L'exposition « Real Bodies » de nouveau condamnée, cette fois cela se passe au Royaume Uni

James Burke / Texte français: Chandi Leyishan
Le 15/08/2018

« Real Bodies : The Exhibition » a une nouvelle fois fait parlé d'elle, cette fois au Royaume-Uni où un médecin a remis en question la provenance des cadavres plastinés de cette exposition.


Photo d'un corps plastiné. Des corps similaires ont été exposés à Birmingham et ont attiré l'attention sur la question de leur provenance. (Image : Jean-Pierre Lavoie via flickr / CC BY 2.0)
Photo d'un corps plastiné. Des corps similaires ont été exposés à Birmingham et ont attiré l'attention sur la question de leur provenance. (Image : Site realbodies)

Le Dr David Nicholl, neurologue consultant dans un hôpital de Birmingham, a déclaré à The Guardian (dans un article qui n'est maintenant en ligne que via le South China Morning Post) que les corps plastinés de 20 personnes exposées dans sa ville pourraient être ceux de prisonniers chinois exécutés.

« Je me pose des questions sur la raison pour laquelle tous ces corps non réclamés proviennent de Dalian, du fait qu'ils sont en grand nombre et sur le nombre total de corps qu'Imagine Exhibitions a réellement obtenu », a déclaré le Dr Nicholl à The Guardian.

Les corps montrés dans une salle d'exposition à Birmingham sont fournis par l'Université de médecine de Dalian dans le nord-est de la Chine via une opération dirigée par le Dr Hongjin Sui. La société américaine Imagine Exhibitions utilise de tels corps de Dalian dans ses expositions Real Bodies qui font le tour du monde.

« Mon assistant est allé à cette exposition. Je lui ai demandé de noter le sexe et l'âge des corps », raconte le Dr Nicholl. « Ce sont tous de jeunes hommes - aucun d'entre eux n'est âgé, ce qui, je dois le dire, est assez suspect étant donné qu'il y a un certain nombre de camps de travail à quelques heures de route de Dalian », poursuit-il.

« Si vous regardez ces expositions, elles ne sont jamais équitables entre les sexes - ce sont toujours en grande partie des hommes. La plupart des gens qui meurent, meurent quand ils sont plus vieux, donc avoir une exposition comme celle-ci est vraiment suspect. »

Le Dr Nicholl questionne pourquoi de telles expositions peuvent même être présentées en Angleterre alors que les organisateurs n'étaient pas été en mesure de prouver que les morts avaient consenti, de leur vivant, à ce que leur corps soit exposé.

Dans une lettre au rédacteur en chef du Times, le Dr Nicholl a écrit : « Le don exige le consentement, sur le plan éthique et moral. L'organisateur américain, Imagination Exhibitions, n'a pu fournir aucune preuve de consentement pour son exposition commerciale de cadavres. L'organisateur déclare simplement qu'il s'agit de « corps non réclamés » obtenus légalement de Dalian, en Chine. »

Le journaliste d'investigation américain et expert sur la Chine, Ethan Gutmann, a déclaré que les corps utilisés dans l'exposition pourraient être des Chinois tués qui pratiquaient autrefois la pratique spirituelle du Falun Gong, qui est l'objet d'une persécution en Chine depuis 1999.

Gutmann a déclaré à The Guardian que les corps des pratiquants de Falun Gong qui ont été persécutés à mort pourraient avoir été donnés à l'Université de médecine de Dalian, qui se situe non loin du camp de travail de Masanjia, qui a emprisonné un grand nombre de pratiquants de Falun Gong.

« C'est un crime contre l'humanité », a-t-il dénoncé.

« Plusieurs centaines de milliers de personnes ont été exécutées simplement pour leur pratique du Falun Gong, et vous avez une entreprise qui est en train d'en envoyer potentiellement des preuves dans le monde entier. »

Gutmann a indiqué à The Guardian qu'il espérait que les spécimens subiraient un test d'ADN.

« L'ADN peut être extrait et utilisé pour prouver les relations », a-t-il dit. « Si nous faisons des rapprochements, nous pouvons identifier les filiations et vous pourriez leur demander : avez-vous une personne disparue ? »

« Les Anglais ont le droit de savoir ce qu'ils voient et les Chinois ont le droit de savoir ce qui est arrivé à leurs proches. »

Imagine Exhibitions tient également une exposition Real Bodies actuellement à Sydney, en Australie, où elle a également suscité des controverses et des appels à sa fermeture.

En avril, les membres du Comité australien de la Coalition internationale pour mettre fin à l'abus des transplantations en Chine (ETAC) ont envoyé une lettre ouverte au Premier ministre australien Malcom Turnbull et à d'autres dirigeants politiques pour leur faire part de leurs « sérieuses préoccupations » au sujet de l'exposition.

« Nous demandons, de toute urgence, que vous preniez des mesures immédiates pour fermer (l'exposition) », peut-on lire dans la lettre de l'ETAC, qui compte parmi ses 12 signataires Madeleine Bridgett, avocate internationale des droits de l'homme, le professeur d'éthique clinique Wendy Rogers de l'Université Macquarie et l'éthicienne Sarah Winch de la Faculté de médecine de l'Université de Queensland.

Nicholl et Gutmann participent à l'effort britannique visant à faire fermer l'exposition de Birmingham. Ils et d'autres ont envoyé une lettre au dirigeant britannique Theresa May, ainsi qu'à d'autres dirigeants politiques.

Gutmann est également co-auteur de Prélèvements meurtriers / Le massacre : mise à jour avec l'ancien député canadien David Kilgour et l'avocat canadien des droits de la personne David Matas. Ce rapport de plus de 600 pages a été publié depuis le 22 juin 2016.

Les informations reliant l'assassinat des pratiquants de la méditation du Falun Gong et la plastination occupent 6 pages du rapport, qui se concentre principalement sur le prélèvement d'organes à grande échelle en Chine. Les auteurs du rapport affirment que la même collecte de preuves qui expose le prélèvement forcé d'organes des pratiquants de Falun Gong est pertinente pour leurs affirmations sur la plastination.

« Le trafic de cadavres humains est devenu un commerce. Les spécimens plastinés sont cotés et négociés publiquement. Le gouvernement chinois lance un appel d'offres pour ce type de commerce », dit le rapport, qui offre également des exemples de fournisseurs de cadavres plastifiés basés à Dalian.

Le rapport s'est concentré sur Sui Hongjin, la connexion Dalian qui a fourni les corps plastinés et les parties du corps pour les expositions Imagine Exhibitions à Birmingham, Sydney et ailleurs.

Imagine Exhibitions et l'Université de médecine de Dalian ont rejeté ces allégations.