La Chine offre aux élèves de l'argent pour dénoncer les comportements religieux

Le 09/02/2019
Les élèves doivent rejeter les croyances religieuses et sont encouragés à dénoncer aux autorités toute personne impliquée dans une religion. (Image: YouTube/Capture d'écran)
Les élèves doivent rejeter les croyances religieuses et sont encouragés à dénoncer aux autorités toute personne impliquée dans une religion. (Image: YouTube/Capture d'écran)

 

Le Parti communiste chinois (PCC) a intensifié ses efforts pour inculquer l'athéisme aux élèves des écoles primaires et secondaires, selon Bitter Winter - un site internet qui traite de la liberté religieuse et des droits de l'homme en Chine et qui est géré par le Centre d’études sur les nouvelles religions, dont le siège est à Turin, en Italie. Les élèves doivent rejeter les croyances religieuses et sont encouragés à dénoncer aux autorités toute personne impliquée dans une religion.

Le département de l'éducation de Shenyang, dans la province du Liaoning, a demandé aux écoles d'interdire à leurs élèves de participer à des activités religieuses. Les enseignants de la ville de Yingkou ont reçu une directive de leurs supérieurs via l'application de réseau social chinois WeChat, qui visait à déterminer si les élèves avaient des convictions religieuses et à menacer les parents de signaler tout comportement religieux au Bureau de la sécurité publique.

«Les écoles sont tenues de dire aux élèves que les religions sont des «sectes» et de ne pas y croire; mais pourtant nous n’apprenons pas aux élèves ce qu’est une «secte». On nous dit de faire pression sur les parents et les élèves pour qu'ils signalent toute activité religieuse», a déclaré à Lin Free M. Lin, un enseignant de primaire de la province du Hubei.

«Les écoles ont toujours été tenues d'inculquer l'athéisme et la philosophie du PCC «de lutte» aux étudiants», a déclaré M. Wang, un autre enseignant de la province du Hunan, à la chaîne de télévision New Tang Dynasty (NTDTV).

 

La police de Lanzhou, dans la province du Gansu, s'était rendue dans des écoles secondaires pour encourager les élèves à les informer immédiatement s'ils découvraient une personne ayant des convictions religieuses. (Image: mjbowman070, Pixabay, CC0 0.1)
La police de Lanzhou, dans la province du Gansu, s'était rendue dans des écoles secondaires pour encourager les élèves à les informer immédiatement s'ils découvraient une personne ayant des convictions religieuses. (Image: mjbowman070, Pixabay, CC0 0.1)

 

Bitter Winter a signalé que la police de Lanzhou, dans la province du Gansu, s'était rendue dans des écoles secondaires pour encourager les élèves à les informer immédiatement s'ils découvraient une personne ayant des convictions religieuses. On a même promis aux enfants une récompense de 1011 yuans pour dénoncer un citoyen ayant des convictions religieuses et entre 10117 et 40000 yuans pour dénoncer un chef religieux.

La police a par ailleurs encouragé les enfants à faire des rapports sur leurs parents et les membres de leur famille ou de composer le 110 pour appeler la police si un croyant religieux les abordait un jour pour prêcher leurs convictions. La police de Bozhou, dans la province d'Anhui, a également visité des écoles primaires en utilisant des récompenses en espèces pour inciter les enfants à faire des rapports sur leurs parents.

«Cette approche est similaire à celle utilisée lors de la révolution culturelle. Elle détruit les relations humaines et répand la méfiance et l'apathie parmi les gens. Cela provoque un déclin de la morale sociale», a déclaré à Radio Free Asia M. Pan, un parent de la province du Guangdong.

Liyan, un enseignant de Chine continentale, a déclaré à la télévision NTDTV que le PCC utilise l'athéisme et l'idéologie marxiste pour détruire l’innocence des enfants en les déracinant des valeurs culturelles traditionnelles, qui incluent la foi en la divinité et le ciel. En leur enseignant l’athéisme et en les poussant à dénoncer leurs propres parents, l’esprit et le comportement des enfants sont manipulés pour devenir remplis de suspicion et de haine.