Press "Enter" to skip to content

Monde. Rolls-Royce teste avec succès le premier moteur à réaction alimenté à l’hydrogène

ACTUALITÉ > Monde

La société britannique Rolls-Royce a annoncé mardi qu’elle avait réussi à faire fonctionner un moteur d’avion en utilisant uniquement de l’hydrogène, ce qui constitue une avancée majeure vers l’objectif de décarbonation du transport aérien.

Le test a porté sur un moteur d’avion régional Rolls-Royce AE 2100-A converti et a utilisé de l’ « hydrogène vert » créé par l’énergie éolienne et marémotrice, a déclaré la société, selon Reuters.

L’entreprise cherche à prouver que l’hydrogène peut être utilisé pour alimenter des moteurs d’avions civils de manière sûre et efficace.

Un deuxième essai est déjà en cours de planification avec l’ambition à plus long terme de réaliser des essais en vol. 

Atteindre la neutralité carbone d’ici 2050

En cas de succès, l’utilisation de l’hydrogène pourrait considérablement aider l’industrie aéronautique à atteindre ses objectifs de décarbonisation, vu que la combustion de l’hydrogène ne produit que de l’eau comme sous-produit. L’industrie dans son ensemble s’est engagée à atteindre le « zéro net » d’ici 2050.

Rolls-Royce n’est pas la seule entreprise à chercher à développer la technologie de l’aviation à hydrogène. Le géant de l’aérospatiale Airbus travaille également en coopération avec le fabricant de moteurs franco-américain CFM International pour tester la technologie de propulsion des futurs avions à hydrogène.

L’entreprise a déclaré en février qu’elle prévoyait d’installer une version personnalisée d’un moteur de la génération actuelle à l’arrière d’un avion d’essai superjumbo A380.

Malgré ces progrès, Airbus a déclaré à l’Union européenne en 2021 que la plupart des avions de ligne continueront à utiliser des moteurs à réaction traditionnels jusqu’en 2050 au moins.

Des changements majeurs

Un passage à l’hydrogène ne changerait pas seulement la façon dont les avions sont fabriqués, mais nécessiterait également des changements majeurs dans les infrastructures des aéroports.

Selon Reuters, le directeur général de SHZ Consulting, Eric Schulz, a déclaré en juillet que les changements de conception nécessaires pour que les avions puissent brûler de l’hydrogène sont si importants qu’il faudra plus d’une génération d’avions pour y parvenir.

Il existe d’autres technologies concurrentes, notamment les moteurs électriques, qui ne sont actuellement adaptés qu’aux vols courts, et le carburant d’aviation durable (SAF).

Le SAF est produit à partir de matières premières durables et sa chimie est très similaire à celle du carburant fossile traditionnel. L’utilisation du SAF peut entraîner une réduction des émissions de carbone par rapport au carburéacteur traditionnel, mais il n’est actuellement produit qu’en quantités infimes.

On pense que le SAF pourrait être produit en combinant le carbone capturé dans l’air avec de l’« hydrogène vert », mais le processus est gourmand en énergie et n’est pas encore disponible à grande échelle.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Rolls-Royce Successfully Tests World’s First Hydrogen-powered Jet Engine

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.