L'existence d'un camp de travaux de force a été révélée par un de ses anciens détenus

Texte français : Leyishan
Le 17/09/2018

En octobre 2012, une note manuscrite de détresse a été écrite par un prisonnier dans l'un des camps de travaux de force en Chine. Le mot était caché dans un article de décoration d'Halloween produit par les prisonniers. L'article faisait partie d'un lot destiné à l'exportation est s'est ainsi retrouvé dans une chaîne de magasins dans l'Oregon (États-Unis) où il a été acheté par Julie Keith. Après avoir découvert la note à l'intérieur de l'objet, elle a contacté les médias pour diffuser son contenu au monde entier.

 

Combien de SOS arrivent à destination ? (Image : Leon Lee)
Combien de SOS arrivent à destination ? (Image : Leon Lee)

 

La lettre a été écrite par un pratiquant de Falun Gong nommé Sun Yi. Il a risqué sa vie pour écrire jusqu'à 20 lettres de ce genre, qu'il cachait dans des articles de décoration. Une de ces lettres a finalement atterri dans les mains de Julie Keith. Ce n'est qu'alors que les sombres secrets des camps de travaux forcés en Chine ont été révélés.

Même si Sun Yi a fini par s'échapper de Chine en s'enfuyant en Indonésie, il a souffert d'une maladie et est malheureusement mort peu après dans un hôpital indonésien. Son corps a été brûlé selon des circonstances douteuses.

La nature notoire des prisons, des centres de détention et des camps de travail en Chine découle du système totalitaire qui est la cause du travail des esclaves en Chine. Ce travail d'esclave est utilisé pour produire des biens destinés à l'exportation.

 

La nature notoire des prisons, des centres de détention et des camps de travail en Chine découle du système totalitaire qui est la cause du travail des esclaves en Chine. (Image via pixabay / CC0 1.0)
La nature notoire des prisons, des centres de détention et des camps de travail en Chine découle du système totalitaire qui est la cause du travail des esclaves en Chine. (Image via pixabay / CC0 1.0)
 

Examinons les points suivants :

1. Accords commerciaux et lois
Malgré les accords commerciaux et les lois en vigueur qui interdisent l'exportation de produits issus du travail en prison, il a été constaté que plus de 100 types différents de produits - allant des aliments, des vêtements, des produits ménagers et des cosmétiques - sont des fabrications provenant du travail forcé dans les prisons chinoises. Ces produits ont été vendus aux États-Unis, en Australie, en Asie, en Russie et en Europe.

2. Prisons et camps de travail en Chine
D'après les statistiques, il existe près de 100 prisons, camps de travail forcé et centres de détention en Chine qui utilisent le travail forcé pour manufacturer les biens. La plupart sont situés dans les villes d'Anhui, Pékin, Gansu, Guangdong, Henan, Heilongjiang, Shandong, Shanghai et Tianjin.

3. Aucun règlement ni norme
Les règlements internationaux exigent que les aliments et les vêtements soient protégés contre les maladies infectieuses pendant leur production. Mais dans les prisons chinoises, il n'y a pas de régulateurs chargés d'effectuer des inspections d'hygiène sur les produits alimentaires, ni de fournir des certificats de qualification pour les vêtements.

Dans les prisons chinoises, il n'y a pas d'organismes de réglementation chargés d'inspecter l'hygiène des produits alimentaires, ni de fournir des certificats de qualification pour les vêtements. (Image via pixabay / CC0 1.0)
Dans les prisons chinoises, il n'y a pas d'organismes de réglementation chargés d'inspecter l'hygiène des produits alimentaires, ni de fournir des certificats de qualification pour les vêtements. (Image via pixabay / CC0 1.0)

 

Par exemple, il y a eu un cas au Yunnan Women's Labor Camp où un pratiquant de Falun Gong a refusé de faire des biscuits. Le gardien de la prison a exigé de savoir pourquoi. Elle a répondu : "Achèteriez-vous ces biscuits ? Les sacs de farine sont empilés sur le sol boueux et les machines pour la fabrication des biscuits sont pleines de poussière. Pensez-vous que ces biscuits répondent aux normes d'hygiène ? Nos toilettes sont pleines d'urine puante, et il y en a partout sur le sol, sans espace propre pour placer nos pieds. Nous n'avons même pas de serviettes pour nous essuyer les mains après avoir déféqué, et nous ne pouvons les essuyer que sur nos tabliers que nous utilisons ensuite pour nettoyer nos mains qui enveloppent les biscuits. Tu veux manger un de ces biscuits ? Je pratique le Falun Gong, qui est centré sur la vérité et la compassion, donc je ne peux pas créer de la nourriture qui fera du mal aux autres."

Un autre exemple est celui de la première prison pour femmes en Mongolie intérieure. La plupart des détenus étaient faibles, malades et détenus dans des cellules. Ils n'étaient pas aptes à travailler dans les chaînes de production en raison d'une maladie du foie, de la tuberculose et de la vieillesse. Par conséquent, ils ont été forcés de faire d'autres tâches, comme ramasser les fils non désirés dans les chandails. Afin d'accomplir leur tâche dans le temps imparti, ils ont utilisé une brosse à chaussures sale et ont ensuite plié le vêtement avec leurs mains sales. Ces marchandises ont ensuite été exportées vers des pays du monde entier.

4. Travail toxique
Les prisons chinoises sont l'endroit idéal pour le travail que les entreprises commerciales ne peuvent pas faire en plein air en raison de la réglementation et des normes de sécurité.

Par exemple, le camp de travail forcé de Jiamusi, dans la province de Heilongjiang, a forcé les détenus à manipuler du caoutchouc toxique et des matières premières qui servent à fabriquer des gants et des coussins de sièges d'auto. Le camp est rempli de décharges piquantes et toxiques dans l'air que même les gardiens de prison ne peuvent tolérer. Une évaluation de l'air effectuée par l'équipe technique interne a révélé que le niveau de risque de cancérogénicité des matières premières dépasse de loin les normes de sécurité. Par la suite, les gardiens de prison ont choisi de rester à l'extérieur, même pendant l'hiver froid, et n'ont pas voulu entrer sur le lieu de travail. Cependant, les détenus ont été forcés de remplir un quota de production élevé tous les jours et beaucoup souffraient de saignements de nez, de palpitations cardiaques, de difficultés respiratoires, de rougeur des yeux et de lésions corporelles graves.

5. Heures inhumaines
Les travailleurs esclaves sont obligés de travailler de 10 à 20 heures par jour. Lorsque le quota de production est élevé, les travailleurs ne sont pas autorisés à fermer les yeux pour se reposer, et cela continue pendant plusieurs jours et plusieurs nuits. Selon les estimations, 36,11 % des travailleurs esclaves sont contraints de travailler de 12 à 14 heures par jour, 25 % de 16 à 18 heures et 19,44 % de 14 à 16 heures.

Les travailleurs esclaves sont obligés de travailler de 10 à 20 heures par jour. (Image via pixabay / CC0 1.0)
Les travailleurs esclaves sont obligés de travailler de 10 à 20 heures par jour. (Image via pixabay / CC0 1.0)
 

6. Salaires
La plupart des travailleurs esclaves dans les centres de détention ne sont pas payés pour leur travail. Les quelques chanceux reçoivent quelques centimes de monnaie chinoise par mois. Le seul exemple concret d'un salaire réel est celui du premier camp de travail des femmes de Shandong, où les travailleurs esclaves reçoivent l'équivalent américain de 75 cents à 14,70 dollars par mois en raison d'un contrat qui doit être respecté pour produire de telles exportations.

7. Augmentation de la production de vêtements
Les prisons chinoises, qui ont déjà mis en place une main-d'œuvre spécialisée dans l'alimentation et la machinerie, se concentrent maintenant sur la production de vêtements. La Banque mondiale a rédigé un rapport intitulé "Stitches to Riches", publié en 2016, qui affirme que la Chine est le plus grand fabricant de vêtements au monde et représente 41 % de la production mondiale. Selon des sources de l'industrie, les prisons chinoises représentent environ 10 % de la production nationale.

Le "Rapport d'enquête sur la production de produits d'esclavage par les pratiquants de Falun Gong en Chine" indique que les première, quatrième, cinquième et septième prisons et camps de travail forcé de la province du Zhejiang ont des accords à long terme avec Zhangzhou Haolong Garments Co, Ltd. Cette entreprise compte plus de 20 000 travailleurs, dont des pratiquants de Falun Gong détenus illégalement. Les prisons utilisent donc la main-d'œuvre esclave pour produire les vêtements qui sont ensuite vendus en Chine et dans le monde entier.