Elmer Yuen Gong Yi livre sa réflexion sur la nature du PCC (2)

Par Vision Times
Le 09/09/2020

Le Parti communiste chinois doit rendre à Hong Kong sa souveraineté 

 

L’industriel de Hong Kong Yuan Gongyi veut voir le Parti communiste chinois (PCC) éliminé. (Image : Secret China)
L’industriel de Hong Kong Elmer Yuen Gong Yi veut voir le Parti communiste chinois (PCC) éliminé. (Image : Secret China)

Voici la deuxième partie d’une série de deux articles sur une présentation récente de l’industriel de Hong Kong Elmer Yuen Gong Yi à San Francisco. La première partie peut être lue ici.

L’industriel de Hong Kong Elmer Yuen Gong Yi confirme qu’il n’est pas anticommuniste mais qu’il veut seulement éliminer le Parti communiste chinois (PCC). Il explique : « simplement parler sans agir pour éliminer le PCC, même si on le fait jusqu’à la fin de la génération de son petit-fils, cela ne donnera jamais de résultats », ainsi il a décidé de prendre lui-même l’initiative d’éliminer le PCC.

M. Yuen a ajouté : « Hong Kong fait partie de la Chine depuis les temps anciens. » Cette phrase a été entendue plus de dix mille fois. Il a réitéré que le PCC ne représente pas la Chine et que Hong Kong fait partie de la Chine et non du PCC, contrairement à ce que propage le PCC. Le Parti communiste chinois prétend représenter 1,4 milliard de Chinois. Cela trompe tout le monde, y compris les étrangers. Les Chinois du continent n’ont pas le droit de vote. Elmer Yuen Gong Yi a également souligné que Hong Kong appartient au peuple de Hong Kong. La Charte des Nations unies stipule que les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes et de déterminer leur propre destin, de sorte qu’il n’y ait aucun problème d’indépendance, d’appartenance et de fédération.

Le PCC a unilatéralement violé la déclaration conjointe sino-britannique. M. Yuen a déclaré qu’il entreprendrait une action pour poursuivre la République populaire de Chine et porter l’affaire devant un tribunal britannique dans un délai de deux à trois mois, afin d’obliger Pékin à rendre à Hong Kong sa souveraineté. Pékin a de nouveau perdu toute crédibilité et toute qualification pour gérer Hong Kong. Il ne fait aucun doute que Pékin ne sera pas d’accord. M. Yuen estime que d’ici trois mois, le PCC cédera à la pression et qu’à ce stade, il est temps pour lui de négocier.

 

M. Yuan a déclaré que le PCC ne représente pas la Chine et que Hong Kong fait partie de la Chine et non du PCC. (Image : Capture d’écran /  YouTube)
M. Yuen a déclaré que le PCC ne représente pas la Chine et que Hong Kong fait partie de la Chine et non du PCC. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Elmer Yuen Gong Yi a confirmé son initiative de classer le PCC comme « groupe criminel transnational » et de traduire en justice les 90 millions de membres du parti. Pour ceux qui veulent quitter le PCC, il existe un dispositif permettant de se retirer du parti et cela ne pose pas de problème. Le jour viendra où les membres du groupe criminel seront recherchés par le monde entier. M. Yuen n’est pas d’accord pour utiliser le Parti communiste pour éliminer le communisme. Il a cité Deng Xiaoping comme exemple. Bien qu’il ait vaincu le « Gang des quatre », Deng Xiaoping a ensuite causé le massacre du 4 juin. Les 100 ans d’histoire du Parti communiste ne sont qu’une série de luttes. Une faction vainc l’autre, mais à la fin, le Parti communiste est toujours là. M. Yuen a déclaré que lorsqu’un nouveau leader prend le pouvoir, les gens ont l’immense espoir qu’il sera honnête et exempt de corruption. Cependant, le PCC n’a pas d’état de droit et n’est pas soumis à des contrôles, alors comment pourrait-il ne pas être corrompu ?

M. Yuen a également souligné que Xi Zhongzun, emprisonné pendant 16 ans, était ouvert d’esprit, mais que son fils, Xi Jinping, est devenu un dictateur une fois qu’il a pris le pouvoir. Le résultat est déterminé par le régime du PCC.

Une liste des fonctionnaires de Hong Kong qui violent les droits de l’homme

Elmer Yuen Gong Yi a déclaré qu’il était en train de compiler les noms de toutes les personnes susceptibles d’être sanctionnées pour avoir violé les droits de l’homme. Ces noms seront fournis par les habitants de Hong Kong et M. Yuen leur a demandé de fournir les preuves des crimes pour les soumettre au gouvernement américain sous forme de documents juridiques. La liste actuelle comprend 18 personnes, membres du Comité universitaire de l’Université de Hong Kong. Il s’agit des personnes qui ont approuvé l’expulsion de Dai Yaoting, professeur associé à la faculté de droit de l’université de Hong Kong. Il a été condamné à 16 mois de prison pour sa participation au mouvement pro-démocratie « Occupy Central ». M. Yuen a en outre révélé qu’il dressait une liste de 2 000 policiers de Hong Kong accusés d’avoir violemment maltraité des manifestants lors du mouvement anti-extradition. Cette liste sera remise au gouvernement américain dans un avenir proche.

 

M. Yuan a déclaré qu’il compilait les noms de toutes les personnes méritant d’être sanctionnées pour avoir violé les droits de l’homme. (Image : Capture d’écran / YouTube)
M. Yuen a déclaré qu’il compilait les noms de toutes les personnes méritant d’être sanctionnées pour avoir violé les droits de l’homme. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Il espère qu’afin de contrer les violations des droits de l’homme par le PCC, les sanctions américaines intégreront différents domaines.

Les États-Unis peuvent court-circuiter le PCC à tout moment

Elmer Yuen Gong Yi, en tant qu’industriel dans le secteur électronique, a déclaré qu’il avait fait des affaires avec des entreprises technologiques de la Silicon Valley dès 1973. Il connaît également très bien l’industrie de la technologie électronique. Il a mentionné que la Chine ne dispose actuellement que de la technologie d’assemblage des produits, mais pas du coeur de la haute technologie, comme les puces, les logiciels, etc. C’est pourquoi les États-Unis disposent de nombreux moyens d’interagir avec le PCC, comme par exemple désactiver le logiciel d’exploitation en Chine. « Si vous pouvez mettre à jour le téléphone portable, vous pouvez aussi le désactiver ». Tous les logiciels en Chine utilisent le système de base de données Oracle. Si le système dit « stop », toutes les bases de données cesseront de fonctionner. Il donne un exemple : « Presque tous les ordinateurs utilisent Windows et tous les téléphones portables utilisent Apple ou Android – qui sont tous américains. Donc pas besoin de se battre, il suffit d’arrêter tous les systèmes d’exploitation, et la Chine cessera de fonctionner, surtout maintenant que la Chine utilise la monnaie numérique. Si le système de téléphonie mobile est désactivé, le PCC perdra le contrôle des habitants du pays ».

Le PCC n’a de cesse de contrôler et de manipuler le peuple. Elmer Yuen Gong Yi a cité le Falun Gong comme exemple. Le Falun Gong ne s’est jamais opposé au PCC. Cependant, juste parce que le Falun Gong prône la foi et que tellement de gens adhèrent aux principes du Falun Gong, le PCC s’est senti menacé. Le PCC persécute les pratiquants de Falun Gong depuis plus de deux décennies et c’est la cas encore aujourd’hui. Il en va de même pour les habitants de Hong Kong épris de liberté. Le PCC craint de perdre le contrôle, c’est pour cela qu’il réprime le peuple de Hong Kong.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Yuan Gongyi: The Chinese Communist Party Must Return Hong Kong Sovereignty (Part 2)

Traduit du chinois par Chua BC