Les quatre plus grands romans classiques de la littérature chinoise

Texte français: Lia Suzuran
Le 08/01/2019

Quatre livres célèbres appartiennent à la littérature chinoise. Connus comme les Quatre livres extraordinaires, leur grande influence est à l’origine d’un nombre incalculable de pièces de théâtre, de films, de légendes. Ils ont laissé une profonde trace dans la culture, sous de nombreuses formes.

 
Les quatre plus grands romans classiques de la littérature chinoise
Les quatre plus grands romans classiques de la littérature chinoise
 
 

Pour mieux comprendre la civilisation chinoise, il est essentiel de bien comprendre les récits de ces romans. Tous les romans sont basés sur des événements historiques ou se déroulent au cours de périodes de l’histoire dynastique de la Chine. Ils trouvent tous un fondement philosophique, spirituel, et religieux, caractéristique de la civilisation chinoise.

 

Les Trois Royaumes

Les Trois Royaumes (三國 演義 ou 演义 Sān Guó Yǎn Yì) a été écrit par Luo Guanzhong (中 Luó Quàn Zhōng).

 

 

L'histoire se déroule à la chute de la dynastie des Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.), alors que des héros se soulèvent pour prendre en main le destin de l’empire.
L'histoire se déroule à la chute de la dynastie des Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.), alors que
des héros se soulèvent pour prendre en main le destin de l’empire.

 

Vous aurez du mal à ne pas lire d’une traite ce roman de 100 chapitres, consacré à la fin de la dynastie des Han et la transition vers la période “des Trois royaumes”. Le roman, mis en valeur par un héroïsme épique, tient le lecteur en haleine.

L'auteur s'est inspiré des récits de cette époque tourmentée. Ces histoires entremêlent loyauté et trahison, triomphe et défaite. Le meilleur et le pire de ce qu’était la vie en Chine s'y trouve.

 
Fresque murale du XIXe siècle représentant Lu Zhishen déracinant un arbre, tirée du roman Au bord de l’eau, également appelé Le Récit des berges, a été écrit au XIVe siècle par Shi Nai’an (Shī Nài Ān). Le cœur de l’intrigue repose sur les exploits de brigands justiciers, qui vivent pendant la dynastie Song. (Shizhao/Wikipédia)
Fresque murale du XIXe siècle représentant Lu Zhishen déracinant un arbre, tirée du roman Au bord de l’eau, également appelé Le Récit des berges, a été écrit au XIVe siècle par Shi Nai’an (Shī Nài Ān). Le cœur de l’intrigue repose sur les exploits de brigands justiciers, qui vivent pendant la dynastie Song. (Image: Shizhao/Wikipédia)
 
 

Le Récit des berges

Au bord de l’eau (水滸傳 ou Shuǐ Hǔ Zhuàn), également appelé Le Récit des berges, a été écrit au XIVe siècle par Shi Nai’an (Shī Nài Ān). Le cœur de l’intrigue repose sur les exploits de brigands justiciers, qui vivent pendant la dynastie Song.

 

L'histoire explore la manière dont le destin les a rapprochés et les défis moraux auxquels sont confrontés les bandits.
L'histoire explore la manière dont le destin les a rapprochés
et les défis moraux auxquels sont confrontés les bandits. 

 

L'histoire explore la manière dont le destin les a rapprochés et les défis moraux auxquels sont confrontés les bandits. Ces cent huit hommes et femmes sont pourvus de caractéristiques qui les rendent uniques. L’auteur rend ces personnages particulièrement complexes et multidimensionnels. Leur lutte contre le bien et le mal est sans égale.

 

La Pérégrination vers l'Ouest

La Pérégrination vers l'Ouest (西遊記 ou Xī Yóu Jì) a été écrit par Wu Cheng'en (吳承恩 Wú Chéng'Ēn) au XVIe siècle. C'est un roman mythologique basé sur le voyage réel entrepris par un moine sous la dynastie Tang. Il avait pour objectif de récupérer les écritures bouddhistes d'Inde et  les ramener en Chine. Il ne s'agissait pourtant pas d'un voyage ordinaire.

La Pérégrination vers l'Ouest est un roman mythologique basé sur le véritable voyage entrepris par un moine pendant la dynastie Tang. Il avait pour objectif de récupérer les écritures bouddhistes d'Inde et les ramener en Chine. (Shizhao/Wikipédia)
La Pérégrination vers l'Ouest est un roman mythologique basé sur le véritable voyage entrepris par
un moine pendant la dynastie Tang. Il avait pour objectif de récupérer les écritures bouddhistes d'Inde
et les ramener en Chine. (Image: Shizhao/Wikipédia)
 

En chemin, il rencontre les personnages suivants qui l’accompagnent durant son voyage : un roi singe invincible, un homme-cochon sympathique et naïf, un bonze des sables, et un cheval-dragon. Le déroulé de cet incroyable périple, en apparence impossible à terminer, a marqué l'histoire chinoise. Le roman fut particulièrement apprécié.

 

Le Rêve dans le pavillon rouge

Le Rêve dans le pavillon rouge (紅樓夢 ou Hóng Lóu Mèng), également connu sous le nom d'Histoire de la pierre, a été écrit par Cao Xueqin (曹雪芹 Cáo Xuě Qín) au milieu du XVIIIe siècle. Il s'inscrit dans le courant réaliste, en tant que véritable chef-d'œuvre.

 

Le récit se centre sur les histoires d'amour, les destins et les aventures de la vie dynastique dans ses moindres détails.
Le récit se centre sur les histoires d'amour, les destins et les aventures de la vie dynastique dans ses moindres détails.

 

Le récit se centre sur les histoires d'amour, les destins et les aventures de la vie dynastique dans ses moindres détails. Des études minutieuses et complètes se sont consacrées exclusivement à cet ouvrage. Aucun autre livre ne décrit aussi clairement le quotidien des personnes à différents niveaux de la société durant l'ancien temps.

Pour quelle raison ces quatre livres extraordinaires continuent à fasciner ?

Pourquoi ces histoires rayonnent toujours autant dans le domaine culturel et sont toujours source d’inspiration pour de nombreuses oeuvres d'art ? Sans doute parce qu'elles incarnent la pensée chinoise à travers l'Histoire.

 

Douze Belles de Jinling dans Le Rêve dans le pavillon rouge.
Douze Belles de Jinling dans Le Rêve dans le pavillon rouge.

 

Elles agissent comme source de transmission culturelle et offrent un vision de la vie en Chine. Elles fournissent également des illustrations concrètes du système moral chinois. Les livres contiennent des personnages qui pensent et agissent avec les principes bouddhistes, taoïstes et confucéens pour résoudre leurs dilemmes. Ces systèmes éthiques et moraux abstraits se concrétisent sous de nombreuses formes culturelles.

Ainsi, ces romans ont livré à la Chine l'une de ses plus grandes expressions culturelles.