Deux histoires troublantes autour de la réincarnation

Le 03/02/2019

La réincarnation est un concept resté sans réponse. Alors qu’on y croit fortement en Orient; en Occident, en revanche, le concept n’est pas largement admis. La réincarnation constitue un défi aux connaissances fondées sur la science. En limitant notre connaissance à ce que la science nous permet de connaître, ne sommes-nous pas en train de nous restreindre à cette seule dimension de la réalité ?

 

La réincarnation
La réincarnation constitue un défi aux connaissances fondées sur la science. (Image: Kanenori/123RF)

 

La réincarnation suggère que chaque individu a une âme qui renaît dans un nouveau corps. Il s’agit d’une croyance à prédominance hindoue qui sous-entend que le cycle de la naissance, de la mort et de la renaissance (connu sous le nom de Samsara), correspond à ce que l’âme traverse en revêtant un corps, en le quittant lorsque celui-ci meurt, puis en retournant sur terre dans une nouvelle forme.

On ne compte plus le nombre d’histoires de par le monde qui démontrent que la réincarnation est une possibilité qui dépassent les religions, les espaces géographiques et les cultures. Les deux histoires qui suivent suggèrent que la réincarnation est bel et bien une réalité. Si ce sujet n’est pas vraiment votre tasse de thé, vous serez au moins étonnés par les stupéfiantes coïncidences.

 

L’histoire de Ma Tin Aung Myo

Cette histoire sort tout droit de la recherche publiée en 1958 par Ian Stevenson, psychiatre nord-américain, au sujet d’expériences de réincarnation vécues à travers le monde. Les histoires publiées dans cette recherche ont été vérifiées et enregistrées. 

Ma Tin Aung Myo, une femme birmane, a affirmé qu’elle était la réincarnation d’un soldat japonais tué pendant la Seconde guerre mondiale. La Birmanie était sous occupation japonaise dans les années 1940 et était constamment bombardée par les alliés. Les parents de Ma Tin’s vivaient à cette époque-là et sa mère Daw Aye Tin, s’était liée d'amitié avec un cuisinier japonais pendant la guerre.  Après la guerre, lorsque les japonais quittèrent la Birmanie et que la vie reprit son cours normal, Daw tomba enceinte de son quatrième enfant. C’était en 1953. La grossesse se déroulait bien mais Daw faisait toujours le même rêve dans lequel son ami cuisinier japonais lui disait qu’il reviendrait auprès d’elle.  Le 26 décembre 1953, Ma Tin vit le jour. C’était un bébé en parfaite santé, avec une marque de naissance sur l’aine.

En grandissant, l’enfant aspirait de plus en plus à rentrer chez elle. Cela déconcertait tout le monde puisqu’elle était déjà chez elle. Plus elle grandissait, plus ses demandes devenaient précises. Elle voulait retourner chez elle au Japon. Elle pouvait même décrire sa maison au Japon, elle parlait de sa famille et des ses souvenirs. Elle avait peur des avions et à chaque fois qu’un avion survolait sa maison, elle était au bord des larmes. Plus tard, elle a aussi été en mesure de décrire l’emploi qu’elle occupait, les vêtements qu’elle portait le jour de sa mort et la façon dont elle était morte. Elle prétendait être la même personne avec laquelle sa mère s'était liée d’amitié autrefois. 

 

La réincarnation
La réincarnation suggère que chaque individu a une âme qui renaît dans un nouveau corps. (Image: cocoparisienne/123RF)

 

Ma Tin se souvenait qu’elle était un cuisinier dans l’armée japonaise et qu’elle se trouvait à proximité d’un tas de bois de chauffage lorsque les alliés avaient attaqué. Alors qu’elle courait pour se mettre à l’abri, une balle tirée depuis l’un des avions, l’avait touchée dans la région de l’aine. Cela expliquait sa phobie des avions. En outre, elle était capable de donner une description précise de l’avion qui avait causé sa mort. Elle affirmait aussi qu’elle était un homme dans sa vie antérieure. Toutes ses affirmations à propos de l’attaque du village par un avion et de sa fonction de cuisinier pour l’armée se sont avérées être vraies.

 

L’histoire de Luke Ruehlman

Il s’agit de l’histoire d’un petit garçon de 5 ans convaincu qu’il avait été une femme du nom de Pam morte après avoir  sauté d’un bâtiment en flammes.

 

La réincarnation
En limitant notre connaissance à ce que la science nous autorise à connaître, ne sommes-nous pas en train de nous restreindre à cette seule dimension de la réalité ? (Image: Cherylholt/123RF)


 
Selon Erica,  la maman de Luke, ce dernier avait commencé à parler de Pam à l'âge de 2 ans. Sa famille ne connaissait personne de ce nom. Il était donc peu probable qu’il eût entendu ce prénom dans l’entourage familial. 

Lorsque la mère demanda à son fils qui était Pam, celui-ci lui répondit qu’il était Pam. Luke affirma : “Je suis Pam. Je veux dire… j’étais Pam mais je suis mort et je suis allé au paradis. J’ai vu Dieu et finalement il m’a renvoyé ici et quand je me suis réveillé, j’étais un bébé et vous m’avez appelé Luke”. Il se souvenait aussi qu’il était une femme aux cheveux noirs.

Le petit garçon avait aussi expliqué à sa mère comment Pam était morte. Il a mentionné qu’elle vivait à Chicago et qu’elle était décédée après  avoir sauté d’un hôtel en feu. Après des recherches approfondies, Erica a découvert qu’une femme du nom de Pam Robinson avait effectivement perdu la vie avec 19 autres personnes dans l’incendie de l'hôtel Paxton de Chicago en mars 1993. Pam Robinson avait en effet trouvé la mort en sautant d’une fenêtre de l'hôtel. La famille du petit garçon n’était pourtant jamais allée à Chicago.

S’agit-il de cas de réincarnations ou de simples coïncidences ? À vous de juger.