Les élèves de l'école catholique de Covington répondent aux accusations

Le 26/01/2019

Nick Sandmann, le jeune élève qui souriait en silence en faisant face à un activiste amérindien jouant du tambour devant lui, a répondu à ceux qui affirmaient que son expression était irrespectueuse et raciste.

 

«Je le vois comme un sourire disant que c’est le meilleur que vous puissiez obtenir de moi. Vous ne recevrez plus aucune réaction d'agression, et je resterai ici aussi longtemps que vous voudrez frapper ce tambour sur ma tête.»
«Je le vois comme un sourire disant que c’est le meilleur que vous puissiez obtenir de moi. Vous ne recevrez plus aucune réaction d'agression, et je resterai ici aussi longtemps que vous voudrez frapper ce tambour sur ma tête.»

 

Sandmann, 15 ans, accompagnait d’autres élèves du lycée catholique Covington du Kentucky pour participer à un événement «pro-vie» au Lincoln Memorial à Washington, lorsque plusieurs membres du groupe religieux radical Black Hebrew Israelites ont scandé des insultes et des critiques envers les jeunes du lycée.

Au cours de la confrontation, le militant amérindien Nathan Phillips a approché Sandmann et a commencé à tambouriner et à chanter à quelques centimètres de son visage alors que l'adolescent se tenait immobile.

Cependant, les premières images de l'événement montraient Sandmann et Phillips sans contexte, ce qui a provoqué une avalanche de critiques des médias sociaux affirmant que Sandmann et ses camarades de classe se moquaient de Phillips. Beaucoup décrivent le sourire de Sandmann comme un «sourire narquois» et l’accusent de racisme. Sandmann et d'autres étudiants ont fait l'objet de harcèlement téléphonique et de menaces de mort. Selon les étudiants, cela incluait des injures homosexuelles liées à leur religion catholique.

«Les gens m'ont jugé basé sur une expression», a déclaré Sandmann dans une interview à Today. «Je ne faisais pas un sourire narquois mais les gens ont supposé que c'était ce que [je faisais], et ils sont partis de là pour me qualifier de raciste, quelqu'un qui manque de respect envers les adultes…»

Pourtant l'explication du jeune concernant son attitude est toute autre: «Je le vois comme un sourire disant que c’est le meilleur que vous puissiez obtenir de moi. Vous ne recevrez plus aucune réaction d'agression, et je resterai ici aussi longtemps que vous voudrez frapper ce tambour sur ma tête.»

Sandmann a d'abord été identifié à tort comme étant Andrew Hodge, un autre étudiant de Covington. «Les gens se sont ensuite mis à spammer ma famille avec des harcèlements et des menaces de violence physique», a écrit Hodges sur Twitter. Des activistes en ligne ont découvert l’adresse de ses parents et l’ont rendue publique, après quoi la famille a été harcelée.

«Comme si cela ne suffisait pas, notre entreprise familiale a été calomniée et attaquée», a-t-il écrit.

Les premières informations, basées sur les images montées, ne contenaient aucun commentaire de Sandmann ou d'autres personnes de son école. Au lieu de cela, ils ont propagé les accusations de Phillips, qui soutient qu'il était intervenu pour défendre les membres du Black Hebrew Israelites. Phillips se décrit également comme un ancien combattant de la guerre du Vietnam, même s'il est né trop tard pour avoir servi dans ce conflit.

Selon les premières rumeurs, les étudiants, qui portaient une casquette rouge «Make America Great Again», scandaient des slogans provocateurs, tels que «construis le mur» - une référence à la promesse de campagne du président Donald Trump.

Une vidéo complète de l’incident montre en réalité que les élèves chantaient la devise de leur école et ne provoquaient ni Phillips ni les cinq membres du groupe religieux radical Black Hebrew Israelites.

«Parce que nous étions agressés et provoqués en public, un élève de notre groupe a demandé à l'un de nos professeurs la permission de commencer les chants spirituels de notre école pour contrer les propos odieux proférés contre notre groupe», écrit Sandmann dans un communiqué publié au cours du week-end. «Les chants sont couramment utilisés lors d'événements sportifs. Ils sont tous de nature positive et ressemblent à ce que vous entendriez dans n’importe quel lycée.»

L’école secondaire catholique Covington a déclaré qu’elle avait été contrainte de fermer temporairement l’établissement et de travailler avec la police en raison du nombre important de menaces de mort qui ont suivi l’incident. L'école a rouvert le 23 janvier avec une sécurité renforcée.

Alors qu'une image plus complète de l'histoire est apparue, de nombreuses personnes qui avaient critiqué les étudiants de Covington ont présenté des excuses.

Dans un article publié dans l’Atlantique, l’écrivain Julie Irwin Zimmerman a déclaré que l’incident et ses conséquences reflétaient l’aspect négatif des médias sociaux dans l’environnement politique très polarisé d’aujourd’hui.

«Si l’incident catholique de Covington était un test, c’est un test que j’ai échoué - comme beaucoup d’autres. Allons-nous en tirer des leçons? La prochaine fois qu'une histoire comme celle-ci fera surface, j'essaierai de la laisser de côté jusqu'à ce que d'autres faits soient révélés», a-t-elle écrit.