Les enfants qui lisent des livres tous les jours obtiennent de meilleurs résultats aux examens

Par Troy Oakes
Le 11/03/2020
Un bon livre contribue davantage à stimuler les capacités de lecture que d'autres types de supports. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Un bon livre contribue davantage à stimuler les capacités de lecture que d'autres types de supports. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Ce que les enfants choisissent de lire en dehors de l’école influence directement leurs résultats scolaires, selon une nouvelle étude majeure de l’Université de Malaga et de l’UCL, publiée dans la revue à comité de lecture Oxford Review of Education. En utilisant les données longitudinales du recensement pour examiner plus de 43 000 élèves âgés de 10 à 11 ans, puis de 13 à 14 ans, la recherche fournit des preuves substantielles que les élèves qui lisent quotidiennement des livres de qualité obtiennent de meilleurs résultats aux tests.

Les notes moyennes des élèves qui lisent des livres ont augmenté de 0,22 point dans l’ensemble, ce qui équivaut à trois mois de croissance scolaire supplémentaire dans le secondaire. L’étude n’a démontré aucun avantage similaire pour les enfants qui lisent des quotidiens, des bandes dessinées ou des magazines, et seuls des bénéfices marginaux sont tirés des nouvelles. Les résultats ont des implications importantes pour les parents, les enseignants et les décideurs politiques, et l’équipe de recherche internationale suggèrent que les jeunes consacrent leur temps de lecture uniquement aux livres. Le co-auteur, le professeur John Jerrim, de l’Institut de l’éducation de l’UCL, a expliqué : «Bien que trois mois de progrès puissent sembler relativement peu importants pour certaines personnes, cela équivaut à plus de 10 % des trois années d’études secondaires mesurées - de l’âge de 11 ans à 14 ans, ce qui, nous le savons, est une période de développement considérable.»

«Dans un monde de plus en plus numérique, il est important que les jeunes soient encouragés à trouver du temps pour lire un bon livre».

Le professeur Oscar Marcenaro-Gutierrez, de l’université de Malaga, a ajouté : «D’autres formes de lecture moins complexes et moins engageantes ont peu de chances d’apporter les mêmes avantages quand au développement cognitif, et ne devraient pas être comptabilisées dans leur temps de lecture.»

«Cela est particulièrement important pour les élèves peu performants, pour lesquels toute association est susceptible d’être la plus forte.»

Le co-auteur, le Dr Luis Alejandro Lopez-Agudo, de l’Université de Malaga, déclare : «La lecture est une compétence fondamentale qui joue un rôle clé dans notre vie à tous. Nos résultats démontrent une fois de plus que ce n’est pas seulement le fait que les jeunes lisent ou non qui compte, mais c’est aussi ce qu’ils lisent».

On sait déjà que le temps que les enfants consacrent à la lecture les aide à développer leurs capacités de lecture et d’écriture. Cette capacité s’accroît par la pratique et en essayant des textes plus longs et plus difficiles. Cependant, peu d’études se sont penchées sur la question de savoir si le type de matériel choisi par les enfants influence leurs résultats scolaires. Cette étude, portant sur des élèves en Espagne, a tenté d’établir s’il existe un lien entre les résultats obtenus en lecture et en mathématiques et le type de matériel que les étudiants utilisent pendant leur temps libre, ainsi que le temps qu’ils y consacrent. Des bandes dessinées, des nouvelles, des livres, des journaux et des magazines ont été inclus dans la recherche.

 

Les résultats ont montré que plus les enfants lisent des livres, meilleurs sont leurs résultats aux examens à l’adolescence. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les résultats ont montré que plus les enfants lisent des livres, meilleurs sont leurs résultats aux examens à l’adolescence. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Les chercheurs ont utilisé les données d’un recensement effectué par l’Agence andalouse d’évaluation de l’éducation. Les réponses aux questionnaires ont été complétées en 2008 et 2009 par les jeunes de 10 et 11 ans, et en 2011 et 2012 par les jeunes de 13 et 14 ans. L’attitude des enfants vis-à-vis de l’école a été prise en compte ainsi que les niveaux de réussite antérieurs. Les parents ont également été interrogés sur leurs propres habitudes de lecture et sur leur implication dans l’éducation de leur enfant.

Les résultats ont montré que plus les enfants lisaient des livres, plus ils obtenaient de bons résultats aux tests scolaires à l’adolescence. Le même effet n’a pas été observé avec les bandes dessinées, les journaux ou les magazines. Plus précisément, les chercheurs ont constaté  que : 

- Les jeunes de 13 à 14 ans qui lisent des livres tous les jours ou presque ont obtenu des résultats supérieurs de 0,22  point écart-type (l’équivalent de trois mois) au test d’alphabétisation, que ceux qui ne lisent presque jamais de livres.

- Il existe des preuves de retombées positives dans d’autres matières, avec une différence d’environ 0,20 points d’écart-type en mathématiques.

- Lire des nouvelles au moins une fois par mois était bénéfique. Les chercheurs ont toutefois conclu qu’il était peu probable que lire des nouvelles une fois par semaine, voire une fois  par jour apporte d’autres avantages.

L’étude a également mis en évidence les habitudes de lecture de différents groupes d'enfants. Elle a montré que : 

- Les filles semblent lire plus souvent que les garçons des nouvelles, des livres et des journaux, et moins souvent des bandes dessinées et des magazines.

- Les jeunes des milieux favorisés lisent tous types de textes plus fréquemment que ceux des milieux défavorisés.

- Les élèves les plus performants (d’après leurs résultats aux examens de second degré) étaient plus susceptibles de lire des contes, des romans courts et des livres que les élèves les moins performants, bien qu’il y ait peu de différence en ce qui concerne la lecture de bandes dessinées, de journaux et de magazines.

 

L'attitude des enfants vis-à-vis de l'école a été prise en compte ainsi que les niveaux de réussite antérieurs. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L'attitude des enfants vis-à-vis de l'école a été prise en compte ainsi que les niveaux de réussite antérieurs. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Les résultats de cette étude doivent être interprétés en tenant compte de certaines limites et de la nécessité de poursuivre les recherches. Il s’agit notamment de la recherche menée dans une région particulière d’Espagne et de l’accent mis sur les progrès scolaires réalisés au cours de la prime adolescence. À ce stade, les compétences en lecture sont déjà assez bien développées - il n’existe pas de données pour les enfants plus jeunes.


Fourni par : Taylor & Francis (Note : Le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Marlène Deloumeaux

Version en anglais : Children Who Read Books Daily Score Higher in School Tests