Nouvelles approches agricoles en Chine?

Texte français : Fetty Adler
Le 25/04/2019

Une nouvelle stratégie actuellement mise en œuvre en Chine permettrait que les agriculteurs puissent faire beaucoup plus que récolter leurs productions. L'idée est que des terres agricoles diversifiées et bien gérées puissent, entre autre, permettre une meilleure maîtrise des inondations, la purification de l'eau et la stabilité du climat.

 
L'expansion de la monoculture menace les précieux services rendus par la terre, tels que la régulation des inondations et du climat, la purification de l'eau. Une nouvelle approche devrait permettre de préserver ces avantages, tout en améliorant la biodiversité et les moyens d'existence humains dans les zones rurales du monde entier. (Image: Sasint / Pixabay)
L'expansion de la monoculture menace les précieux services rendus par la terre, tels que la régulation des inondations et du climat, la purification de l'eau. Une nouvelle approche devrait permettre de préserver ces avantages, tout en améliorant la biodiversité et les moyens d'existence humains dans les zones rurales du monde entier. (Image: Sasint / Pixabay)

 

Une étude de cas récente menée par des chercheurs de Stanford, de l'Université McGill et de l'Académie chinoise des sciences illustre bien cette approche: les agriculteurs qui tiennent compte des préoccupations environnementales ont doublé leurs revenus et réduit leur dépendance à une production unique, tout en exploitant la terre dans le respect de l’environnement.

Le groupe a déclaré que cette approche pourrait aider les agriculteurs du monde entier à protéger à la fois l'environnement et leurs moyens de subsistance. Gretchen Daily, co-fondatrice et directrice du Stanford Natural Capital Project, a déclaré:

«Les fermes de monoculture du XXe siècle ont considérablement augmenté la production agricole, mais à un prix énorme.»

«La pensée conventionnelle dit que la monoculture est le seul moyen de nourrir le monde, mais aujourd'hui il y a beaucoup à repenser, car des milliards de personnes sont exposées à des risques accrus d'inondation, de pollution de l'eau, de risque climatique et autres difficultés graves.» Daily était l’auteur principal d'un article décrivant les résultats, publié la semaine du 1er avril dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

 

Test sur une île:

En collaboration avec les autorités gouvernementales, les chercheurs ont examiné comment l'approche proposée, appelée «Stratégie de développement écologique», pourrait fonctionner dans l'île de Hainan, une région rurale tropicale où l'expansion des plantations de caoutchouc a entraîné une perte importante de la forêt naturelle et de ses avantages vitaux, tels que la rétention du sol et la réduction des inondations.

Bien que l'économie ait progressé grâce aux plantations, les pratiques de monoculture intensive ont accru le ruissellement des sédiments et canalisé les produits chimiques agricoles vers les eaux de surface. Les loisirs et le tourisme forestiers ont disparu. Les inondations ont été exacerbées par la perte d'arbres dans la région. Les chercheurs ont examiné l'évolution de l'utilisation des sols et de la couverture végétale sur l'île de Hainan au cours d'une période de 19 ans de croissance soutenue des plantations de caoutchouc.

 

Gretchen Daily, biologiste de Stanford, et Hua Zheng, auteur principal de l'étude, effectuent des recherches sur une plantation conventionnelle à Hainan, en Chine. (Image: Zhiyun Ouyang).
Gretchen Daily, biologiste de Stanford, et Hua Zheng, auteur principal de l'étude, effectuent des recherches sur une plantation conventionnelle à Hainan, en Chine. (Image: Zhiyun Ouyang).
 

En associant ces informations aux données d’enquête auprès des ménages, l’équipe a utilisé le logiciel de modélisation InVEST du projet Natural Capital pour comprendre comment des changements dans la gestion de l’utilisation des sols auraient pu générer différents résultats en termes de prospérité naturelle ou de forêt naturelle. Parallèlement aux données historiques sur les terres de près de deux décennies, les modèles ont aidé les chercheurs à comprendre ce qui aurait pu se passer si les terres n'avaient jamais été aménagées pour des plantations de caoutchouc ou si les plantations avaient été gérées différemment.

Les chercheurs ont notamment examiné un changement clé dans la gestion des terres – une technique appelée culture intercalaire consistant à cultiver d'autres plantes de valeur dans le sous-étage d'une culture principale. Ils ont constaté que les producteurs d'hévéa qui maintenaient cette activité maintenaient les mêmes niveaux de production que les plantations en monoculture, tout en augmentant considérablement la rétention des sols, la réduction des inondations et la rétention des éléments nutritifs.

Ce qui est peut-être plus frappant encore, c'est que les agriculteurs qui ont adopté cette approche ont doublé leurs revenus grâce aux revenus tirés des cultures supplémentaires. En diversifiant leurs terres, les agriculteurs s'assurent également contre le risque de perte ou de perte de valeur marchande de la récolte d'une seule culture – principales vulnérabilités du système de monoculture.

 

Des applications plus larges

Au cœur de la stratégie de développement écologique de la Chine se trouve l'accent mis sur des investissements ciblés dans la nature. Identifier des endroits comme Hainan, où les décisions politiques et de gestion peuvent soutenir à la fois l'économie et l'environnement, est essentiel pour obtenir les impacts généralisés recherchés par la Chine. Selon les chercheurs, cette étude illustre comment les régions peuvent tirer parti des ressources naturelles pour soutenir la croissance économique sans sacrifier la santé des écosystèmes ou le bien-être humain.
 

Un hévéa dans une plantation de monoculture à Hainan, en Chine. (Image: Chris Colvin)
Un hévéa dans une plantation de monoculture à Hainan, en Chine. (Image: Chris Colvin)

Les défis auxquels sont confrontés les agriculteurs des plantations d'hévéas de Hainan sont amplifiés à l'échelle mondiale, où les monocultures, comme le soja et la production d’huile de palme, ou l’élevage de bœuf , dominent la grande majorité du marché alimentaire mondial. L'insécurité climatique mondiale, la pollution de l'eau et l'extinction massive des espèces en sont les conséquences. Les auteurs de l'étude soulignent que des méthodes scientifiques existent pour aider à faire évoluer les systèmes de monoculture dans le monde entier, et des incitations économiques attendent les intéressés. Daily a dit:

«Il n'y a pas nécessairement besoin de faire un compromis.»

«Vous pouvez avoir une production à haute valeur ajoutée et à haut rendement qui assure les moyens de subsistance des agriculteurs et soutient le fonctionnement vital de l'écosystème naturel.»

Fourni par: SARAH CAFASSO/Université Stanford [Note: Le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés].

Troy OAKES