La Chine nie emprisonner les Ouïghours

Texte français : Chandi Leyishan
Le 11/10/2018

Bien que la Chine soit peu connue pour son adhésion aux droits de l'homme, sa persécution de la communauté ouïghoure est devenue si sévère que l'ONU a récemment demandé des explications à un représentant chinois. Au lieu d'apaiser les craintes de persécution, le fonctionnaire a fini par justifier pourquoi le gouvernement communiste doit continuer sa tyrannie.

(Image : Malcolm Brown via Wikimedia CC BY-SA 2.0)
(Image : Malcolm Brown via Wikimedia CC BY-SA 2.0)

Camps d'emprisonnement
La question est apparue après que l'ONU ait reçu de nombreux rapports qui documentaient l'existence de plus d'un million d'Ouïghours détenus dans des camps d'internement dans le pays. Selon les estimations, environ 2 millions d'Ouïghours ont été endoctrinés avec force par les idéologies politiques adoptées par le Parti communiste chinois.

"Nous sommes profondément préoccupés par les nombreux rapports nombreux et crédibles que nous avons reçus selon lesquels, au nom de la lutte contre l'extrémisme religieux et du maintien de la stabilité sociale (en Chine), la région autonome ouïghoure s'est transformée en un camp d'internement massif, entouré de secret, une sorte de zone sans droits", cite Gay McDougall, du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale, par Reuters.

Lors de la réunion de l'ONU sur la discrimination raciale, la Chine a été interrogée sur l'existence de tels camps d'internement. "Les citoyens du Xinjiang, y compris les Ouïghours, jouissent des mêmes droits et libertés. L'argument selon lequel un million d'Ouïghours sont détenus dans des centres de rééducation est totalement faux", cite la BBC en citant Hu Lianhe, directeur adjoint du United Front Work Department de la Chine.

Cependant, Hu a admis plus tard que l'État met en œuvre des programmes de réinstallation des Ouïghours qu'il pense avoir été trompés par l'extrémisme religieux. Bien que l'explication puisse sembler assez juste, la vérité est que ce n'est pas le cas.

Du point de vue du Parti communiste, toute religion est par défaut extrémiste si elle ne s'aligne pas sur l'idéologie du Parti. En tant que tel, le simple fait de qualifier un groupe de personnes d'extrémistes religieux alors qu'il n'y a pas d'incident de violence grave de leur part est tout simplement ridicule.

Du point de vue du Parti communiste, toute religion est par défaut extrémiste si elle ne s'aligne pas sur l'idéologie du Parti. (Image:  travelingmipo via wikimedia CC BY-SA 2.0)
Du point de vue du Parti communiste, toute religion est par défaut extrémiste si elle ne s'aligne pas sur l'idéologie du Parti. (Image:  travelingmipo via wikimedia CC BY-SA 2.0)
 

La persécution des Ouïghours
Les Ouïghours vivent en grande partie dans la province chinoise du Xinjiang. La plupart d'entre eux sont musulmans et ont leur propre langue, qui est très similaire à l'ouzbek. Le fait d'être des musulmans dévoués est l'une des raisons pour lesquelles les Ouïghours ont fini par attirer la colère du gouvernement. Pékin s'est surmené en essayant de leur arracher la foi islamique.

Bien que la communauté ait essayé de résister à la persécution du gouvernement, le pouvoir du Parti communiste les a rendus impuissants. De nombreux Ouïghours sont admis de force dans des camps gérés par le gouvernement où ils sont contraints de renoncer à leurs croyances. Un vaste réseau d'initiatives de cybersécurité a également été mis en place par Pékin pour surveiller et contrôler les Ouïghours.

Un vaste réseau d'initiatives de cybersécurité a également été mis en place par Pékin pour surveiller et contrôler les Ouïghours. (Image via pixabay / CC0 1.0)
Un vaste réseau d'initiatives de cybersécurité a également été mis en place par Pékin pour surveiller et contrôler les Ouïghours. (Image via pixabay / CC0 1.0)
 

Décrivant le profil du détenu, Vox cite Adran Zenz, conférencier et chercheur en sciences sociales : "Ceux dont des contenus religieux (même non extrémistes) ou autres jugés problématiques par l'État ont été trouvés dans leur téléphone portable. Les personnes âgées de 18 à 40 ans. Ceux qui s'engagent ouvertement dans des pratiques religieuses. Mais de nombreuses régions à majorité ouïghoure ont reçu l'ordre de détenir un certain pourcentage de la population adulte, même si aucune faute n'a été constatée. Les détentions ont souvent lieu sans raison apparente."

Bien que l'ONU ait fait un travail louable en soulignant le sort des Ouïghours lors du sommet sur la discrimination raciale, ce n'est malheureusement pas suffisant. À moins que l'ONU et le monde ne s'engagent dans un effort conjoint pour forcer le gouvernement chinois à cesser de persécuter les Ouïghours, la communauté islamique risque toujours de perdre la foi et la vie aux mains du Parti communiste.