Les vrais experts en arts martiaux font preuve de discrétion et de courtoisie

Par Vision Times
Le 20/11/2019
Les grands Maîtres en arts martiaux ne dévoilent pas facilement leurs talents et leurs capacités. Même face à une attaque, ils n’utiliseront leurs capacités que si c’est une question de vie ou de mort. (Photo : danieltayxs/Pixabay)
Les grands Maîtres en arts martiaux ne dévoilent pas facilement leurs talents et leurs capacités. Même face à une attaque, ils n’utiliseront leurs capacités que si c’est une question de vie ou de mort. (Photo : danieltayxs / Pixabay)

Un fermier provoqué

Sous la dynastie Qing, vivait un fermier du nom de Wang Cui, Ce septuagénaire était voûté et portait une longue barbe. On le voyait rarement plaisanter avec les autres. Le voisin de Wang était un érudit pauvre qui lui achetait souvent des légumes pour son déjeuner. Wang se souciait de lui et essayait de l'aider autant que possible.

L'érudit apprit des autres habitants du village que Wang Cui pratiquait les arts martiaux. Il demanda alors à Wang de lui enseigner quelques compétences, mais Wang refusa, en disant : «À quoi cela sert-il ? Si vous n'êtes pas assez bon, vous serez battu par d'autres. Si vous êtes bon, vous pouvez facilement tuer les autres. Ce sera une catastrophe, peu importe qui meurt. Alors, où est l’intérêt» ?

Quelques jours plus tard, l'érudit aperçut Wang Cui sur la route, suivi de près par un homme armé d’un grand bâton et qui ne cessait de le harceler. Le vieil homme esquivait les coups mais l’homme ne cessait de le provoquer. Wang Cui finit par réagir. «Qu'est-ce que vous voulez» ?, demanda Wang d’une voix ferme. «Je veux juste t’embêter et te provoquer. Qu’est-ce que tu vas faire ?» répondit effrontément l'homme.

Wang Cui l'ignora et reprit sa marche. L'homme le harcela à nouveau.
 

Un homme armé d’un bâton provoqua Wang Cui alors qu'il marchait sur la route. (Photo : Si_kor/Pixabay)
Un homme armé d’un bâton provoqua Wang Cui alors qu'il marchait sur la route. (Photo : Si_kor / Pixabay)

Le vieil homme laissa soudainement éclater sa colère. «Espèce de brute, comment osez-vous» ? cria t’il. L'homme laissa tomber son bâton et se précipita vers lui. Wang attendit qu’il soit tout près et lui porta un coup de pied, très haut, dont l'impact l’envoya à une distance considérable du vieux fermier. L'homme se releva et s'agenouilla devant Wang pour le remercier, déclarant : «Je vous suis depuis dix ans et ce n’est qu’aujourd’hui, après vous avoir provoqué de façon si insupportable, que j’ai enfin réussi à voir vos compétences et à être témoin de la puissance des arts martiaux Shaolin». L’homme ramassa alors son bâton et s’en fut.

Le tailleur que rien ne pouvait fâcher

À la fin de la dynastie Qing, la technique de fabrication des pistolets était encore élémentaire et rudimentaire. Beaucoup de personnes âgées pratiquaient encore les arts martiaux, qu’ils avaient appris dans leur jeunesse, comme méthode de défense. Au fil du temps, certaines de ces personnes, qui étaient courageuses et fortes dans leur jeunesse, étaient devenues dociles.

Dans la région de Hengshan, vivait un tailleur nommé «Vieil homme Wang». Ses ongles mesuraient environ cinq pouces de long (12,7cm) et lui servaient d’outils pour la confection de vêtements. C’était un homme au grand coeur qui ne s’énervait jamais face aux gens ou aux circonstances.

Un adolescent, voisin de «Vieil homme Wang» se sentait indigné pour lui. Il lui dit : «Vieil homme, tu es trop faible. Normalement, tu devrais être respecté pour ton vieil âge. Comment les gens peuvent-ils t’intimider de cette façon ? À ta place, je ne le supporterais pas et je me battrais avec eux». Le vieil homme sourit et répondit : «Ça me va de les supporter. Après tout, rendre les coups ne sert à rien».

Un jour, Wang se prépara à décortiquer du riz. Il s’installa dans la cour avec son mortier et commença son travail. Quand il eut fini, il vit que des fragments de riz se trouvaient encore dans le mortier. Il déplaça le lourd mortier de pierre jusqu’à l’entrée de sa maison pour les enlever. Le jeune voisin vit cela et fut surpris et stupéfait par la facilité et la puissance que le vieil homme avait montrées.
 

Wang a facilement déplacé le lourd mortier de pierre jusqu’à l’entrée de sa maison, surprenant ainsi son jeune voisin. (Photo : Kanenori / Pixabay)
Wang a facilement déplacé le lourd mortier de pierre jusqu’à l’entrée de sa maison, surprenant ainsi son jeune voisin. (Photo : Kanenori / Pixabay)
 

Un autre jeune homme, du nom de Xiao San, habitait aussi le quartier. Ce jeune homme était assez sournois. Lorsqu'il entendit parler de la force «herculéenne» de Wang, il décida de casser les longs ongles du «vieil homme Wang» pour provoquer sa colère et le faire riposter. Une nuit, sous une lune brillante, le jeune homme rusé dessina au charbon une paire de ciseaux, sur le seuil de la porte de Wang. Lorsque Wang ouvrit la porte et vit les ciseaux, il se baissa instinctivement pour les ramasser, et deux de ses ongles furent cassés.

Quand Wang réalisa la supercherie, il se moqua de lui-même. Il apprit plus tard que Xiao San était à l’origine de tout cela, mais «vieil homme Wang» ne lui en tint pas rigueur. Son cœur était trop grand pour contenir de la rancœur et il a su faire preuve de maîtrise et ne pas faire étalage de ses capacités.


Traduit par Alex

Version en anglais : True Martial Arts Experts Refrain From Showing Off