiment une percée dans le domaine de la musique classique et une réalisation fantastique. C’est vraiment unique et rafraîchissant pour le public, tout en ayant une sonorité familière grâce aux éléments classiques de l’orchestration.

LL : Que signifie le nom Shen Yun pour vous?

AM : La beauté, les arts classiques, les vertus traditionnelles. Le maintien des valeurs traditionnelles est très important pour moi, et c’est ce que Shen Yun met en avant. Depuis sa création en 2006 à New York, la compagnie Shen Yun a donné des milliers de représentations dans le monde entier. Cependant, depuis le tout début jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement chinois refuse d’autoriser Shen Yun à se produire en Chine, et cela alors que nous présentons le patrimoine culturel de la Chine et montrons les légendes et les valeurs de sa civilisation vieille de 5 000 ans dans des salles de spectacle du monde entier.

Le régime communiste chinois a menti et continue de mentir à propos de l’histoire de la Chine. Il a également supprimé les traditions et les croyances propres à la Chine. Aujourd’hui, Shen Yun présente le véritable héritage culturel. Cet héritage culturel, vieux de plusieurs milliers d’années, comprend des principes et des légendes héroïques qui donnaient aux différents peuples et à leurs vies une force spirituelle et des directives morales. Shen Yun dépeint également la répression à laquelle sont confrontés de nombreux Chinois vivant aujourd’hui sous la dictature.

Le Parti communiste chinois (PCC) a donc déjà essayé d’interférer avec nos représentations, parce qu’il ne veut pas que les gens connaissent la vérité, mais en fait, beaucoup de gens la connaissent déjà. Parfois, dans les médias, nous voyons des articles qui calomnient Shen Yun. Nous avons découvert que le PCC et les consulats chinois sont à l’origine de beaucoup de ces articles. Dans un de ces cas à Prague, la chaîne de télévision nous a même montré la lettre que l’ambassade de Chine leur avait adressée. Ils ont également essayé d’annuler nos représentations ici aux États-Unis en menaçant les directeurs de salles de spectacle de représailles financières s’ils laissaient Shen Yun se produire. Ils ont même endommagé les pneus de nos bus lors de tournée. Mais Shen Yun a toujours reçu un grand soutien de la part de nombreux pays, y compris des États-Unis.

Je crois fermement que ce que Shen Yun représente est très important pour les gens du monde entier, surtout à l’heure actuelle, où il est facile de se perdre dans ce monde chaotique et agité. Shen Yun permet aux gens de découvrir un monde complètement différent, un monde qui leur permet de savourer quelque chose d’exquis. Mais en même temps, ce spectacle élargit la vision des gens sur le sens de la vie et les incite à réfléchir sur les choses, ce que le public décrit comme étant un moment très enrichissant. Je suis très reconnaissante d’avoir la chance de participer à tout cela.

LL : L’Orchestre Symphonique reçoit des critiques incroyables depuis ces dernières années. Pourquoi pensez-vous que le public se sent si proche de la musique de Shen Yun ?

AM : La musique est un langage universel qui peut relier les gens de toutes nationalités. Shen Yun fait revivre les trésors culturels de la Chine, notamment les légendes, les principes moraux et la croyance dans le ciel et le divin. Ces aspects importants de la vie ont failli disparaître sous le régime communiste, mais nos représentations les font revivre au travers de notre musique et sur scène, et les gens sont enthousiastes à ce sujet. En fait, de nombreux spectateurs disent qu’ils se sentent en lien avec le ciel pendant la représentation.

LL : Parlons de votre rôle de premier violon. Quels sont les défis et les responsabilités qui accompagnent ce titre ?

AM : En général, le premier violon est le violoniste principal et a de nombreuses responsabilités différentes dans un orchestre. Étant donné que Shen Yun donne énormément de représentations en peu de temps, ce rôle prend beaucoup de temps et nécessite une grande préparation. Je dois jouer les solos et je dois également être capable de prendre en compte de nombreux aspects techniques différents au sein de l’orchestre, tels que les différentes acoustiques, les différentes tailles de scène, qui ont un impact sur la façon dont j’interprète les introductions de phrases, les changements de section ou de tempo, etc. J’aide le chef d’orchestre en traduisant ses gestes et ses idées à l’orchestre, et je les communique aux autres chefs de groupes d’instruments à cordes. Je ne suis pas seulement responsable de mon groupe de violons, je dois aussi bien connaître les autres groupes d’instruments pour pouvoir modifier des choses dans l’orchestre si nécessaire.

Une caractéristique unique de Shen Yun est que nous avons nos propres compositeurs, qui chaque année composent et font les arrangements pour une musique complètement nouvelle. Avant de voir la partition pour la première fois, personne ne sait à quoi elle ressemblera. Cela demande beaucoup de travail de ma part : affiner la manière d’interpréter la nouvelle musique, apprendre à connaître la chorégraphie, faire ressortir le bon personnage dans chaque partie du morceau, surtout avec une musique réglée sur des histoires racontées sous forme de danses. Et les choses évoluent tout au long du processus, donc je dois prendre en considération des éventuels changements de chorégraphie, de vitesse ou de composition. La musique doit également être synchronisée avec la toile de fond numérique, qui est parfois presque comme un film intégré à la danse. Chaque saison est un grand défi que j’attends avec impatience et enthousiasme.

LL : J’ai entendu de nombreux musiciens parler de la difficulté de trouver un emploi dans le domaine de la musique classique. Quels sont vos conseils pour les jeunes musiciens ?

AM : Il existe de nombreux jeunes musiciens talentueux dans le monde entier, mais il ne s’agit pas seulement de s’entraîner et de jouer des notes. Il faut avoir des compétences techniques et travailler, mais il est tout aussi important d’être vraiment une bonne personne. Et il faut comprendre pourquoi c’est important et ce que cela signifie pour les représentations en tant que musicien.

Un élément clé dans le développement d’un artiste est de réfléchir aux choses, d’être créatif et de s’efforcer d’améliorer son caractère. Lorsque vous vous produisez devant un public, les gens peuvent savoir quel genre de personne vous êtes, et le fait de savoir si vous pourrez vraiment profiter aux personnes qui écoutent votre jeu dépend de ce que vous avez dans le cœur, étant donné que les compétences sont nécessaires pour jouer les notes à la perfection. Ainsi, si un musicien peut travailler sur ses compétences tout en s’efforçant de devenir une meilleure personne avec un bon caractère moral, il tirera de nombreux bénéfices à devenir un artiste classique.

LL : C’est toujours un grand plaisir de vous parler, merci beaucoup de nous avoir accordé de votre temps. Nous attendons avec impatience vos prochaines représentations, y compris au Carnegie Hall ici à New York !

AM : Merci beaucoup !

Source : https://fr.shenyunperformingarts.org/