Euro: une étude allemande estime à 56.000€ la perte pour chaque français depuis l'introduction de la monnaie

Le 28/02/2019

Pour les 20 ans de l’euro, un institut allemand a eu l’idée d’extrapoler où en seraient les pays européens si chacun avait gardé sa monnaie. Le résultat est étonnant: chaque Français aurait perdu 56 000€ de pouvoir d’achat avec le passage du Franc à l’Euro.

 

Selon une étude du Centre de Politique Européenne (CEP), le passage à l’euro aurait nui à plusieurs pays de l’Union européenne, dont la France. Le CEP a calculé le PIB de huit pays – la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne, la Grèce, le Portugal et l’Italie – si ils n’étaient pas passés à l’euro.

Selon les projections réalisées, l’Allemagne est la grande gagnante du passage à l’euro avec un gain de 280 milliards d’euros de PIB entre 1999 et 2017, ce qui représente + 23 1163 euros par habitant. Le pays s’est appuyé sur la stabilité de l’euro, dans la continuité du Deutsche Mark, pour exporter ses produits de haute valeur ajoutée.

Sur la même période, les Pays-Bas ont eux aussi été gagnants avec l’introduction de l’euro et plus 19 milliards d’euros de gains, ce qui représente + 21 003 euros par habitant. Les Grecs, pourtant plongés dans une crise économique depuis 2010, auraient eu un gain de + 190 euros par habitant.

La liste des perdants: la France et l’Italie bon derniers

Si l’Espagne et la Belgique n’ont pas trop vu baisser leur PIB par habitant (-5031 et -6370 euros), les Portugais ont plus fortement été touchés par la monnaie unique (-40 604 euros par personne), les deux pays les plus négativement affectés étant la France et l’Italie. Ils ont respectivement perdu 3591 et 4325 milliards d’euros sur 20 ans, soit 55 996 euros par Français et 73 605 euros par Italien.

Le CEP estime que «cette tendance montre que la France n’a toujours pas trouvé le moyen de renforcer sa compétitivité sur le marché de la zone euro. Dans les décennies qui ont précédé l’introduction de l’euro, la France a régulièrement dévalué sa monnaie pour atteindre cet objectif. Depuis l’introduction de l’euro, cela n’est plus possible». 

 

Les deux pays les plus négativement affectés par l'euro sont la France et l’Italie.
Les deux pays les plus négativement affectés par l'euro sont la France et l’Italie. 

 

Cette étude confirme ainsi ce que beaucoup d'économistes avait déjà dit: pour la France, l'euro a remplacé la variable d'ajustement d'une économie comme la dévaluation par une autre variable, le chômage... Plus surprenant est la conclusion des auteurs de l'étude concernant la France. Il est vrai que devant un bilan aussi catastrophique de l'euro pour la France, le réflexe de survie semblerait être de sortir de l'euro au plus vite.

Bien au contraire, les économistes avancent que «pour bénéficier de l'euro, la France doit absolument suivre la voie de la réforme que poursuit le président Macron». Les Gilets jaunes apprécieront. Le rêve de transformer à marche forcée l'économie française, italienne ou grecque sur le modèle allemand semble avoir encore de beaux jours devant lui.

Le Centre de Politique Européenne est un think tank basé à Fribourg en Allemagne, héritier de l'ordolibéralisme allemand né dans les année 30 dans la même ville.