Xin Fengxia, reine de l’opéra de Pingju, en Chine (2)

Par Vision Times
Le 13/10/2020
Après avoir subi un accident vasculaire cérébral qui l’a laissée paralysée, Xin Fengxia a été acceptée comme élève du célèbre peintre chinois Qi Baishi. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Après avoir subi un accident vasculaire cérébral qui l’a laissée paralysée, Xin Fengxia a été acceptée comme élève du célèbre peintre chinois Qi Baishi. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

(Ceci est la deuxième partie de l’émouvante histoire de Xin Fengxia.)

La relation harmonieuse entre ce talent littéraire renommé et « la reine de Pingju » - suscite l’émotion et l’admiration. Cet homme talentueux et cette « reine » d’une remarquable beauté ont été brutalement persécutés simplement parce qu’ils étaient bienveillants. Leur amour légendaire a résisté à l’adversité et au péril, tout comme leur détermination face à la tyrannie du régime communiste. Ce couple d’artistes voulait juste réaliser son propre rêve et donner à ses enfants un avenir décent et rêvaient d’une nation libre pour le peuple chinois.

Tribulations dans la vie de ce couple d’artistes

Chaque fois que Wu Zuguang posait les yeux sur son épouse, il ne pouvait s’empêcher de penser aux tortures et à la persécution qu’elle avait subies aux mains criminelles du PCC (Parti Communiste Chinois) au point de perdre sa mobilité et de ne pouvoir quasiment plus marcher. La blessure de sa épouse était pour lui une douleur continuelle.

Malgré son absence d’éducation et son handicap, Xin Fengxia a eu la chance de pouvoir étudier la peinture auprès de Qi Baishi, un maître de la peinture chinoise. À l’aide de sa main droite, la seule valide, elle écrivait ses mémoires et son autobiographie, relatant les nombreuses épreuves qu’elle avait traversées tout au long de sa vie mouvementée. Elle est également devenue une artiste reconnue pour ses peintures chinoises de fleurs de prunier, de vignes, de citrouilles et de pêches.

La cruelle persécution subie aux mains du PCC a renforcé les liens du couple, et les terribles épreuves qu’ils ont subies ont été pour eux l’occasion de cultiver leur force intérieure et leur bienveillance, et d’inspirer les autres. Malgré le handicap de Xin Fengxia, Wu Zuguang a passé le reste de sa vie à combattre le PCC et son soutien et sa dévotion à Xin Fengxia ont permis à son épouse de continuer à s’épanouir malgré son handicap. Elle est parvenue à écrire 28 livres et à peindre des milliers de tableaux.

Au cours des 23 années qu’a duré son handicap, et jusqu’à sa mort, Xin Fengxia a laissé derrière elle une collection de 4 millions de mots contenant ses souvenirs, dont « la reine de Pingju » et « le dramaturge », « Mari et Femme », et « l’empereur Puyi ». Elle a également réalisé plusieurs milliers de peintures à l’aquarelle inspirées du style de peintures de Qi Baishi. Sur chaque tableau, Wu Zuguang calligraphiait les mots « Mari et Femme ».

À la fin de la Révolution culturelle en 1978, Wu Zuguang a écrit une série de cinq pièces intitulée « Les acteurs ambulants », qui lui a pris trois mois. Il s’agit d’une comédie pleine d’amertume qui reflète la vie misérable des artistes chinois et qui est basée sur l’expérience de Xin Fengxia. Ainsi, Xin Fengxia est pour ainsi dire l’héroïne de cette comédie.

Wu Zuguang, qui a écrit plus de 40 pièces de théâtre et de scénarios de films, a dit un jour : « J’ai écrit des scénarios pendant la majeure partie de ma vie, mais celui qui m’a le plus ému et que je préfère est “ Les acteurs ambulants  ! »

Les médias de Hong Kong ont rapporté un jour que le plus grand souhait de Wu Zuguang après avoir quitté le PCC en 1987 était qu’il se désintègre au plus vite. Il a également été rapporté qu’il aurait pointé du doigt un immense portrait de Jiang Zemin et dit avec dédain : « Tyran ! Vous tremblez ! Je me demande quand le Parti communiste tombera ! »

 

Les médias de Hong Kong ont rapporté que le plus grand souhait de Wu Zuguang était que le PCC se désintègre au plus vite. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
Les médias de Hong Kong ont rapporté que le plus grand souhait de Wu Zuguang était que le PCC se désintègre au plus vite. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
 

Après la mort de Xin Fengxia, Wu Zuguang a été dévasté. Il a essayé d’écrire un mémoire intitulé : « À la mémoire de Feng ». Pour la première fois de sa vie, ce talent littéraire avait du mal à composer… tout en écrivant, il ne cessait de pleurer et devait s’arrêter d’écrire… Il occupait le siège où sa femme avait l’habitude de s’asseoir tous les jours. Pendant les cinq dernières années de sa vie, il a passé de longs moments assis là , du matin au soir, dans un état second, comme s’il attendait son retour. Son amour pour Xin Fengxia et le chagrin dû à sa disparition surpassaient toutes les épreuves qu’il avait subies dans sa vie.

Wu Zuguang a succombé à une crise cardiaque le 9 avril 2003. Il était âgé de 86 ans. Cette date coïncide étonnamment avec celle de la mort de Xin Fengxia survenue cinq ans plus tôt, le 9 avril 1998. Pour cette raison, leur fils Wu Huan a déclaré lors d’un événement commémoratif dédié à son père qu’il avait soudainement réalisé que : « Maman et papa sont une seule âme et sont réunis au paradis ».

Il y a des gens qui disent qu’en Chine, il est rare de trouver un mari comme Wu Zuguang et une femme comme Xin Fengxia, non seulement en termes de talent et de réalisations, mais plus encore pour leur caractère et leur résistance face à la tyrannie et à la perversité du PCC.

Xin Fengxia et Wu Zuguang laissent derrière eux un héritage précieux : un exemple d’intégrité personnelle et artistique, d’honneur et de grâce. Leur vie englobe les principes propres à une véritable nature humaine, avec des valeurs morales élevées et des ressources divines que nous pouvons tous trouver en nous face à l’adversité.

Le fait que leur relation et leur famille aient survécu à tant d’épreuves et de tribulations est admirable. La plume est toujours plus puissante que l’épée. Leur empreinte sur le sable du temps inspirera et guidera les générations à venir.

Leur comportement héroïque face au terrible sort qui a été le leur devrait réveiller les consciences.

 

Le fait que leur relation et leur famille aient survécu à tant d’épreuves et de tribulations est admirable. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
Le fait que leur relation et leur famille aient survécu à tant d’épreuves et de tribulations est admirable. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
 

Ils ont été victimes de la persécution du Parti communiste chinois. Ce crime met en lumière la nature perverse du Parti communiste chinois et son emprise sur la Chine. Le sort terrible infligé à ce couple ne fait que souligner la barbarie, la nature sans âme et dégradante du communisme, qui n’a plus rien d’humain.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : The Moving Life Story of Xin Fengxia, Queen of Northern Opera, and Daughter of China (Part 2)