Un officier de la CIA condamné à 20 ans de prison pour collusion avec la Chine communiste

Le 09/06/2019
Kevin Patrick Mallory, un ancien espion de la CIA, a été condamné à 20 ans de prison pour avoir partagé des renseignements confidentiels américains avec des agents chinois. (Image: Capture / YouTube)
Kevin Patrick Mallory, un ancien espion de la CIA, a été condamné à 20 ans de prison pour avoir partagé des renseignements confidentiels américains avec des agents chinois. (Image: Capture / YouTube)
 
 
 
Kevin Patrick Mallory, un ancien espion de la CIA, a été condamné à 20 ans de prison pour avoir partagé des renseignements confidentiels américains avec des agents chinois. Mallory a trahi et espionné son propre pays en échange de seulement 25 000 dollars. C’est l’un des nombreux cas de collusion d’agents de renseignement américains avec des espions chinois.

Trahir les USA


Mallory a été reconnu coupable par un jury l'année dernière après un procès de deux semaines. En fournissant aux agents chinois des documents américains classifiés, Mallory a enfreint la loi sur l’espionnage. «Cette affaire est l’une des tendances alarmantes dans lesquelles d’anciens officiers des services de renseignement américains sont visés par la Chine et trahissent leur pays et leurs collègues», a déclaré John Demers, procureur général adjoint, dans un communiqué (The Sydney Morning Herald).

Mallory a cessé de travailler pour la CIA en 2012 et a lancé une entreprise de conseil. Mais après cinq ans, son entreprise échouait et Mallory risquait de perdre sa maison. En 2017, il a été contacté par une personne chinoise qui s’est présentée comme recruteur pour l’Académie des sciences sociales de Shanghai, un groupe de réflexion qui, selon les agences américaines, est un front pour le réseau d’espionnage chinois. Mallory s'est rendu deux fois en Chine et a reçu un téléphone portable qui serait utilisé pour la communication. Il a remis aux autorités chinoises des documents confidentiels aux États-Unis et a reçu une indemnité de 25 000 dollars.

Lors de son vol de retour de Shanghai en avril 2017, Mallory a été arrêté par des fonctionnaires américains à l’aéroport international de Chicago. Les agents du FBI ont trouvé des documents classifiés sur son téléphone portable. L’un d’eux contenait des informations sur des personnes qui avaient aidé le gouvernement des États-Unis. Les procureurs ont fait valoir que les actions de Mallory avaient mis en péril plusieurs agents. Le tribunal l’a finalement condamné à 20 ans de prison.

Les avocats de Mallory ont utilisé une affaire d'espionnage récente impliquant un ancien sous-traitant de la Defense Intelligence Agency, Ron Rockwell Hansen, pour affirmer que les deux affaires étaient similaires. Cependant, les procureurs ont déclaré que les deux affaires étaient différentes. «La première différence, et la plus cruciale, entre Hansen et le défendeur, c'est qu'Hansen a accepté la responsabilité de ses actes - et ce, sans délai. A l'inverse, à ce jour, le défendeur n'a toujours reconnu aucune responsabilité», ont déclaré les procureurs. a déclaré devant un tribunal (The New York Times). Hansen devrait être condamné en septembre et pourrait être condamné à 15 ans de prison.

Avertissement entreprises technologiques


Face aux menaces croissantes d'espionnage en provenance de Chine, les chefs des services de renseignement américains ont rencontré des dirigeants de la Silicon Valley, leur expliquant les dangers potentiels des relations commerciales avec ce pays asiatique. Les avertissements comprenaient la possibilité de vols de propriété intellectuelle et de cyberattaques. Fait intéressant, les agents semblent avoir même partagé des informations classifiées avec les dirigeants d’entreprise.

Il s'agit d'un niveau sans précédent de divulgation d'informations, ce qui indique seulement que le gouvernement américain est sérieusement préoccupé par la protection des intérêts des entreprises américaines. «Le gouvernement chinois et le Parti communiste constituent la plus grande menace à long terme pour la sécurité économique et nationale des États-Unis… Il est important que les entreprises, les universités et les organisations commerciales américaines comprennent parfaitement cette menace», a déclaré le sénateur Marco Rubio, l'un des responsables politiques qui ont organisé la réunion dans un communiqué (The Verge).

Le gouvernement américain tente d’interdire aux sociétés de technologie chinoises d’exercer des activités aux États-Unis ou même d’avoir accès à des composants technologiques fabriqués par des sociétés américaines. Huawei est déjà sur la liste noire de l’administration Trump. Les entreprises de drones chinois telles que DJI sont également considérées comme une menace pour la sécurité nationale.