La phase 1 de l'accord commercial entre les États-Unis et la Chine semble sur le point d’être signée

Par Vision Times
Le 31/10/2019

Un accord formel serait sur le point d’être signé par Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre prochaine au forum de la Coopération économique Asie-Pacifique. (Photo : Wikimedia/CCO 1.0)
Un accord formel serait sur le point d’être signé par Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre prochaine au forum de la Coopération économique Asie-Pacifique. (Photo : wikimedia / CC0 1.0)

 

Au cours de ces derniers mois, le marché mondial a été relativement tendu, le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine menaçant d’éclater à tout moment.

Une entente informelle, appelée phase 1, aurait été récemment conclue entre les deux parties. Il semble maintenant qu’un accord formel soit sur le point d’être signé par Donald Trump et Xi Jinping lors de leur rencontre prochaine au forum de la Coopération économique Asie-Pacifique le mois prochain. 

L’accord

Dans le cadre de cet accord, qui a pris effet au 15 octobre, les États-Unis ont renoncé à leur intention d’augmenter les droits de douane sur des marchandises chinoises, d’une valeur de 250 milliards de dollars. En contrepartie, le gouvernement chinois a pris la décision d’acheter davantage de produits agricoles américains. Cependant : «Pékin devrait demander à Washington d’abandonner son projet d’imposition de droits de douane sur des marchandises chinoises, telles que les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et les jouets pour une valeur d’environ 156 milliards de dollars, à partir du 15 décembre. Pékin devrait également demander la suppression des droits de douane de 15 % imposés le 1er septembre sur environ 125 milliards de dollars de produits chinois», a déclaré Reuters.

Steven Mnuchin, secrétaire du Trésor des États-Unis, a déclaré que l’administration n’avait pas encore pris de décision en ce qui concerne les accords sur les tarifs, en vigueur à partir du 15 décembre. Pékin a offert d’acheter jusqu’à 40 milliards de dollars de produits agricoles aux États-Unis, et jusqu’à 20 milliards de dollars la première année. Toutefois, un tel achat est assujetti aux conditions du marché et aux cours du marché. La Chine a accepté de supprimer les restrictions existantes sur les cultures de plantes génétiquement modifiées et sur certains obstacles à la sécurité sanitaire des aliments, ce qui pourrait contribuer à accroître les exportations agricoles en provenance des États-Unis. 




« Les États-Unis et la Chine risquent de développer des relations aux relents de guerre froide », a écrit le sénateur républicain David Perdue dans un article sur CNBC. (Photo : Wikimedia/CCO 1.0)
«Les États-Unis et la Chine risquent de développer des relations aux relents de guerre froide», a écrit le sénateur républicain David Perdue dans un article sur CNBC. (Photo : Wikimedia / CCO 1.0)
 

Mais les États-Unis ne se limitent pas aux seules exportations agricoles. L’administration Trump veut que la Chine applique des lois strictes en matière de droits de propriété intellectuelle et souhaite mette un frein à ses pratiques illégales, consistant à extorquer des transferts durables de technologie et de propriété intellectuelle de firmes étrangères comme condition de leur présence sur le marché chinois.

Des questions telles que la réglementation en matière de cybersécurité, les restrictions en matière de données et les subventions industrielles sont également d’autres sujets importants pour les États-Unis, mais elles seront réservées à des discussions ultérieures.

Pour l’instant, un accord partiel devrait intrinsèquement apporter un peu d’optimisme aux marchés et aux économies des deux pays. «Bien que modeste, cet accord constituerait un premier pas important s’il était signé par Donald Trump et Xi Jinping. Il est essentiel que ces négociations commerciales se poursuivent et que des mesures plus efficaces soient prises. Si ce n'est pas le cas, les États-Unis et la Chine risquent de développer des relations rappelant le contexte de la guerre froide», a déclaré le sénateur républicain David Perdue dans un article sur CNBC.


M. Navarro a souligné que le conflit actuel entre les États-Unis et la Chine ne concerne pas seulement la guerre commerciale, mais aussi la sécurité. (Photo : Wikimedia/CCO 1.0)
M. Navarro a souligné que le conflit actuel entre les États-Unis et la Chine ne concerne pas seulement la guerre commerciale, mais aussi la sécurité. (Photo : wikimedia / CC0 1.0)

Un rival de taille

Dans une interview récente à CNN, Peter Navarro, conseiller commercial de Donald Trump, a déclaré que la Chine essayait de mettre l’Amérique à genoux. «Nous avons affaire à un rival stratégique - et il essaie de nous mettre à genoux... Nous sommes maintenant sur la bonne voie pour un accord de phase 1... Comme le président l'a dit à maintes reprises, nous pourrons ou ne pourrons pas obtenir beaucoup de choses. Nous verrons ce qui se passera», a-t-il déclaré à CNN.

M. Navarro a souligné que le conflit actuel entre les États-Unis et la Chine ne concerne pas seulement la guerre commerciale, mais aussi la sécurité. Il a donné comme exemple, le fait que chaque citoyen américain pourrait courir le risque de voir son ordinateur piraté par des agents sous le contrôle du gouvernement chinois. En ce qui concerne les protestations de Hong Kong, Navarro a assuré que le président Trump ne laisserait pas tomber cette question même dans le cadre de la signature d’un accord commercial. Le conseiller a mentionné qu'une telle idée n'a même pas été envisagée.
 

Traduit par Charlotte Clémence

Version en anglais : Phase 1 of US-China Trade Deal Looks Set to Be Signed