La propriété privée, et non la productivité, a précipité la révolution agricole néolithique

Vision Times
Le 24/10/2019

L'homme a commencé à cultiver la terre il y a environ 11 500 ans, en Mésopotamie. Par la suite, d’autres pratiques , comme la domestication de plantes et d'animaux, sont apparues indépendamment dans une douzaine d'autres régions du monde, durant ce que les archéologues appellent la Révolution agricole néolithique.

 

L'homme a commencé à cultiver la terre  il y a environ 11 500 ans, en Mésopotamie. (Image: Institut Santa Fe)
L'homme a commencé à cultiver la terre  il y a environ 11 500 ans, en Mésopotamie. (Image: Institut Santa Fe)
 

C’est l’un des épisodes les plus étudiés de la préhistoire - mais un nouvel article paru dans le Journal of Political Economy montre que la plupart des explications qui en découlent ne concordent pas avec les preuves récentes et proposent une nouvelle interprétation.

L'agriculture a entraîné une vaste expansion du domaine où la propriété privée régissait l'accès aux biens de valeur, remplaçant ainsi les normes sociales relatives au partage de la nourriture. Une explication commune est que l’agriculture a généré une augmentation de la productivité du travail, ce qui a ensuite favorisé l’accession à la propriété privée en offrant des incitations aux investissements à long terme, nécessaires dans une économie agricole.

Samuel Bowles, économiste de l’Institut de Santa Fe et co-auteur de l’article a déclaré :

« Mais ce n'est pas ce que les données nous disent. »

« Il est très peu probable qu’ à l'avènement de l'agriculture le nombre de calories acquises au cours d'une journée de travail en ait fait une meilleure option que la chasse et la cueillette et cela aurait pu être bien pire. »

Des études antérieures, y compris celles portant sur les ossements d’humains et d’animaux, suggèrent que l'agriculture a eu un impact nutritionnel extrême sur les premiers agriculteurs et leur bétail. Alors pourquoi l’agriculture en premier lieu ?

Certains ont suggéré qu'une technologie de qualité inférieure aurait pu être imposée par les élites politiques, en tant que stratégie pour imposer des taxations, des tributs ou des loyers. Mais l'agriculture a été adoptée, de façon indépendante, des millénaires avant l'émergence de gouvernements ou d'élites politiques capables d'imposer un nouveau mode de vie à des communautés de chasseurs cueilleurs lourdement armés.

Bowles et le co-auteur Jung-Kyoo Choi, économiste à l'Université nationale Kyungpook en Corée du Sud, proposent une nouvelle interprétation du Néolithique, en utilisant à la fois la théorie évolutive de la chasse et les preuves archéologiques. Selon eux, un système de droit de propriété privée reconnu mutuellement était à la fois une condition préalable à l'agriculture et un moyen de limiter les conflits coûteux entre les membres d'une population. Bien que rare chez les cultivateurs, la propriété privée existait au sein de quelques groupes de chasseurs-cueilleurs sédentaires.

L’agriculture aurait pu profiter à certains d’entre eux car il était sans doute plus facile d’instaurer une possession privée de cultures et d’animaux domestiques que de ressources sauvages diffuses sur lesquelles les chasseurs-cueilleurs s’appuyaient. Choi a déclaré:

 « Il est beaucoup plus facile de définir et de défendre les droits de propriété d'une vache domestiquée que d'un koudou sauvage. »

« L’agriculture a tout d’abord réussi parce qu’elle facilitait une application plus large des droits de propriété privée, et non parce qu’elle a allégé le travail nécessaire pour gagner sa vie. »

Fourni par: Santa Fe Institute [Note: les matériaux peuvent être modifiés pour le contenu et la longueur.]

Texte français : Marlène