Les manifestations à Hong Kong sont devenues un champ de bataille technologique

Texte français : Alexandre
Le 23/08/2019

Hong Kong est actuellement divisée en deux camps. Le gouvernement local qui envisage de limiter les droits des Hongkongais et les manifestants qui veulent que leur indépendance ne soit pas entravée par les ingérences du Parti communiste chinois. Ce qui rend les manifestations en cours uniques, c'est que les manifestants et le gouvernement utilisent les dernières technologies pour s'identifier et se surveiller mutuellement.

 

Hong Kong est actuellement divisée en deux camps. Le gouvernement local qui envisage de limiter les droits des Hongkongais et les manifestants qui veulent que leur indépendance (Image : Capture d'écran/ Youtube)
Hong Kong est actuellement divisée en deux camps. Le gouvernement local qui envisage de limiter les droits des Hongkongais et les manifestants qui veulent que leur indépendance (Image : Capture d'écran/ Youtube)

Identifier les officiers de police

Alors que les manifestations commençaient à devenir violentes, les policiers ont commencé à retirer leurs numéros d'identification afin de garder leur identité secrète. Cela a poussé un manifestant concerné à créer une chaîne sur Telegram appelée «Dadfindboy» qui publiait les informations personnelles de policiers impliqués dans des attaques violentes. Les détails comprenaient également les publications des agents sur les médias sociaux et les photos de famille. La chaîne est devenue populaire et a gagné plus de 50 000 abonnés. Bien que la chaîne ait donné des conseils sur l'utilisation d'une fronde et mené des sondages sur la meilleure façon de traiter la police avec des choix tels que «l'exécution à la mitrailleuse» et «les chambres à gaz», elle n'a apparemment jamais préconisé la violence contre les agents.

Un autre manifestant, Colin Cheung, a développé un outil de reconnaissance faciale qui utilise un algorithme pour associer des photos de policiers à des photos de la manifestation affichées sur Internet. Si le visage d’un officier était affiché sur la photo publiée, l’algorithme découvrirait rapidement leur identité. Cheung a récemment été arrêté puis libéré sous caution. «Je ne veux pas qu’ils soient comme une police secrète… Si les agents de la force publique ne portent rien pour montrer leur identité, ils seront corrompus. Ils pourront faire ce qu’ils veulent… Avec cet outil, les citoyens ordinaires peuvent dire qui est la police », a-t-il déclaré au journal australien, The Sydney Morning Herald.

En Chine, les policiers n'ont pas besoin de s'identifier et sont libres de toute responsabilité publique. Le fait que les policiers de Hong Kong retirent leurs badges d’identification avant de réprimer les manifestants est un signe clair que le modèle communiste de l'État policier pourrait lentement s'infiltrer dans la ville.
 

La police de Hong Kong a commencé à retirer leurs badges d'identification afin de garder leur identités secrète, mais les manifestants ont développé des outils de reconnaissance faciale pour les identifier. (Image : Capture d'écran / Youtube)
La police de Hong Kong a commencé à retirer leurs badges d'identification afin de garder leur identités secrète, mais les manifestants ont développé des outils de reconnaissance faciale pour les identifier. (Image : Capture d'écran / Youtube)

Selon un porte-parole de la police, plus de 800 incidents ont été signalés dans lesquels les familles des policiers ont été harcelées après la révélation de leurs données personnelles.
 

Surveillance des citoyens

En Chine, des millions de caméras de vidéosurveillance surveillent en permanence les mouvements des personnes. Bien que les protocoles de protection de la vie privée de Hong Kong interdisent l’utilisation agressive de logiciels de reconnaissance faciale, beaucoup soupçonnent que les forces de police utilisent ces technologies pour identifier et suivre les manifestants identifiés comme une menace. Les manifestants utilisent donc des masques, des parapluies, des casques et des lunettes de protection pour se couvrir le visage.

Certains ont commencé à utiliser des pointeurs lasers sur la police pour empêcher leur caméra de capturer le visage des manifestants. Les manifestants vandalisent également les caméras de rue. Quelques manifestants ont cessé d'utiliser leurs cartes de crédit par peur d'être retrouvés par la police. Même voyager avec le système de transport en commun est maintenant dangereux, car le réseau de caméras capture le visage de tous les voyageurs.
 

Même les transports en commun sont désormais dangereux pour les manifestants, car le réseau de caméras capture le visage de tous les voyageurs. (Image: RickySpanish / Wikimedia)
Même les transports en commun sont désormais dangereux pour les manifestants, car le réseau de caméras capture le visage de tous les voyageurs. (Image: RickySpanish / Wikimedia)

En début d'année, la Chine a mis en place un système de surveillance doté d'une «technologie de reconnaissance de la démarche» qui permet aux autorités de suivre facilement une personne à l'aide de critères tels que les mouvements du corps et les balayages de l'iris. Même si une personne porte des vêtements amples, des gants, des casquettes, des foulards ou un parapluie, le système pourra toujours les identifier. Certains manifestants craignent que la technologie ne soit déjà utilisée par la police de Hong Kong.