Press "Enter" to skip to content

Tradition. Le célèbre médecin chinois Bian Que

CHINE ANCIENNE > Tradition

 
L’histoire ci-dessous illustre l’essence de la médecine traditionnelle chinoise : le guérisseur suprême guérit la maladie qui est encore obscure, le moins capable traite la maladie pleinement manifestée. (Image : Silentpilot / Pixabay)
 

Pendant la période du printemps et de l’automne (vers 770 av. J.-C.) en Chine, le célèbre médecin Bianque a été invité dans l'état de Qi pour rencontrer le duc Qi. Cinq jours plus tard, Bianque est allé voir le duc Qi et lui a dit : « Vous avez un problème de circulation sanguine. S’il n'est pas traité, il risque de s’aggraver. » Le duc Qi était malheureux et a dit: « Je ne suis pas malade. »

Cinq jours plus tard, Bianque est allé voir le duc Qi et lui a dit : « Vous avez une maladie de l’estomac et des intestins. Si elle n’est pas traitée, elle s’aggravera. » Le duc Qi était silencieux.

Cinq jours plus tard, Bianque est retourné voir le duc Qi. Voyant que le duc Qi était gravement malade, il est parti tout de suite.

Cinq jours plus tard, le duc Qi s’est senti malade et a essayé de trouver Bianque. Bianque s’était déjà enfui et le duc Qi est mort.

Les deux frères de Bianque étaient aussi médecins. Il considérait son frère aîné comme le meilleur, son deuxième frère comme brillant et lui-même comme le dernier.

Les gens l’ont interrogé à ce sujet et lui ont posé des questions : « Mais pourquoi es-tu célèbre alors que tes deux frères sont si peu connus ? » Bianque répondit : « Mon second frère peut guérir un patient quand la maladie est mineure. Mon frère aîné est le meilleur parce qu’il voit la maladie avant que les symptômes n’apparaissent. Avec peu de médicaments, la santé demeure. Je ne peux traiter des patients que lorsque la maladie est devenue grave. Les gens ne prennent pas une maladie au sérieux jusquà ce quelle mette leur vie en danger. Cest pourquoi je suis célèbre. »

L’histoire ci-dessus illustre l’essence de la médecine traditionnelle chinoise : le guérisseur suprême guérit la maladie qui est encore obscure, le moins capable traite la maladie pleinement manifestée.

La théorie de la médecine traditionnelle chinoise suit le taoïsme en mettant l’accent sur l’équilibre entre le yin et le yang et les 5 éléments. L’équilibre est la clé. La santé est une manière d’être et de voir, une forme de conscience de soi. La médecine et les toniques ne sont que secondaires.