L’Impératrice Ma de la célèbre dynastie des Han

Texte français : Lia Suzuran
Le 30/08/2019

Troisième fille d'un célèbre général de la dynastie Han Ma Yuan, Ma Mingde n’avait que 13 ans lorsque son père est mort. Sa mère était atteinte de troubles mentaux. Ma Mingde s’est courageusement occupé de sa famille. Elle était capable de gérer toutes les tâches quotidiennes. Elle pouvait aussi représenter la famille avec la maturité d’une adulte pendant les périodes difficiles.
 

Ma Mingde, troisième fille d’un général de la célèbre dynastie des Han, est devenue impératrice à l’âge de 21 ans. (Image: Goût de la vie)
Ma Mingde, troisième fille d’un général de la célèbre dynastie des Han, est devenue impératrice à l’âge de 21 ans. (Image: Goût de la vie)
 

En 52, à l'âge de 13 ans, elle fut choisie pour faire partie de la cour de Liu Zhuang, le prince héritier. Elle traitait tout le monde autour d'elle avec beaucoup de respect et de courtoisie, et se fit aimée de tous. Vers l'an 60, il était sur le point de choisir son impératrice et demanda conseil à sa mère, l'Impératrice Dowager Yager. L’Impératrice douairière Yin répondit: «Vous devriez porter votre choix sur Lady Ma, la plus vertueuse de toutes vos femmes.» C’est ainsi qu’est née l’Impératrice Ma Mingde («Ming» signifie clarté et «de» vertu).

L’Impératrice Ma, en plus d’être vertueuse, était très instruite. Elle pouvait réciter le Traité canonique des mutations dans son intégralité et connaissait avec précision de nombreux textes confucianistes classiques. Elle devint même écrivain elle-même.
 

L’Impératrice Ma, à la fois vertueuse et instruite, devint écrivain. (Image: Capture / YouTube)
L’Impératrice Ma, à la fois vertueuse et instruite, devint écrivain. (Image: Capture / YouTube)
 

L’Impératrice Ma était modeste, frugale, ne recherchait ni le plaisir ni le confort. Elle était gentille avec tout le monde. En dehors des occasions officielles, elle ne portait jamais de vêtements en soie coûteux, mais du coton ordinaire. Les autres femmes de l'Empereur la respectaient et l'admiraient.

C’était une femme vertueuse, talentueuse, et d’une grande beauté. Elle ne voulait pas s’immiscer dans les affaires du pays, mais elle intervint à de rares occasions, lorsqu’elle l’estima nécessaire. En quelques mots et en un seul regard sur le visage de Ma Mingde, une affaire de la plus haute importance, qui aurait pu entraîner la mort injustifiée de nombreux innocents, fut réglée. Liu Zhuang était pourtant un empereur très strict. L’Impératrice Ma eut beaucoup de mérite: elle parvint à résoudre cette affaire rapidement, avec bienveillance.

Dès lors, l'Empereur Liu Zhuang sut que son impératrice possédait une compréhension de la politique unique et avisée. Elle était capable de prendre en compte une grande quantité d’éléments. Il commença à se tourner vers elle pour obtenir des conseils. Elle tirait des analyses perspicaces et des solutions constructives. Elle contribua directement à l’amélioration des affaires du pays. L’Empereur lui était très reconnaissant, mais l’Impératrice Ma n’en tira jamais partie: jamais elle n’essaya d’élever le rang des membres de sa famille.

L'Impératrice Ma décida de s’occuper d’un bébé qui n’était pas le sien. Elle refusa l’aide des domestiques et s’épuisa pour répondre à tous ses besoins. Elle lui apporta un amour maternel immense, plus grand que celui qu’offraient certaines femmes royales à leurs propres enfants. L'Impératrice Ma et l'enfant, Liu Dan, devinrent très proches.

En l'an 75, l'empereur Liu Zhuang mourut. Liu Dan, le prince héritier, monta sur le trône. Il nomma l'Impératrice Ma Impératrice douairière. Il savait que l’Impératrice Ma n’était pas sa mère biologique, mais il savait aussi combien elle l’aimait et dans son cœur, la considérait comme sa mère.
 

Liu Dan monta sur le trône en l'an 75 et nomma l'Impératrice Ma Impératrice douairière. (Image: Capture / YouTube)
Liu Dan monta sur le trône en l'an 75 et nomma l'Impératrice Ma Impératrice douairière. (Image: Capture / YouTube)
 

Liu Dan souhaitait honorer les frères de l’Impératrice douairière du titre de marquis, mais elle écrivit un édit qui l’interdit: «La famille Ma n’a apporté aucune contribution au pays. En ce moment, il y a une sécheresse majeure et notre peuple souffre. Si vous devez les honorer, attendez qu'il fasse beau et que notre frontière soit calme.»

Quatre ans plus tard, le pays a bénéficié d'un temps magnifique et d'une excellente récolte. La frontière s’apaisa. L’empereur attribua alors le titre de marquis à ses trois frères.

Après l'avoir appris, la sage Impératrice mit fin aux ambitions de ses frères. Elle leur ordonna de ne pas exercer d’influence fâcheuse à la cour royale. Ils acceptèrent le titre de marquis, puis démissionnèrent de leurs fonctions officielles et se retirèrent de la cour. Il cessèrent donc de participer aux affaires politiques du pays.

Durant la dynastie des Han de l'Est, de nombreux empereurs moururent jeunes, laissant derrière eux des fils pour hériter du trône. La plupart des jeunes impératrices-douairières avait fait appel à leurs propres familles pour diriger le pays, provoquant de nombreuses tragédies. L'impératrice douairière Ma était une exception. Elle tira des leçons de l'histoire et interdit à sa famille d’avoir trop de pouvoir. Elle vécut toute sa vie de manière modeste, discrète et frugale. Très vive d’esprit, elle était très instruite. Elle mourut en l’an 79, à l'âge de 41 ans.