L'étude sur la Chine: Alimentation, gènes et maladies

Texte français : Fetty Adler
Le 28/09/2019

En 2005, T. Colin Campbell, biochimiste américain, a publié un livre intitulé L’étude sur la Chine. Le livre contient les résultats de 20 ans de recherche en nutrition mené par Campbell en Chine. Contrairement à d'autres rapports de recherche en santé, L’étude sur la Chine n'a pas été publié après avoir observé seulement un petit groupe de personnes. Au lieu de cela, l'étude a couvert 6500 adultes dans 65 comtés. Près de 367 variables ont été incluses. «Lorsque nous avons terminé, nous avions plus de 8000 associations statistiquement significatives entre le mode de vie, le régime alimentaire et les variables de la maladie», explique le Dr Campbell dans le livre (Ginger Kale). Voici cinq points intéressants à retenir.


L'étude sur la Chine contient les résultats de 20 ans de recherche en nutrition menée en Chine et couvre 6 500 adultes dans 65 pays. (Image: Capture d'écran / YouTube)
L'étude sur la Chine contient les résultats de 20 ans de recherche en nutrition menée en Chine et couvre 6 500 adultes dans 65 pays. (Image: Capture d'écran / YouTube)

Protéines cancérigènes

Bien que les protéines puissent provenir de plantes ou d'animaux, une différence significative a été constatée. «Même avec leurs différences structurelles, toutes les protéines animales agissent dans l'ensemble de la même manière... Elles ont toutes une haute valeur biologique, ce qui signifie qu'elles sont les plus efficaces pour la croissance des cellules: toutes les cellules, y compris les cellules saines et les cellules cancéreuses», selon le Centre d'étude sur la nutrition. Par exemple, la caséine est une protéine laitière qui aide les jeunes animaux à grandir plus rapidement. Cependant, la caséine stimule également la production de facteurs de croissance semblables à l'insuline (IGF) qui sont souvent liés à des taux de croissance du cancer plus élevés. En Chine rurale, où la quantité de protéines animales dans l'alimentation était minime, l'étude a révélé une incidence moindre de cancer, de diabète et de maladies cardiaques. En tant que tel, le livre conseille fortement aux gens de s'en tenir aux protéines d'origine végétale.


En Chine rurale, où la quantité de protéines animales dans l'alimentation était minime, l'étude a révélé une incidence moindre de cancer, de diabète et de maladies cardiaques. (Image: Tomwieden / Pixabay)
En Chine rurale, où la quantité de protéines animales dans l'alimentation était minime, l'étude a révélé une incidence moindre de cancer, de diabète et de maladies cardiaques. (Image: Tomwieden / Pixabay)

Les gènes et la maladie

Même si les gènes affectent notre santé, leur influence n'est visible que lorsqu'ils sont activés. L'alimentation est l'un des principaux déclencheurs qui activent les «mauvais» gènes qui nuisent à la santé. C'est pourquoi différentes études ont trouvé différents taux de maladies chez des personnes qui partagent un patrimoine génétique commun – la variation existe en raison de la différence de régime alimentaire. Certaines personnes peuvent consommer plus de protéines animales, activant ainsi les gènes qui déclenchent les maladies qui leur sont associées. Les chercheurs ont découvert qu'ils peuvent activer ou désactiver les mauvais gènes chez la souris en modifiant la quantité de protéines animales administrée aux animaux.
 

Dites non aux suppléments

De nos jours, les gens prennent beaucoup de suppléments pour rester en bonne santé. L'étude sur la Chine suggère qu'il est préférable d'éviter les suppléments, car ils ne sont pas toujours efficaces et ont souvent tendance à avoir des effets secondaires. De plus, il n'est pas clair si un nutriment particulier est bénéfique pour l'organisme lorsqu'il est consommé seul ou en tant qu'aliment complet. Par conséquent, il est recommandé de consommer ces nutriments directement à partir des aliments.


Il est recommandé de consommer les nutriments directement à partir des aliments plutôt que de prendre des suppléments. (Image: Bru-nO / Pixabay)
Il est recommandé de consommer les nutriments directement à partir des aliments plutôt que de prendre des suppléments. (Image: Bru-nO / Pixabay)

Les bons glucides

Les programmes de perte de poids comme le programme Atkins Diet visent à réduire la consommation de glucides afin d'aider les gens à se remettre en forme. Cependant, L’étude sur la Chine s'efforce de faire la distinction entre les glucides mal transformés et raffinés et les glucides sains provenant des plantes. En suivant le régime Atkins aveuglément sans comprendre la différence entre les deux glucides, une personne peut finir par négliger tous les glucides, ce qui risque de provoquer des effets secondaires comme des étourdissements, de la constipation, des maux de tête, la fatigue mentale, etc. Les glucides d'origine végétale peuvent, en fait, aider à combattre le diabète et les maladies du cerveau.
 

La Chine contre les États-Unis

L'étude sur la Chine a également mis en évidence des différences choquantes dans les taux de maladies entre les citoyens chinois et américains. Le livre donne un exemple du taux de mortalité lié aux maladies coronariennes. Chez les hommes américains, le taux de mortalité était 17 fois plus élevé que chez les hommes chinois vivant en milieu rural. Les taux de mortalité par cancer du sein chez les citoyens américains étaient cinq fois plus élevés que ceux des citoyens chinois vivant en milieu rural.