Pourquoi les Hongkongais s'opposent-ils à la loi sur l'extradition

Le 11/06/2019
Le 9 juin, plus d'un million de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong pour protester contre l'approbation par le gouvernement des amendements à l'ordonnance sur les délinquants fugitifs. (Image: Capture / YouTube)
Le 9 juin, plus d'un million de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong pour protester contre l'approbation par le gouvernement des amendements à l'ordonnance sur les délinquants fugitifs. (Image: Capture / YouTube)

 

Le 9 juin, des Hongkongais ont organisé un défilé «anti-extradition». Plus d’un million de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong pour protester contre l’approbation par le gouvernement des amendements à l’ordonnance sur les délinquants fugitifs. Les Taiwanais se joignaient au peuple des Hongkongais pour les encourager, via Internet, à «protéger le dernier bastion de la démocratie en Chine».

Environ 1,03 million de personnes ont participé au défilé. Il s’agissait du plus grand défilé depuis le départ des Britanniques de Hong Kong en 1997.

En février de cette année, le gouvernement de Hong Kong a d'abord proposé de modifier l'ordonnance sur les criminels fugitifs. Des membres du secteur privé, du secteur des affaires, de la profession juridique et du Conseil législatif pro-démocratique se sont farouchement opposés à cette initiative.

La loi sur l'extradition révisée stipule que le directeur de Hong Kong «n'aura pas besoin de la supervision du Conseil législatif avant de transférer les 'délinquants' dans des juridictions non couvertes par la réglementation en vigueur, y compris la Chine continentale». Par conséquent, on l'appelle le «règlement sur l'extradition vers la Chine».

 

Le peuple de Hong Kong estime que la revendication de l’état de droit par le Parti communiste chinois n’est pas crédible. (Image: Capture / YouTube)
Le peuple de Hong Kong estime que la revendication de l’état de droit par le Parti communiste chinois n’est pas crédible. (Image: Capture / YouTube)

 

Amnesty International, Human Rights Watch et Hong Kong Human Rights Watch ont également publié un communiqué conjoint dans lequel ils déclaraient que cet amendement porterait atteinte aux garanties judiciaires initiales de Hong Kong. Si quelqu'un est extradé vers le continent, il est probable qu'il soit soumis à la torture ou à d'autres formes de mauvais traitements et à un procès inéquitable.

La Chambre de commerce de Hong Kong a également adressé une lettre au Conseil législatif de Hong Kong pour l'informer que le projet de modification de l'ordonnance sur les délinquants fugitifs présentait des lacunes évidentes. 

Le peuple de Hong Kong estime que la revendication de l’état de droit par le Parti communiste chinois n’est pas crédible. Une fois que l'ordonnance sur les criminels fugitifs aura été adoptée, «un pays, deux systèmes» n'existera plus et les Hongkongais n'auront aucune liberté de parole.

Selon Radio Free Asia, en plus des 50 groupes du Front des droits de l'homme, plusieurs organisations non gouvernementales ont également rejoint le défilé. Des hauts fonctionnaires, des juristes, des avocats et des acteurs et actrices ont également participé au défilé. Ce jour-là, plus de 3 000 diplômés d'universités de Hong Kong ont acheté une publicité d'une page dans les journaux de Hong Kong appelant à «s'opposer aux mensonges et à annuler la loi d'extradition perverse».