Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : une hausse des prix des  produits alimentaires prévue cette année

ACTUALITÉ > Monde

Suite à la vague de sécheresse qui frappe le Midwest américain, les commerçants ont commencé à stocker des denrées alimentaires, notamment de la viande congelée et du sucre, et d’autres articles tels que des produits de nettoyage, afin de protéger leurs bénéfices, de maintenir des prix bas et d’être compétitifs sur le marché avant la hausse des prix des produits alimentaires, prévue plus tard cette année.

Paul McLean, directeur de la grande chaîne de supermarchés américaine StewLeonard’s, a déclaré à Business Insider que la chaîne de supermarchés stockait 50 % de plus que d’habitude et « achetait à l’avance chaque fois que possible » pour tenter de protéger les marges de vente.

Il semble que d’autres grands supermarchés ont adopté une stratégie similaire. « Selon les responsables de l’industrie alimentaire, la constitution de stocks par les détaillants entraîne des pénuries de certains produits de base et met à mal une chaîne d’approvisionnement alimentaire américaine déjà affaiblie par les coûts de transport, la pression de la main-d’œuvre et les contraintes liées aux ingrédients », rapporte le Wall Street Journal.

Le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), a indiqué que l’indice des prix à la consommation (IPC) des aliments consommés à domicile a augmenté de 0,4 % entre avril 2021 et mai 2021, et que le prix des aliments à domicile a augmenté de 2,2 % en glissement annuel.

« En 2021, on s’attend maintenant à ce que les prix des aliments à domicile augmentent entre 2,0 et 3,0 %, et à ce que les prix des aliments hors foyer augmentent entre 3,0 et 4,0 % », peut-on lire sur le site web de l’USDA.

Une grande tempête

La pénurie de main-d’œuvre, les mauvaises récoltes dues à des conditions météorologiques extrêmes, l’augmentation des coûts de transport en raison de la hausse des prix du pétrole et les problèmes liés à la pandémie de Covid-19 sont autant de facteurs qui contribuent à l’augmentation du coût des articles et des aliments de tous les jours.

Selon un rapport du département de l’agriculture de Pennsylvanie (PDA), l’agriculture en Pennsylvanie correspond à une industrie estimée à 81 milliards de dollars, mais les agriculteurs ont du mal à trouver suffisamment de travailleurs pour s’occuper de leurs champs et de leurs fermes.

Dans ce contexte de pénurie de main-d’œuvre, les agriculteurs ne peuvent rivaliser avec les incitations à l’embauche dans les secteurs de la restauration et de l’entreposage, qui offrent des salaires plus élevés, des primes à l’embauche plus importantes et des tâches moins exigeantes en main-d’œuvre.
La pénurie d’eau menace les récoltes

La sécheresse qui sévit dans la province canadienne du Manitoba, un important producteur alimentaire, a contraint la région à déclarer l’état d’urgence local. Les autorités ont demandé l’aide du gouvernement provincial et fédéral.

La pénurie d’eau menace les récoltes et oblige les agriculteurs à vendre le bétail qui ne peut pas être nourri avec l’eau disponible.

La transformation des aliments et des boissons représente 26 % de la production totale du Manitoba et constitue le plus grand centre de fabrication de la région. On s’attend à ce que les conditions de sécheresse aient une incidence sur les prix des aliments.

En outre, la sécheresse qui sévit dans le Midwest américain menace les récoltes de la Californie au Dakota du Nord et oblige les agriculteurs à vendre leur bétail.

Un éleveur du Dakota du Nord, du nom de Cliff Matson, a déclaré au Pierce County Tribune qu’« à l’avenir, il sera difficile de trouver beaucoup d’aliments pour animaux par ici sans les faire venir par bateau et les payer très cher. Donc, beaucoup de gens pensent à l’avenir et vendent une partie de leurs troupeaux afin de pouvoir maintenir et obtenir suffisamment de foin pour espérer conserver le stock qu’ils ont ».

Ces problèmes ont été exacerbés par l’augmentation constante des prix du pétrole, qui a fait grimper les coûts d’expédition dans le monde entier.

Les récentes discussions au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) sur la politique d’approvisionnement ont été bloquées en raison des querelles intestines entre deux de ses principaux acteurs, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

L’OPEP a pris la décision historique de réduire la production de pétrole de près de 10 millions de barils par jour en raison d’une chute drastique de la demande due à la pandémie de Covid-19. Avec la reprise économique, la demande de produits énergétiques augmente à nouveau. Cependant, en raison des querelles au sein de l’OPEP, les principales régions productrices de pétrole n’ont pas augmenté leur production pour répondre à la demande, ce qui fait grimper les prix.

Tant que le marché du travail ne sera pas stabilisé, que les régions frappées par la sécheresse ne recevront pas d’aide et que la production de pétrole ne sera pas augmentée pour répondre à la demande, les consommateurs peuvent s’attendre à payer plus cher dans les supermarchés et les stations-service dans un avenir proche.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.