L’artiste Cesar Santos s’appuie sur les techniques des anciens Maîtres pour atteindre un meilleur niveau d’expression

Par Tim Gebhart
Le 07/01/2020
Cesar Santos a créé une chaîne YouTube dans le but de présenter l'art classique à ceux qui, sans cela, n'en auraient aucune connaissance ou compréhension. (Image: YouTube / Capture d'écran)
Cesar Santos a créé une chaîne YouTube dans le but de présenter l’art classique à ceux qui, sans cela, n’en auraient aucune connaissance ou compréhension. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Cesar Santos est un artiste et portraitiste cubano-américain contemporain. Il a réalisé de nombreuses commandes et ses œuvres font partie de collections privées et publiques à travers le monde.

Contrairement à son expérience sur le ring de boxe et à ses passages à la télévision, la vocation d’artiste de Cesar Santos s’est imposée naturellement.

«Dans tout ce que je faisais, il y avait un conflit interne en moi. Chaque fois que je peignais ou dessinais, les choses allaient mieux, même ma vie. Dans tout ce que j’exprimais, il y avait plus d’amour», a déclaré l’artiste d’origine cubaine.

C’est son oncle, Santos Serpa, qui a alimenté son talent et son enthousiasme pour la peinture. En assistant aux expositions de son oncle dans sa jeunesse, Cesar Santos a senti qu’il avait trouvé sa place dans le monde. Bientôt, le dessin et la peinture sont devenus des moyens de méditation, une façon de traiter les défis auxquels il faisait face pendant son enfance dans un quartier pauvre de Cuba.

Le père de Cesar Santos pensait que la boxe serait un bon moyen pour son fils de faire face à ses défis. Santos s’est donc mis au sport, ainsi qu’au théâtre et à la musique. Mais, plus que toute autre chose, c’est le langage visuel de l’art qui le séduisait.

«Dès que j’ai pratiqué cet art, les gens autour de moi l’ont ressenti, ils aimaient ce que j’avais à dire avec mes techniques, mes opinions, mon humour ou mes sarcasmes. Je recevais des réactions positives. Cela mva motivé à poursuivre la peinture», a dit M. Santos. «Il n’y avait pas vraiment d’autres raisons si ce n’est le sentiment de liberté et de plaisir que j’éprouvais en peignant».

 

«After the Moon» (Après la lune) de Cesar Santos. Huile sur lin, 14 pouces par 30 pouces. (Avec l'aimable autorisation de Cesar Santos)
«After the Moon» (Après la lune) de Cesar Santos. Huile sur lin, 14 pouces par 30 pouces. (Image : Avec l’aimable autorisation de Cesar Santos)


Apprendre des anciens Maîtres

Cesar Santos avait le sentiment que quelque chose manquait à ses études à la New World School of the Arts de Miami, en Floride. «Lorsque j’ai étudié pour la première fois l’art contemporain, à l’université, les professeurs se concentraient principalement sur l'aspect conceptuel des choses et sur le côté sombre de notre être personnel», a-t-il dit.

Mais l’Angel Academy of Arts de Florence (Italie) a révélé une autre facette de l’art. Dans ce lieu qui était autrefois l’épicentre du monde de l’art, pendant la Renaissance italienne, Cesar Santos a développé son propre style méticuleux en appliquant une approche consciencieuse pour comprendre les techniques académiques qui avaient été préservées et transmises par les anciens Maîtres.

 

«A Swedish Lady» (Une dame suédoise) (Image: Avec l'aimable autorisation de César Santos)
«A Swedish Lady» (Une dame suédoise). (Image : Avec l’aimable autorisation de César Santos)

Les artistes les plus connus sont ceux qui ont ajouté leurs propres points de vue stimulants au monde de l’art de leur époque. Dans le cas de Michel-Ange, il avait une façon de voir le monde qui repoussait tellement les limites du langage visuel de l’époque qu’elle choquait son entourage.

Dans une partie de la vie de Cesar Santos et dans le sujet qu’il choisit pour son art, il ressent aussi une impulsion à aller à contre-courant. «J’aime simplement regarder mon environnement et offrir autre chose que ce qu’ils proposent. Souvent, si un de mes amis a une opinion, je vais de manière amicale souligner les choses d’un point de vue différent», a t-il déclaré.

Cela fait partie du rôle de l’art dans la société, estime t-il. Quoi que nous fassions et disions, nous devons en assumer la responsabilité. Si nous avons notre propre façon unique d’exprimer quelque chose, nous pourrions être critiqués par des gens qui ne l’acceptent pas, mais cela fait partie de l’évolution de l’art.

Cesar Santos a déclaré que dans le monde de l’art contemporain, la balance a penché dans l’autre sens par rapport à ce que c’était à l’époque de la Renaissance italienne, lorsque le savoir et l’esthétique classiques ont été ravivés. Aujourd’hui, les gens suivent la tendance du «peu importe comment les choses évoluent, on suit le courant», mais il essaie d’aller à l’encontre de cela. Il s’appuie sur les techniques artistiques traditionnelles, en utilisant les principes de base de la composition afin de peindre comme les anciens Maîtres et de créer un effet positif.

 

«Self-Portrait» (Autoportrait) de Cesar Santos. Huile sur toile, 20 pouces par 16 pouces. (Image: avec l’aimable autorisation de Cesar Santos)
«Self-Portrait» (Autoportrait) de Cesar Santos. Huile sur toile, 20 pouces par 16 pouces. (Image : avec l’aimable autorisation de Cesar Santos)
 

«Ainsi, faire ce que je fais est en quelque sorte une provocation. Le fait d’aller maintenant à l’encontre des tendances actuelles est provocateur», a-t-il déclaré.

Selon Cesar Santos, il est  fondamental de calquer les anciens Maîtres pour développer les compétences du langage visuel nécessaires à une meilleure expression de sa propre vision.

«En tant qu’humains, nous progressons en calquant les autres. On apprend à parler en imitant ses parents. Vous calquez comment marcher, comment danser. Si les gens parlent de quelque chose qu’ils savent très bien faire, immanquablement ils ont d’abord appris cette compétence en calquant quelqu’un d’autre», a dit Santos sur sa chaîne YouTube.

Mais calquer les Maîtres est une technique mal comprise et déformée aujourd’hui, souvent associée à une créativité dépréciée.

Avant son expérience à Florence, Santos pensait que la peinture commençait par l’idée créative de l’artiste plutôt qu’avec une technique picturale. Mais il pense maintenant qu’une exécution qualifiée combinée à une idée créative permet au public d’être attiré par l’art et aussi de le comprendre. «Maintenant, ils vous apprécient parce que vous leur montrez le monde d’un point de vue différent» et une nouvelle façon de penser les choses, mais aussi quelque chose qui est exécuté de façon magnifique.

 

«Innocent» (Innocent)Huile et fusain sur toile, 45,5 pouces par 32 pouces. (Image: avec l'aimable autorisation de Cesar Santos)
«Innocent» (Innocent)Huile et fusain sur toile, 45,5 pouces par 32 pouces. (Image : avec l’aimable autorisation de Cesar Santos)
 

En fait, en calquant les Maîtres, vous apprenez à voir différemment. «C’est ainsi que vous devenez un meilleur peintre parce que vous voyez mieux, vous comprenez mieux l’univers visuel. C’est la profonde leçon que jvai apprise à Florence. J’ai appris à comprendre les ombres, à comprimer les éléments sombres. J’ai tout vu visuellement avec cette sensibilité que je n’aurais jamais imaginé auparavant».

Développer les compétences et les mécanismes de l’art nécessaires, aide les artistes à atteindre un niveau d’expression plus élevé et leur permet d’exprimer leurs visions avec beaucoup plus de précision.

Une fois que vous maîtrisez le langage visuel, il y a une puissance et une profondeur qui viennent de la simplicité, affirme Cesar Santos. Ayant grandi sans jeux vidéo, sans télévision ou même sans source d’eau fiable, Cesar Santos a appris à voir le monde en termes simples. «Je vis ici en Amérique depuis 20 ans, dans le monde développé, et tout est trop facile d’accès», a t-il déclaré.

«Dans ce monde développé, nous sommes submergés d’informations qui nous détournent de nos objectifs et qui parfois éclipsent la beauté de la simplicité. En art contemporain, par exemple, la philosophie a pris le dessus sur l’effet visuel, les gens s’intéressent davantage au statut des artistes ou à la description d’une œuvre d’art qu’à sa puissance et à sa beauté visuelles».

 

«Cosmic Connection» Connexion cosmique. Huile sur toile, 34 pouces par 27 pouces. (Image: avec l'aimable autorisation de Cesar Santos)
«Cosmic Connection» Connexion cosmique. Huile sur toile, 34 pouces par 27 pouces. (Image : avec l’aimable autorisation de Cesar Santos)
 

«À l’autre extrême, les artistes qui s’intéressent au réalisme classique sont aujourd’hui surexposés aux images du passé et peuvent tomber dans le piège de présenter des images répétitives… oubliant que l’art consiste à emmener les gens vers de nouvelles perspectives».

Transmettre ses connaissances

Malgré la simplicité de son approche, Cesar Santos comprend bien les possibilités qu’offre la technologie. L’utilisation croissante des plateformes de réseaux sociaux a permis aux artistes de communiquer directement avec le public. Etsy, Pinterest, Instagram, Facebook et une foule d’autres plateformes peuvent mettre des millions de personnes en contact avec les artistes et leurs idées.

Ces plateformes, a dit M. Santos, donnent aux artistes une liberté qui va au-delà des lieux habituels de diffusion de l’art, tels que les galeries et les expositions d’art, qui ne peuvent atteindre qu’un public restreint. Ces lieux donnent aux artistes «davantage d’espace pour faire ce qu’ils aiment parce que quelqu’un parmi des millions de personnes s’intéressera à leur travail. C'est une possibilité dont nous disposons aujourd’hui et que nous n’avions pas il y a quelques années».
 


 

Cesar Santos a créé une chaîne YouTube dans le but de présenter l’art classique à ceux qui, sans cela, n’en auraient aucune connaissance ou compréhension. Ses vidéos, dont une nouvelle paraît généralement chaque semaine, non seulement le montrent en train de peindre, mais explorent aussi les complexités et les structures de la relation avec le monde visuel. Il a également l’intention d'aider les jeunes artistes à ne pas se laisser intimider par le talent des anciens maîtres.

Cesar Santos a reçu de nombreux prix au cours de sa carrière d’artiste, notamment la première place dans un concours du Metropolitan Museum of Art et le Grand Prix au concours de peinture de figure de Boston 2018. Cesar Santos est un maître vivant représenté dans la galerie Art Renewal Center.


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Artist Cesar Santos Relies on Old Masters’ Techniques to Reach a Higher Level of Expression