Les employés de Google craignent que le projet Dragonfly ne soit toujours actif

Le 27/03/2019

L'an dernier, Sundar Pichai, PDG de Google, a déclaré que l'entreprise n'avait pas l'intention de mettre en œuvre le projet Dragonfly, un moteur de recherche censuré, en Chine. Comme il n'a jamais confirmé que le projet était définitivement abandonné, il y a toujours eu des spéculations selon lesquelles il était toujours actif. Et à présent, quelques employés de Google ont découvert des informations laissant entrevoir la possibilité que Dragonfly soit en vie.
 

Dragonfly actif?


Suite au refus de Google de s'engager publiquement à ne jamais lancer le moteur de recherche censuré en Chine, un groupe d'employés a décidé de surveiller l'entreprise par lui-même. Ils ont gardé la trace des référentiels de code liés au projet et ont découvert que Dragonfly pourrait bien être actif, en dépit du fait que l’entreprise ait assuré que ce n'était plus le cas.

«Les employés ont identifié environ 500 changements de code en décembre, et plus de 400 changements de code entre janvier et février de cette année, ce qui, selon eux, indique le développement continu de certains aspects de Dragonfly. (Depuis août 2017, le nombre de changements de code a varié entre 150 et 500 par mois, selon une source)», rapporte The Intercept.

En outre, ils ont également découvert que Google avait affecté près de 100 travailleurs au centre de coûts lié au projet. Cela signifiait apparament que la compagnie réservait un budget pour Dragonfly. La seule raison qui pourrait expliquer cela serait que le projet soit toujours actif. Après l'annonce de la nouvelle, les médias ont interrogé Google sur le statut de Dragonfly.


Ils ont également découvert que Google avait affecté près de 100 travailleurs au centre de coûts lié au projet.
Ils ont également découvert que Google avait affecté près de 100 travailleurs au centre de coûts lié au projet. (Image: Luckybusiness / 123rf)


«Cette spéculation est totalement inexacte. Tout simplement: il n'y a pas de travail en cours sur Dragonfly... Comme nous l'avons dit depuis plusieurs mois, nous n'avons pas l'intention de lancer des recherches en Chine et il n'y a pas de travail en cours sur un tel projet. Les membres de l'équipe sont passés à de nouveaux projets»,a déclaré un représentant de Google à The Verge.

Malgré la déclaration officielle, beaucoup ne sont pas convaincus que Google soit totalement honnête au sujet de Dragonfly. Certains disent que les modifications de code pourraient être la touche finale apportée au projet avant sa fermeture. Et une fois que l'indignation du public à l'égard de Dragonfly se sera dissipée, Google pourrait essayer de redémarrer le projet sous un nouveau nom de code.
 

Une nouvelle vague de protestations a frappé Google, les derniers rapports suggérant que la société pourrait encore travailler sur le projet Dragonfly. (Image: Étudiants pour un Tibet libre)
Une nouvelle vague de protestations a frappé Google, les derniers rapports suggérant que la société pourrait encore travailler sur le projet Dragonfly. (Image: Étudiants pour un Tibet libre).

 

L'impact mondial de la censure chinoise sur Internet

Lorsque la Chine a commencé à utiliser Internet, on a pensé qu'il apporterait une révolution démocratique dans le pays en permettant aux gens de s'exprimer. Au lieu de cela, Internet a été utilisé par le régime chinois pour exercer un plus grand contrôle sur les masses. En fait, l'impact de la censure d'Internet en Chine est si fort que même des entreprises mondiales comme Google sont prêtes à renoncer à leur engagement vis-à-vis de la liberté d’expression afin de pouvoir accéder au marché chinois.

«Je pense que ce qui a fait paniquer les gens à propos de Dragonfly était un très bon exemple: c'est le genre de compromis qu'une société comme Google se doit de faire pour pouvoir entrer en Chine. Et je pense qu'ils auraient probablement été prêts à faire plus de compromis... C'est pourquoi je m'insurge contre les gens lorsqu'ils parlent de sociétés comme Facebook et Google qui vont en Chine... Il n'y a aucune chance que Facebook tel que nous le reconnaissons actuellement existe en Chine», a déclaré à Hong Kong Free Press, James Griffiths, auteur de The Great Firewall of China: How to Build and Control an Alternate Version of the Internet,.

Une fois que des entreprises comme Google acceptent d'être censurées, d'autres pays à travers le monde pourraient également commencer à exiger leur propre version des moteurs de recherche censurés. Cela finirait par compromettre la liberté d'expression sur Internet et la technologie deviendrait un outil d'oppression plutôt qu'un instrument au service de la liberté d’expression.