La guerre commerciale commence à toucher sérieusement le secteur manufacturier chinois

Le 18/06/2019
Plusieurs enquêtes montrent maintenant que des entreprises manufacturières envisagent sérieusement de délocaliser leur production en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. (Image: Capture / YouTube)
Plusieurs enquêtes montrent maintenant que des entreprises manufacturières envisagent sérieusement de délocaliser leur production en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. (Image: Capture / YouTube)

 

Pékin présente généralement la guerre commerciale avec les États-Unis comme quelque chose qu’elle peut surmonter. Soit le gouvernement chinois cache ses craintes sous une fausse bravade, soit il n’est tout simplement pas au courant de ce qui se passe réellement dans le monde des affaires. Plusieurs enquêtes montrent maintenant que les entreprises manufacturières envisagent sérieusement de délocaliser leur production hors de Chine, ce qui entraînera un chômage de longue durée et des troubles économiques dans le pays.

Sortir de Chine


Les entreprises souhaitent quitter la Chine pour deux raisons. La première est que cela leur permet d’exporter des marchandises aux États-Unis sans avoir à payer les droits de douane attachés aux importations chinoises. Deuxièmement, les relations américano-chinoises sont si tendues que de nombreux experts du marché estiment que les conflits entre les deux pays pourraient durer plusieurs années et nuire aux bénéfices des entreprises à long terme. En tant que telles, les sociétés qui avaient précédemment adopté une approche attentiste considèrent désormais les pays de l'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine comme des centres de production potentiels.

«Dans une étude récente menée par le cabinet de conseil Bain auprès de plus de 200 dirigeants d'entreprise, 42% ont déclaré s'attendre à obtenir du matériel d'une autre région au cours de la prochaine année et 25% ont indiqué qu'ils réorienteraient leurs investissements hors de Chine. De nouvelles entreprises vont probablement emboîter le pas dans les prochaines semaines après que le gouvernement Trump ait limité les relations avec Huawei, le géant chinois des télécommunications, que la Maison Blanche considère comme une menace pour la sécurité», selon le The New York Times.

Dans un autre sondage mené par Baker McKenzie, près de 93% des entreprises chinoises envisageaient de modifier leurs chaînes d'approvisionnement pour minimiser les effets des tarifs américains. Parmi ceux-ci, 18% prévoyaient un changement complet de la chaîne de production et d'approvisionnement. Le fabricant d'appareils photo GoPro a récemment annoncé qu'il transfèrerait une partie de sa production de la Chine au Mexique. Varex Imaging, un fabricant d’équipements à rayons X de l’Utah, a également lancé le processus de transfert de sa chaîne d’approvisionnement hors de Chine.

Cette évolution valide la stratégie de Trump. Pékin devra bientôt répondre aux exigences américaines en matière de politique de commerce équitable ou regarder les entreprises quitter le pays un à un. Cependant, le succès n’a pas été total alors que l’objectif de Trump était de délocaliser la fabrication en Amérique. Étant donné que la plupart des entreprises qui quittent la Chine optent pour de nouveaux centres de production pour les nations de l'Asie du Sud-Est, l'administration Trump doit définir de nouvelles politiques qui les attireront aux États-Unis.

Passage en Inde


Alors que le gouvernement américain souhaite développer des relations plus solides avec l’Inde, de nombreuses entreprises américaines considèrent l’Inde comme une alternative à la Chine. Tout comme la Chine, l’Inde compte plus d’un milliard d’habitants, ce qui offre d’énormes possibilités aux investisseurs américains. À leur avantage, l’Inde n’est pas un État autoritaire comme la Chine, ce qui signifie que ni le gouvernement américain ni les entreprises ne devraient avoir de problèmes majeurs à traiter avec le gouvernement indien.

Dans une récente interview, Mukesh Aghi, président et chef de la direction du Forum de partenariat stratégique États-Unis-Inde basé à Washington, a déclaré avoir reçu des demandes de renseignements de près de 200 entreprises américaines souhaitant établir des usines de fabrication en Inde. Foxconn, le fabricant taïwanais d’iPhone d’Apple, a décidé d’investir 300 millions de dollars américains en Inde pour la fabrication de smartphones. La société devrait commencer à assembler des iPhones haut de gamme en Inde à partir de l'année prochaine.