Pasteur ou Béchamp : la théorie controversée des germes

Texte français : Clément
Le 06/06/2019

Tout le monde ou presque a entendu parler d'une «simple» histoire sur les germes.

C'est en général comme suit : le biologiste Louis Pasteur a découvert que les microorganismes ou «germes» causaient des maladies. Selon la «théorie des germes» qu'il a défendue, nous «attrapons» les bactéries, les rhumes, les virus et il faudrait les prévenir par des médicaments, des vaccins et d'autres moyens. On nous a appris à avoir peur de ces germes et, par peur, à essayer de les «tuer» avec des médicaments plutôt que de créer de bons environnements dans notre corps (les micro-organismes bénéfiques et un bon équilibre immunitaire, des niveaux sains de PH, etc.)

 

Portrait de Louis Pasteur, Albert Edelfelt, 1885. (Domaine Public)
Portrait de Louis Pasteur, Albert Edelfelt, 1885. (Domaine Public)

 

La plupart des gens ne savent pas que a) Pasteur est accusé de plagiat, volant ses idées à plusieurs scientifiques antérieurs et b) sa théorie a reçu l'opposition de nombreux scientifiques dont Antoine Béchamp, un chercheur et biologiste français (qui était aussi le rival de Pasteur avec une vision exactement opposée des germes).

Contrairement à l'idée que les bactéries entreraient dans un hôte sain et créeraient des maladies par elles-mêmes, Béchamp a proposé que des entités vivantes appelées «microzymes» créent des bactéries en réponse à des facteurs hôtes et environnementaux; c'est ce qu'on appelle la «théorie de l'hôte».

Dans la théorie de l'hôte, les gens n'attrapent pas les germes qui leur donnent des maladies. Au lieu de cela, les germes pathogènes sont en fait opportunistes et prospèrent chez les personnes dont le corps présente une faiblesse ou un déséquilibre interne. Ils sont un sous-produit de la maladie et non une cause de la maladie. Vous voyez, vous avez le SARM, le cancer, les virus et les bactéries en vous et sur vous tout le temps, tous les jours! Un équilibre sain entre des bactéries bénéfiques et des environnements corporels sains permet de garder les choses malsaines en dehors et en équilibre. Si vous effacez tout cela en utilisant des savons antibactériens tout le temps ou des antibiotiques pour chaque petit rhume, alors vous ne détruisez pas seulement les mauvaises bactéries, vous effacez aussi radicalement tout l'équilibre bénéfique, vous laissant encore plus sensible aux nouvelles maladies sur le long terme.

Contrairement à Pasteur, qui a engendré une mentalité de tuer les germes pour prévenir la maladie, Béchamp comprenait l'équilibre et l'importance des environnements que nous créons avec les aliments que nos systèmes internes soutiennent ou non la maladie.

Béchamp a théorisé que les germes étaient en fait les sous-produits chimiques et les aspects dégénératifs de l'état déséquilibré d'un corps. Pour que la maladie s'installe, il fallait déjà qu'il y ait un dysfonctionnement cellulaire, des tissus morts, des choses dans le corps déjà "malades" (si je peux créer un mot). C'est alors que le germe ou la bactérie apparaît et s'installe parce que le corps ou une partie du corps était dans un état qui leur permet de s'épanouir et leur donne un foyer. Ce dysfonctionnement cellulaire ou tissu mort est causé par la malnutrition ou l'exposition aux toxines.

Comme vous pouvez le voir, la théorie de l'hôte et la théorie des germes sont deux points de vue radicalement différents sur la façon dont les gens contractent la maladie.

Pasteur était un débattant plus fort, un meilleur vendeur pour son point de vue et sa théorie l'a emporté, devenant la théorie standard utilisée aujourd'hui par la communauté médicale occidentale moderne et le fondement de notre compréhension générale des germes.

La chute de la théorie des germes est qu'elle tente de traiter les maladies chroniques avec des médicaments. Il ne traite pas tout le corps. Lorsqu'Alexander Fleming a découvert la pénicilline, il s'est concentré sur la lutte contre les germes et les maladies au moyen d'antibiotiques et de médicaments, laissant les aliments dans la poussière.

"Quand je me suis réveillé juste après l'aube du 28 septembre 1928, je n'avais certainement pas l'intention de révolutionner toute la médecine en découvrant le premier antibiotique, ou bactéricide, au monde», dira plus tard Fleming, «mais je suppose que c'est exactement ce que j'ai fait»[1].

On ne peut jamais avoir une santé véritable et durable grâce à des protocoles médicamenteux. Il y a des effets secondaires à chaque médicament ! Rien que cela devrait soulever des problèmes. Les hommes ne devraient pas avoir à dépendre d'une médication qui n'a jamais existé auparavant. La dépendance étrangère, souvent «rapide», à l'égard des médicaments a créé les super-microbes et les souches de résistance aux médicaments que nous avons à combattre aujourd'hui. Au lieu de médicaments, nous devons d'abord nous tourner vers la nourriture.

Mais au lieu de cela, nos futurs médecins en apprennent davantage sur les interactions médicamenteuses et non sur l'alimentation saine et les aliments médicinaux. Toute la communauté médicale s'est retournée et a renversé la situation, et la véritable science du fonctionnement du corps a été éliminée. Le centre de profit et les grands yeux des industries pharmaceutiques ont été créés. Il y a du profit à combattre et à traiter les symptômes de la maladie avec des médicaments. Mais il n'y a aucun profit à cultiver sa propre nourriture et à nourrir et guérir son corps par des choix nutritionnels.

La théorie des germes ne reconnaît pas la puissance de votre alimentation pour prévenir et traiter les maladies (en particulier les maladies chroniques ou les maladies non transmissibles (MNT) comme le cancer, les maladies cardiaques, les maladies pulmonaires, le diabète, etc.)

Certains médicaments sont nécessaires pour les maladies infectieuses, ce qui est une catégorie complètement différente. Les maladies infectieuses, y compris le VIH/SIDA, la tuberculose, le paludisme, la polio et les maladies tropicales se propagent facilement par contact personnel, l'eau, l'air et même les moustiques et les mouches. Mais même ceux-ci recherchent un hôte plus opportuniste - quelqu'un qui a un système immunitaire compromis ou une zone de faiblesse interne à exploiter.

Les maladies chroniques sont la plus grande cause de décès à laquelle nous faisons face et elles sont en grande partie traitables par le biais de nos habitudes alimentaires et de santé.  S'attaquer à toutes les maladies liées aux médicaments - et promouvoir l'abus de médication - ne fonctionne pas et n'a jamais fonctionné pour atteindre la santé.

 

L'alternative

La façon dont vous abordez la nourriture peut changer votre santé pour le reste de votre vie - et c'est totalement sous votre contrôle ! La nourriture est un médicament et peut prévenir les maladies et améliorer la santé en créant un état interne sain dans votre corps.

Tout au long de l'histoire, des hommes sages ont admis la nécessité de traiter tout le corps et de commencer par la nourriture.

La médecine traditionnelle chinoise, qui remonte à plus de 3 000 ans[3], traite le corps entier plutôt que les symptômes de la maladie.

Même Hippocrate, considéré comme «le père de la médecine», a observé il y a 2 400 ans de «laisser vos médicaments dans les pots du pharmacien si vous pouvez guérir votre patient avec de la nourriture».

Pasteur a été un grand orateur et a gagné le débat à la fin des années 1800, ce qui est malheureux car la recherche réfute la "théorie des germes» et soutient le travail de Béchamp selon lequel nous pouvons créer un environnement interne qui soutient la santé et décourage la maladie par les choix alimentaires que nous faisons. La nourriture que nous mangeons peut aider à créer une vie saine et sans maladie.

(Source : SuperLife)