Un sage de l’Inde ancienne a prédit l’existence de l'eau sur Mars

Texte français : Swan et Anne
Le 07/05/2019

Ce n'est qu'au cours des derniers siècles que les scientifiques occidentaux en sont venus à émettre l’hypothèse qu’il y aurait de l’eau sur Mars. Cependant, il y a 1500 ans, un sage de l'Inde, Varahamihira, l'avait déjà prédit.


Il y a 1500 ans, un sage de l'Inde ancienne, Varahamihira, a prédit l'existence de l'eau sur Mars. (Image: Capture d'écran / Youtube)
Il y a 1500 ans, un sage de l'Inde ancienne, Varahamihira, a prédit l'existence de l'eau sur Mars. (Image: Capture d'écran / Youtube)
 

Varahamihira

Né au VIe siècle après J.-C. dans la région d'Avanti (Malwa à l’époque moderne), le père de Varahamihira était un fervent adorateur du Soleil. De ce fait, la connaissance de l'astronomie lui a été transmise dès son plus jeune âge. Dans sa jeunesse, Varahamihira aurait rencontré le légendaire mathématicien indien Aryabhata, qui l'a encouragé dans son apprentissage de l'astrologie et de l'astronomie.

À cette époque, la ville d'Ujjain était réputée pour être un haut lieu de la culture et de l’enseignement. Varahamihira s'installa dans la ville et commença à apprendre de divers érudits. Sa connaissance de l'astronomie aurait atteint un tel niveau que le roi de Malwa fit de lui  l'un des neuf joyaux de la cour.


Sa connaissance de l'astronomie aurait atteint un tel niveau que le roi de Malwa fit de lui l'un des neuf joyaux de la cour. (Image: Capture d'écran / YouTube)
Sa connaissance de l'astronomie aurait atteint un tel niveau que le roi de Malwa fit de lui l'un des neuf joyaux de la cour. (Image: Capture d'écran / YouTube)


Un ouvrage célèbre de Varahamihira est le Pancha-Siddhantika, dans lequel il décrit cinq grands systèmes de connaissances astronomiques, l'un d'eux étant le texte indien Surya-Siddhanta. C'est dans ce traité que Varahamihira prédit la présence d'eau sur Mars. Le livre décrit la planète rouge en détail, y compris une hypothèse selon laquelle la surface martienne contiendrait du fer. Aujourd'hui, la science a prouvé que la couleur rouge de Mars provient de la poussière de fer qui constitue une grande partie de sa surface.

Varahamihira a également calculé que le diamètre de Mars était de 3772 milles, soit seulement 11 % de moins que le diamètre actuel connu de 4218 milles. Le Brihat Samhita est un autre ouvrage majeur de Varahamihira  qui couvre un large éventail de sujets tels que les mouvements planétaires, les éclipses, les précipitations, l'architecture, les nuages, et ainsi de suite. Près de 60 couplets du livre parlent aussi des différentes comètes que Varahamihira a observées tout au long de sa vie.

En mathématiques, on lui attribue la découverte des formules trigonométriques et même l'amélioration de la précision des tables de sinus existantes. Varahamihira est également considéré comme le premier mathématicien au monde à avoir proposé une première forme du «Triangle de Pascal». Son livre contient la première référence connue des carrés magiques 4×4. Au sujet de ses traités, Varahamihira aurait dit: «La science de l'astrologie est un vaste océan et il n'est pas facile pour tout le monde de le traverser. Mes traités constituent un bateau sûr.» (Tech Top)

 

Mars et l'eau


La majeure partie de l'eau existant sur Mars se présente sous forme de glace. De petites quantités d'eau apparaissent sous forme de vapeur dans l'atmosphère. Ce n'est qu'à la surface de la calotte polaire nord que la glace est visible. Selon les estimations, Mars recèle près de 21 millions de kilomètres cubes de glace à sa surface ou à proximité.


La majeure partie de l'eau existant sur Mars se présente sous forme de glace. (Image: Capture d'écran / YouTube)
La majeure partie de l'eau existant sur Mars se présente sous forme de glace. (Image: Capture d'écran / YouTube)


Dans un passé lointain, la planète rouge était peut-être un endroit humide où les micro-organismes survivaient en surface. Mais actuellement, l'environnement martien est sec et gelé. De plus, le fait que la planète soit bombardée de rayons cosmiques, en raison de l'absence d'une couche d'ozone et d'un champ magnétique, réduit la possibilité de vie existant sur Mars. Néanmoins, la découverte d'eau exploitable sur Mars est sans conteste un élément positif pour l'exploration spatiale humaine. Comme l'eau peut être convertie en carburant de fusée, si nous parvenions à récupérer et à transformer l’eau de la glace sur la planète, les futures missions spatiales pourraient envisager le  ravitaillement en carburant directement sur Mars,