Jardins chinois inspirés par de beaux enseignements

Vision Times
Le 23/10/2019
Les philosophies du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme ont eu un grand impact sur la façon dont les Chinois arrangeaient et décoraient leurs jardins.(Image:TreptowerAlex/Pixabay)
Les philosophies du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme ont eu un grand impact sur la façon dont les Chinois arrangeaient et décoraient leurs jardins.(Image:TreptowerAlex/Pixabay)
 

En Chine, les philosophies du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme ont dominé la vie impériale et publique pendant des milliers d'années. En se concentrant sur une vie morale et simple, ces idéaux ont également eu une grande incidence sur la manière dont les Chinois aménagent et décorent leurs jardins.


Jardins chinois

Le taoïsme, fondé par le sage de la Chine ancienne Laozi, place la nature au centre de l'existence. Affirmant que «la Terre évolue conformément à la nature, le saint agit sur la nature et la nature suit le Tao», Laozi était d'avis que la nature est belle parce qu'elle est sans intention. Le Tao fait tout «sans agir». Au lieu de cela, il permet que les choses se passent à leur propre rythme, créant de la beauté dans le processus.

Les roches érodées sont une composante importante des jardins d’inspiration taoïste. Selon le taoïsme, les roches et l'eau sont considérées comme opposés, les roches étant yang et l'eau étant yin. Les roches, bien que solides, sont érodées par l’eau au fil du temps. La plupart des jardins chinois classiques comportaient des roches calcaires érodées provenant du lac Tai, un des plus grands lacs d'eau douce de Chine.

 

Selon le taoïsme, les roches et l'eau sont considérées comme opposés, les roches étant yang et l’'eau étant yin.(Image:tamura_ang/Pixabay)
Selon le taoïsme, les roches et l'eau sont considérées comme opposés, les roches étant yang et l’'eau étant yin.(Image:tamura_ang/Pixabay)

 

Dans le confucianisme, où l'homme occupe une place plus d'importante, l’homme est considéré comme étant lié à la nature. En tant que telle, la philosophie insiste sur une coexistence harmonieuse entre l'homme et son environnement. «Le taoïsme a mis l’homme dans la nature, où le confucianisme parle de la place de l’homme dans la nature», a déclaré June Li, conservatrice de jardin, au Los Angeles Times.

Cette idée d'être connecté à la nature est presque une caractéristique essentielle de tous les jardins chinois classiques. La philosophie confucéenne plaide pour une société ordonnée fondée sur la loyauté et la piété filiale. L'accent mis sur la création de l'ordre a également eu un impact considérable sur les jardins chinois, comme en témoigne la complexité de la manière dont leurs divers éléments sont disposés.

En Chine, l'une des principales branches du bouddhisme est l'école Chan. Elle s'est développée au 6ème siècle après JC et a ensuite influencé la Corée et le Japon. Bien que les idées bouddhistes aient influencé les jardins chinois classiques, leur plus grand impact fut au Japon, où les célèbres jardins zen ont évolué.


Jardins zen japonais

Un moine japonais du nom de Eisai, qui vécut entre 1141 et 1215, importa le bouddhisme Chan au Japon, qui devint plus tard connu sous le nom de bouddhisme zen. Lors de l’établissement de temples bouddhistes dans l’ensemble du pays, de petits jardins ont également été aménagés pour permettre aux moines de se promener sans être dérangés et de contempler les enseignements du Bouddha.

 

De petits jardins ont été aménagés pour fournir aux moines un lieu où ils pouvaient marcher sans être dérangés et contempler les enseignements du Bouddha. (Image:TreptowerAlex Louise_S /Pixabay)
De petits jardins ont été aménagés pour fournir aux moines un lieu où ils pouvaient marcher sans être dérangés et contempler les enseignements du Bouddha. (Image:TreptowerAlex Louise_S /Pixabay)

 

«Dans la tradition zen, les jardins ont évolué vers un but plus terrestre: rappeler aux pratiquants que la vie peut être élémentaire, simple. Certains des premiers jardins zen étaient appelés «zazen-seki», «les pierres pour la méditation» parce que, dans leur simplicité, leur raison d'être était de faire rayonner le silence, le calme et la tranquillité à quiconque les contemplait», selon Faena.

Un groupe spécial de moines bouddhistes aurait parcouru tout le Japon pour créer de tels jardins zen. Au 15ème siècle, certains des jardins zen ont commencé à refléter des processus de pensée plus abstraits. La végétation et l'eau étaient absentes de ces jardins. Un accent particulier a été mis sur le regroupement des roches. De nos jours, les jardins zen sont de plus en plus populaires dans le monde entier car les gens trouvent que de tels endroits sont extrêmement tranquilles et offrent un repos bien mérité après l’agitation de la vie quotidienne.

 

De nos jours, les jardins zen sont de plus en plus populaires dans le monde entier car les gens trouvent que de tels endroits sont extrêmement tranquilles. (Image:gpahud/Pixabay)
De nos jours, les jardins zen sont de plus en plus populaires dans le monde entier car les gens trouvent que de tels endroits sont extrêmement tranquilles. (Image:gpahud/Pixabay)

 


Traduit par Lornworld
Version anglaise: http://www.visiontimes.com/2019/09/12/chinese-gardens-inspired-by-beautiful-teachings.html