Pourquoi l'accusation du ministère de la Justice américain contre Julian Assange est une attaque contre la presse

Le 09/06/2019
Le ministère américain de la Justice (DOJ) a récemment accusé le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, de 17 chefs de violation de la loi sur l’espionnage. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'une attaque directe contre la liberté de la presse.
Le ministère américain de la Justice (DOJ) a récemment accusé le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, de 17 chefs de violation de la loi sur l’espionnage. Beaucoup pensent qu'il s'agit d'une attaque directe contre la liberté de la presse.

Danger pour la liberté de la presse


Fondé en 2006, WikiLeaks a publié plusieurs documents soulevant des questions éthiques concernant les actions de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Certains documents donnent une image négative de l’administration américaine, faisant d’Assange un personnage détesté parmi les bureaucrates américains. Cela a été un facteur énorme dans les accusations américaines contre Assange. «Le précédent acte d'accusation allègue qu'Assange était complice de Chelsea Manning, une ancienne analyste du renseignement de l'armée américaine, pour avoir illégalement obtenu et divulgué des documents classifiés liés à la défense nationale», a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué (RT).

Le ministère de la Justice soutient qu'Assange a violé la loi sur l'espionnage adoptée en 1917. Historiquement, cette loi n'a été utilisée que contre des personnes qui divulguent des documents classifiés, jamais des destinataires de la fuite. La position du ministère selon laquelle Assange est un criminel au sens de la loi sur l’espionnage criminalise essentiellement les activités journalistiques. Après tout, le travail d’un journaliste est de publier la vérité. Et dans une démocratie, cette liberté est bien protégée. C'est uniquement à cause de cette liberté journalistique que la presse et les scandales de gouvernement peuvent être révélés.

«La capacité de la presse à publier les faits que le gouvernement préférerait garder secrets est à la fois essentielle pour un public averti et pour un droit fondamental», a déclaré Trevor Timm, directeur exécutif de la Freedom of the Press Foundation, dans un communiqué. Si un journaliste doit être puni pour avoir publié certains documents que le gouvernement estime être contre l'État, on risque de sombrer dans l'autoritarisme. Dans le cas d’Assange, le gouvernement a le droit de punir Chelsea Manning car elle a divulgué les documents alors qu’elle était une employée du gouvernement. Mais en aucune condition, Assange ne peut être puni pour avoir fait son travail.

«S’ils peuvent porter cette accusation et condamner Assange, ils peuvent poursuivre toute personne», a déclaré à Wired Bradley Moss, avocat chez Mark Zaid PC, spécialiste des questions de sécurité nationale et de renseignement.

Affaire de viol suédoise


Un tribunal suédois a rejeté une demande d'extradition d'Assange vers le pays pour faire face à une affaire de viol datant de 2010. Actuellement, Assange purge une peine de 50 semaines de prison au Royaume-Uni. Il a été accusé de quatre affaires d'agression sexuelle en 2010. Certains disent que ces accusations pourraient être fabriquées, étant donné qu'Assange était déjà la cible d'élites du gouvernement et des entreprises. La décision du tribunal suédois est un revers pour les procureurs qui espéraient amener Assange en Suède.

«Julian Assange purgeant actuellement une peine de prison, l’enquête peut se poursuivre à l’aide d’une ordonnance d’enquête européenne, qui n'exige pas la détention de Julian Assange [en Suède]. La cour ne juge donc pas nécessaire la détention de Julian Assange», a déclaré le jugement (The Guardian).

Trois des quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle sont devenus caducs en 2015 en vertu du délai de prescription de la Suède. La quatrième allégation devrait expirer d’ici à août 2020. Après l’expulsion d’Assange de l’ambassade de l’Équateur et son arrestation en Grande-Bretagne, la Suède a intensifié son enquête.