Modifications cérébrales chez les adolescentes qui s'automutilent

Texte français : Fetty Adler
Le 12/07/2019

Une nouvelle étude révèle que le cerveau des adolescentes qui se livrent à des formes graves d'automutilation, présente des caractéristiques semblables à celles observées chez des adultes atteints de troubles de la personnalité borderline, une maladie mentale grave et difficile à traiter.

 

Une étude souligne la nécessité de prévention et d'intervention précoce chez les personnes à risque élevé de suicide.  (Image : TheDigitalArtist / Pixabay)
Une étude souligne la nécessité de prévention et d'intervention précoce chez les personnes à risque élevé de suicide.  (Image : TheDigitalArtist / Pixabay)

 

Selon Theodore Beauchaine, professeur de psychologie à l'Ohio State University-USA, et auteur de l’étude, la réduction du volume cérébral observée chez ces filles serait due à des facteurs biologiques - pas seulement comportementaux - et devrait inciter à des efforts supplémentaires pour prévenir et traiter les blessures auto-infligées, un facteur de risque connu de suicide

M. Beauchaine a ajouté. Cette recherche est la première à mettre en évidence des modifications cérébrales chez ces adolescentes qui s’automutilent. Les résultats sont particulièrement importants étant donné l'augmentation récente de ce phénomène aux États-Unis, qui touche maintenant jusqu'à 20 % des adolescents et qui apparaît désormais chez des sujets plus jeunes.

« L’automutilation chez les filles intervient à un âge de plus en plus précoce, et en majorité avant l'âge de 10 ans. »

Les coupures et d'autres formes d'automutilation précèdent souvent les tentatives de suicide, dont le taux a augmenté de 300 % entre 1999 et 2014 chez des filles de 10 à 14 ans, selon les données des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention). Au cours de cette même période, il y a eu une augmentation de 53 % du taux de suicide chez des adolescentes plus âgées et des jeunes femmes.

L'automutilation a également été associée à un diagnostic ultérieur de dépression et de trouble de la personnalité limite (borderline). Chez les adultes présentant un trouble de la personnalité limite (TPL), les anomalies structurelles et fonctionnelles sont visibles dans plusieurs régions du cerveau impliquées dans la régulation des émotions. Mais jusqu'à présent, aucune recherche n’avait été menée chez des adolescents atteints de TPL .

La nouvelle étude, publiée dans la revue Development and Psychopathology, portait sur 20 adolescentes ayant des antécédents d'automutilation grave et sur 20 filles sans antécédent. Chaque fille a subi une imagerie par résonance magnétique cérébrale. En comparant les volumes cérébraux globaux des 20 filles qui s'automutilent avec ceux du groupe témoin, les chercheurs ont constaté une nette diminution du volume dans des parties du cerveau appelées cortex insulaire et gyrus frontal inférieur

Ces régions, qui sont contiguës, sont deux des régions où le volume cérébral est plus petit chez des adultes présentant un TPL. Ce trouble de la personnalité qui se caractérise par un comportement autodestructeur comme la coupure, ou d'autres formes d'automutilation, est plus courante chez les femmes. Les pertes de volume cérébral sont également observées chez des personnes victimes d’abus, de négligence et de traumatismes, a déclaré M. Beauchaine.

L'étude a également mis en évidence une corrélation entre le volume du cerveau et les niveaux de « dysrégulation émotionnelle »  indiquées par les filles lors d'entretiens préalables aux scanners cérébraux. Selon Beauchaine,cette étude ne signifie pas que toutes les filles qui se mutilent vont développer un TPL(borderline) - mais elle souligne le besoin évident de faire un meilleur travail de prévention et d'intervention précoce  :

« Ces filles courent un risque élevé de suicide. L'automutilation est le meilleur indicateur de suicide en dehors de tentatives de suicide antérieures ».

« Mais il y a de fortes chances que nous puissions trouver une solution. Nous savons que ces régions du cerveau sont très sensibles aux facteurs extérieurs, tant positifs que négatifs, et qu'elles continuent à se développer jusqu'au milieu de la vingtaine. »

Les adolescents qui s'automutilent actuellement sont plus anxieux, plus déprimés et plus hostiles que ceux qui ont fait l’objet d’études antérieures par des experts en santé mentale. Ces nouvelles données sur le volume du cerveau renforcent l'argument selon lequel l'automutilation devrait être considérée comme un signe potentiel de maladie grave et potentiellement fatale, a déclaré M. Beauchaine, ajoutant qu'il n'existe actuellement aux Etats-Unis aucun projet accompli de prévention pour les pré-adolescentes

« Beaucoup de personnes en voyant des filles se mutiler en se coupant  disent : « Elle le fait juste pour attirer l'attention, il faudrait juste qu’elle arrête », mais nous devons considérer cela comme quelque chose de  sérieux et nous focaliser sur la prévention. Il est plus facile d’anticiper un problème que de le corriger. »

M Beauchaine  a ajouté qu'il était important de signaler que la recherche n'établit pas si la diminution du volume cérébral observée dans l'étude a précédé l'automutilation ou si elle est apparue après que les filles aient commencé à se blesser. D'autres études sur les modifications cérébrales seront nécessaires à l’avenir pour aider les chercheurs à mieux comprendre la relation entre les différences structurelles et l'automutilation dans le cas de TPL ou d'autres troubles mentaux.

« Si nous pouvons en apprendre davantage sur les causes des troubles psychiatriques chez les adultes, nous serons plus aptes  à soigner ces maladies, ou même à les prévenir ».

« L'automutilation est un phénomène de plus en plus répandu, moins courant à l'extérieur des États-Unis. Cela vient peut-être de notre éducation, et nous devrions faire tout notre possible  pour y remédier. »

Troy OAKES

Fourni par : The Ohio State University-USA