Des pilotes australiens visés par des tirs de rayons lasers chinois

Texte français : Daniel
Le 25/06/2019

Des navires chinois ont récemment tenté d'intimider des pilotes australiens avec des tirs de laser. Ce n'est que l'un des nombreux cas d'intimidation vécus par les membres du vaisseau amiral HMAS Canberra de la marine Royale Australienne.

 

Ce n'est que l'un des nombreux cas d'intimidation vécus par les membres du vaisseau amiral HMAS de la Marine Royale Australienne Canberra. (Image:wikimedia / CC0 1.0 )
Ce n'est que l'un des nombreux cas d'intimidation vécus par les membres du vaisseau amiral HMAS de la Marine Royale Australienne Canberra. (Image:wikimedia / CC0 1.0 )

 

L'expérience d'Euan Graham en mer de Chine méridionale

Indo-Pacific Endeavour 2019 (IPE19) est un engagement de défense à grande échelle entre l'Australie et le Sri Lanka. En temps que coureur des mers, Euan Graham a acquis une expérience de première main lors de la mission qui a duré trois mois. En particulier, il a pu entrevoir un aperçu de la situation en mer de Chine méridionale ou SCS (South China Sea) région controversée, revendiquée par la Chine et d'autres pays asiatiques. Il a également appris comment la marine australienne gère sa navigation dans le territoire déchiré par le conflit.

À bord du ponton d'atterrissage pour hélicoptères HMAS Canberra, les interactions entre la marine de l'armée de libération du peuple (PLAN) et la RAN se sont déroulées de façon professionnelle. Les navires de guerre australiens ont maintenu des communications radio de pont à pont pour informer les Chinois de toute modification dans leur trajet initial. Mais au cours de certains exercices effectués par les hélicoptères d'attaque Tiger, des navires chinois de passage ont commencé à pointer des lasers sur eux.

Un navire de guerre chinois a commencé à les suivre à distance. Graham se demandait si ces actions étaient coordonnées ou si les Chinois réagissaient à quelque chose auquel ils ne s'attendaient pas. Le HMAS Canberra a néanmoins poursuivi ses activités, sans se laisser impressionner par les tactiques d'intimidation des navires chinois. Graham a conclu que la capacité navale du PLAN en mer de Chine méridionale est en croissance.

 

Les HMAS Canberra et HMAS Newcastle naviguant , dans le cadre de  la formation 'Indo-Pacific Endeavour 2019. (Image: Navy Daily / CC0 1.0 )
Les HMAS Canberra et HMAS Newcastle naviguant , dans le cadre de  la formation 'Indo-Pacific Endeavour 2019. (Image: Navy Daily CC0 1.0 )

 

La Chine militarise la mer de Chine méridionale depuis plusieurs années. Des avions de surveillance, du matériel militaire et des missiles guidés sont disséminés dans la région. Pékin a également commencé à faire pression sur d'autres pays, en jouant de son influence militaire et politique, pour leur faire abandonner toute revendication relative à la région. Mais des pays comme le Vietnam, les Philippines, Taiwan, la Malaisie et l'Indonésie n'ont pas encore reculé.

«La marine australienne a courageusement démontré sa volonté de rester présente dans la SCS, en opérant à plusieurs endroits à la fois. La Chine a également souligné qu'elle pouvait détecter des navires de guerre étrangers et avait la capacité de déployer des forces de contrôle dans l’ensemble de la SCS. C'est une avancée qui donne à réfléchir. Si, comme je l’espère, l'Australie continue d'opérer dans la SCS à long terme, sa capacité à le faire dépendra de plus en plus du soutien de ses alliés et de ses partenaires. Ce n'est pas un travail à faire seul. L’IPE représente une longueur d’avance dans le développement des partenariats de défense et de sécurité dans lesquels l’Australie doit investir pour un avenir moins restreint», a déclaré Graham dans un communiqué (The Strategist).

 

Nouveaux destroyers

L'armée chinoise a commandé deux autres destroyers à missiles guidés. Pékin pourra ainsi porter à 20 le nombre total de ces navires de guerre. Les destroyers sont essentiellement des navires de guerre qui accompagnent des porte-avions et sont capables de manœuvrer sur de longues distances. La décision de renforcer ses forces navales est conforme à une nouvelle doctrine annoncée par le président Xi Jinping, visant à réduire la dépendance du pays à l'égard de son armée tout en renforçant la marine et la force aérienne.

 

La marine chinoise lance un destroyer à  missiles de nouvelle génération provenant du chantier naval de Jiangnan (Group) Co. LTD. à Shanghai. (Image: YouTube / Capture d'écran )
La marine chinoise lance un destroyer à  missiles de nouvelle génération provenant du chantier naval de Jiangnan (Group) Co. LTD. à Shanghai. (Image: YouTube / Capture d'écran )

 

À l'avenir, il est possible que la force navale chinoise dispose de 30 destroyers, susceptibles de jouer un rôle crucial dans le plan de Pékin visant à dominer la mer de Chine méridionale. Les deux nouveaux destroyers en commande sont de type 052D, ce qui représente une amélioration par rapport à la génération précédente de type 052C, et ils sont équipés de 64 cellules de missile  à système de lancement vertical.