Press "Enter" to skip to content

Chine. Les raisons pour lesquelles l’économie chinoise se retrouve au bord de l’effondrement

ACTUALITÉ > Chine

En 2021, l’économie chinoise se retrouve dans le chaos. Selon le Bureau national des statistiques, le PIB de la Chine a augmenté de 18,3 % au premier trimestre, de 7,9 % au deuxième trimestre et a fortement chuté de 4,9 % au troisième trimestre. Certains analystes prévoient qu’il continuera à chuter en dessous de 4, voire de 3 % au quatrième trimestre.

Si certains affirment que les difficultés économiques de la Chine peuvent être attribuées à des facteurs externes tels que la hausse des prix des produits de base et les tensions maritimes internationales, les experts estiment que les mesures politiques du Parti communiste chinois (PCC) en sont les principaux moteurs. La réponse du PCC a été de réprimer les médias d’État en leur interdisant de « critiquer l’économie chinoise » ou de diffuser des rapports et des commentaires étrangers « sans discrétion ».

Cet article présente les principales mesures politiques du PCC, responsables du bouleversement de l’économie chinoise.

La politique de « tolérance zéro » à l’égard de la pandémie de Covid-19

Alors que la pandémie continue de ravager les communautés au cours de la deuxième année, les gens du monde entier ont essayé de retrouver un certain sens de la normalité tout en coexistant avec le virus. Cependant, le PCC continue à maintenir une politique stricte de « tolérance zéro » à l’égard de la Covid-19, ce qui se traduit par le confinement des communautés chaque fois qu’un seul cas confirmé est découvert et par l’application de tests massifs de noyaux.

Dans la ville de Ruili, un enfant en bas âge a été testé plus de 70 fois, ce qui montre l’absurdité de la politique de « tolérance zéro ». Le dirigeant chinois Xi Jinping n’a pas non plus entrepris de voyages à l’étranger ni reçu d’invités étrangers depuis plus de 20 mois.

Le PCC a défendu son protocole Covid-19. Le directeur adjoint du Bureau de contrôle des maladies de la Commission nationale de la santé, Wu Liangyou, a déclaré qu’il « démontre la force d’un système basé sur la volonté du peuple ».

Les raisons pour lesquelles l’économie chinoise se retrouve au bord de l’effondrement
Octobre 2021. Test de Covid-19 dans le quartier de Jianwai SOHO à Pékin. (Image : wikimedia / N509FZ / CC BY-SA 4.0)

L’épidémie est réapparue en Chine dans plusieurs provinces. La politique de « tolérance zéro » a toutefois gravement endommagé l’économie. La ville de Ruili, dans le sud-ouest de la Chine, qui abrite une population de 210 000 personnes, a connu trois confinements au cours des six derniers mois, ce qui a entraîné le quasi-effondrement de l’économie de la ville.

Le port de Yantian, le plus fréquenté d’Asie pour les porte-conteneurs, est un autre exemple. Après la découverte d’un seul cas d’infection, les autorités locales ont renforcé les mesures de prévention et de contrôle, provoquant une forte baisse de la capacité portuaire et une flambée des taux de fret, ce qui a gravement perturbé la chaîne d’approvisionnement mondiale.

2. Des lois « anti-monopoles » biaisées

Fin 2020, Pékin a commencé à sévir contre les secteurs privés et technologiques du pays sous le slogan « renforcer l’anti-monopole et empêcher l’expansion désordonnée du capital. » Le 18 novembre, le Bureau national anti-monopole a été officiellement inauguré. La législation a également été révisée pour la première fois en 13 ans afin d’inclure des lois anti-monopoles.

Plusieurs sanctions imposées par les autorités de régulation du pays ont entraîné un sérieux manque à gagner pour les géants de la technologie comme Alibaba, Tencent et Baidu, qui ont été condamnés à des milliards de yuans d’amende pour avoir violé les lois anti-monopole. Le géant des plates-formes en ligne DiDi a également été contraint de se retirer de la bourse américaine suite à une enquête conjointe de sept ministères qui a entraîné son retrait des magasins d’applications.

Selon un rapport publié par la banque d’investissement Goldman Sachs le 29 juillet, depuis novembre dernier, les régulateurs du PCC ont promulgué au moins 50 actions visant les secteurs de l’antitrust, de la finance, de la sécurité des données et de l’égalité sociale. Ces sanctions réglementaires ont eu pour conséquence que les actions de six grandes entreprises technologiques, dont Alibaba et Tencent, ont subi une perte de plus de 1 100 milliards de dollars américains, soit plus de 40 % de leurs revenus totaux.

3. Le déclin démographique

La Chine effectue un recensement national tous les dix ans. Le septième recensement devait être publié début avril, mais il a été reporté au 11 mai. Certains démographes ont décrit le recensement de 2020 comme « le pire recensement en termes de qualité. »

En analysant les données du recensement de cette année, on constate que la démographie de la Chine traverse actuellement une crise grave. Cette crise peut être attribuée à deux facteurs : la baisse rapide du taux de natalité et l’augmentation de la population âgée. Le taux de natalité de la Chine est passé de 21,06 pour 1 000 personnes en 1990 à 12,07 en 2015 et à seulement 10,48 pour 1 000 en 2019. Ce taux est en baisse continue depuis 2016.

Les raisons pour lesquelles l’économie chinoise se retrouve au bord de l’effondrement
Les experts en démographie chinois avaient prévu un mini-baby-boom avant 2010 en raison de la loi nationale sur la planification familiale. (Image : Tú Nguyễn / Pixabay)

En second lieu, la forte augmentation de la population vieillissante de la Chine continue de progresser. En 2020, 18,7 % de sa population était âgée de 60 ans et plus et 13,5 % était âgée de 65 ans et plus, soit une augmentation de 5,44 % et 4,63 %, respectivement.

Ces deux tendances ont déjà eu un impact significatif sur l’économie chinoise. Sur la base de ces changements démographiques, le démographe Yi Fuxian a prévu que le taux de croissance économique de la Chine continuerait à ralentir, passant très probablement sous la barre des 4,7 % après 2025. Cela signifie que l’objectif du PCC de doubler le volume économique total en 2035, qui nécessite un taux de croissance économique moyen de 4,7 %, sera difficile, voire impossible à atteindre.

Pour tenter de résoudre la crise démographique, le PCC a adopté le 26 juin, la décision d’optimiser la politique de fécondité et de promouvoir un développement démographique équilibré à long terme. Cette politique autorise les familles à avoir trois enfants et abolit les mesures restrictives et les pénalités sur les nouvelles naissances.

4. Des politiques draconiennes de contrôle des données aboutissant à un « mur de Berlin numérique »

Le 3 décembre, 155 jours après son introduction en bourse aux États-Unis, le géant de la technologie Didi a annoncé qu’il se retirait de la cote de la Bourse de New York pour une cotation à Hong Kong. Didi a également connu un arrêt de l’enregistrement de nouveaux utilisateurs, ce qui a entraîné un audit de sécurité et le retrait de son application et des régulateurs.

Didi n’est qu’une des victimes de la politique draconienne de contrôle des données du PCC. Avec l’introduction de la loi sur la sécurité des données (entrée en vigueur le 1er septembre 2021) et de la loi sur la protection des informations personnelles (entrée en vigueur le 1er novembre 2021), le PCC prétend avoir construit un cadre juridique pour la sécurité des informations et des données en Chine.

Le gouvernement chinois considère les données comme l’équivalent du pétrole du XXIe siècle, une ressource indispensable pour piloter les algorithmes d’intelligence artificielle, la force économique et la puissance nationale. Le PCC considère donc les données et l’économie numérique comme une opportunité majeure de « dépasser » les États-Unis. Les régulateurs chinois ont pour objectif de créer un « mur de Berlin » des données,  pour protéger sa propriété intellectuelle.

Le PCC a également réussi à forcer Tesla, Apple et d’autres entreprises occidentales à construire des centres de données chinois dédiés. Reuters a rapporté le 16 novembre qu’après l’introduction par la Chine d’une nouvelle loi sur les données, certains navires chinois sont devenus intraçables, ce qui a gravement perturbé la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Cette mesure a suscité des contre-mesures de la part des États-Unis et d’autres pays. En juin, un décret publié par l’administration Biden a introduit un nouveau processus réglementaire visant à restreindre le flux de données transfrontalier pour des raisons de sécurité nationale. Une alliance a été formée, dans laquelle d’autres pays ont accepté de partager des données tout en limitant le flux de données vers la Chine.

5. Les pénuries d’électricité dues à des problèmes systémiques

Depuis septembre, des pénuries d’électricité ont touché plus de 20 provinces et villes en Chine. Pékin a même dû annuler son « spectacle de lumières » annuel pendant la semaine de la fête nationale, un jour férié célébrant la proclamation officielle de la République populaire de Chine (RPC). Les pénuries d’électricité ont perturbé l’économie chinoise et accéléré le retrait des investissements étrangers, notamment de Yahoo et de la plateforme de mise en réseau LinkedIn.

La politique du PCC de « double contrôle de la consommation d’énergie » comprend deux éléments : « la consommation d’énergie par unité de PIB » et « la consommation totale d’énergie ». Bien que cette politique soit appliquée depuis de nombreuses années, elle n’a pas eu d’impact cette année en termes de pics et de neutralité carbone.

Les raisons pour lesquelles l’économie chinoise se retrouve au bord de l’effondrement
Cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’été de 2008 à Pékin. (Image : wikimedia / U.S. Army / CC BY 2.0)

Cependant, depuis 2020, en raison de la pandémie, certaines provinces et municipalités ont tenté leur chance et se sont lâchées dans la mise en œuvre de la politique énergétique. Le 16 septembre, la Commission nationale du développement et de la réforme a annoncé un autre programme visant à améliorer l’intensité et la production totale d’énergie. Sous la pression, les gouvernements locaux se sont engagés dans une campagne de réduction des émissions et ont restreint de force la consommation d’électricité.

Les pénuries mettent en évidence un problème structurel dans l’approvisionnement en électricité et la gestion institutionnelle à travers la Chine. Le problème structurel fait référence au phénomène de « surplus d’électricité tout au long de l’année mais de pénurie aux heures de pointe ». La politique de style communiste est utilisée pour inverser le prix du charbon et de l’électricité. Le prix du charbon est marqué en fonction des prix de l’électricité, mais les usines de charbon sont contrôlées par le gouvernement, ce qui entraîne un phénomène où plus les usines de charbon produisent de l’énergie, plus elles perdent de l’argent.

6. Des réformes exploitantes entraînant une panique sur le marché de l’immobilier

En 1998, lorsque la réforme sur l’immobilier a été lancée, le PCC a promis que plus de 80 % des familles urbaines bénéficieraient d’un logement abordable. Il a affirmé que les personnes aux revenus les plus faibles bénéficieraient de logements à bas prix, tandis que les personnes aux revenus élevés se verraient proposer des logements commerciaux de luxe.

Toutefois, en 2003, le marché immobilier chinois a pris une tournure différente. Le PCC a positionné l’industrie immobilière comme l’un des piliers du développement économique national. Le « corps principal de l’offre de logements » est passé des logements abordables aux logements commerciaux. Cela a abouti à une situation absurde où 90 % des logements urbains chinois sont des biens immobiliers de luxe, que la plupart des gens ne peuvent se permettre d’acquérir.

Les raisons pour lesquelles l’économie chinoise se retrouve au bord de l’effondrement
Juillet 2020 : le district de Wan Chai, à Hong Kong où se situe le siège d’Evergrande. (Image : wikimedia / Toiay laums Boarmsoa / CC BY-SA 4.0)

« Dans les pays développés, la proportion de logements commerciaux dans l’ensemble du système d’offre de logements ne dépasse généralement pas 25 %, et la proportion de logements subventionnés ou présentant des caractéristiques subventionnées est souvent très élevée », a déclaré Cao Jianhai, professeur à l’École supérieure de l’Académie chinoise et des sciences sociales.

D’une part, le prix des logements commerciaux a augmenté de manière exponentielle, et d’autre part, la construction de logements abordables a été marginalisée et réduite. Non seulement les Chinois ont eu du mal à payer leurs hypothèques à l’ère des « prix élevés du logement », mais le marché immobilier a également créé une bulle sans précédent, qui a eu un impact sur l’économie de quatre façons :

  • La croissance économique (environ 1/4 du taux de croissance du PIB)
  • Les finances locales (environ 1/3 des recettes locales générales)
  • Le crédit bancaire (environ 40 %)
  • Le patrimoine des résidents (plus de 70 %).

La bulle immobilière a représenté une menace importante pour l’économie du pays. Depuis 2020, de nouvelles réglementations ont été introduites, telles que le resserrement des prêts pour l’achat de logements, rendant la survie des sociétés immobilières de plus en plus difficile. Le cas le plus marquant est l’effondrement du géant de l’immobilier Evergrande Group.

La quête du PCC pour : « des terres, des logements et des attentes stables » devient de plus en plus hors de portée.

7. Le spectre de la prospérité commune

L’une des politiques les plus ambitieuses du PCC est le concept de « prospérité commune » défendu par le dirigeant chinois Xi Jinping le 17 août. Cette politique suggère un arrangement institutionnel qui coordonne la distribution des richesses de manière égale entre les riches et les pauvres.

Le monde est familier avec la « distribution primaire », qui fait référence aux revenus obtenus par la production marchande et la redistribution régulée par les taxes gouvernementales. Toutefois, la « troisième répartition » proposée par le PCC est unique au monde et fait référence à la distribution des ressources sociales, des œuvres de charité et de l’aide publique par les personnes à hauts revenus, sur une base volontaire.

Après le lancement par Pékin de la campagne de « prospérité commune », les géants de la technologie ont commencé à donner des millions de dollars et à rivaliser pour se surpasser dans les œuvres de charité. Tencent a été le premier à annoncer un don total de 100 milliards de yuans, suivi par les 10 milliards de yuans de Pinduoduo. Alibaba, la plus grande entreprise de commerce électronique de Chine, a lancé le 2 septembre les « Dix actions pour promouvoir la prospérité commune », promettant de faire un don de 100 milliards de yuans d’ici 2025.

Tous ces exemples suggèrent que la « prospérité commune » n’est pas seulement une politique ou un slogan de propagande, mais un plan créé par le PCC pour restructurer fondamentalement l’économie alors qu’elle s’enfonce dans la récession.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.