Le gouvernement chinois oblige désormais les Ouïghours à utiliser des meubles sinisés

Par Vision Times
Le 03/02/2020
Le peuple ouïghour est contraint de siniser ses meubles. (Image: via wikimedia CC BY-SA 2.5)
Le peuple ouïghour est contraint de siniser ses meubles. (Image :  wikimedia CC BY-SA 2.5)

 

Dans une demande pour le moins étrange, le régime chinois appelle maintenant la communauté islamique ouïghoure du Xinjiang à remplacer son décor traditionnel par un décor «sinisé». Selon certains, cela est fait au profit des entrepreneurs de la communauté Han majoritaire.

Meubles sinisés

«Les autorités de la région autonome ouïghoure du Xinjiang (XUAR) ont alloué plus de 4 milliards de yuans (575 millions d’euros environ) à la «modernisation» du mode de vie des habitants de la région, en partie en détruisant des éléments de conception traditionnelle ouïghoure, notamment des mihrabs, ou des niches ornées en forme de dôme, intégrés dans un mur ou un plafond pour indiquer la bonne direction à prendre pour prier face à la Mecque. Ceux qui ne suivent pas la directive risquent dêtre étiquetés comme des extrémistes religieux et placés dans le vaste réseau de camps d'internement de la région», selon Radio Free Asia.

Le remplacement des meubles se fait dans le cadre de la campagne «Sanxin Huodong», ou «Trois nouvelles», qui fait référence au fait d’avoir des canapés à la maison, des lits et un bureau pour les enfants. La plupart du temps, le nouveau lit attribué à une famille ouïghoure est d’abord fourni aux associés de l'État Han. Les parents ouïghours sont tenus d’inviter les associés chez eux tout en fournissant des informations sur leur vie et leurs opinions politiques. Cela se fait dans le cadre du programme «Sassocier et devenir une famille» lancé par le gouvernement du Xinjiang en 2017.

 

Certains Ouïghours sont obligés de danser lors de manifestations. (Image: YouTube / Capture d'écran)
Certains Ouïghours sont obligés de danser lors de manifestations. (Image :  YouTube / Capture d'écran)

 

Les associés sont appelés «parents» et dorment même chez les Ouïghours. Pendant leur séjour, les «parents» tentent d'endoctriner les Ouïghours sur le communisme. Dans certaines régions, plus de 80 % des foyers se sont conformés à la campagne «Trois nouvelles». Les autorités obligent également les Ouïghours à organiser des danses et d'autres divertissements dans divers lieux de la Chine. Certains ont été obligés de danser dans un temple bouddhiste. «Je peux dire que ces jeunes Ouïghours se sont sentis complètement humiliés en se produisant dans le temple. Cela ressemble à de l'endoctrinement pour eux. Les autorités s'efforcent d'éradiquer tout ce qui reste de leur foi en les forçant à se produire dans des lieux où son pratiquées d'autres religions», a déclaré une source à Bitter Winter.

La sinisation du Tibet

Récemment, le Congrès du peuple du Tibet a adopté une loi visant à l’«unité ethnique» qui devrait entrer en vigueur le 1er mai de cette année. Selon cette loi, le Tibet est une partie inséparable de la Chine depuis les temps anciens et tous les groupes ethniques du pays devraient s’unir pour lutter contre le séparatisme. Le gouvernement du Tibet en exil, l’Administration centrale tibétaine (CTA), a dénoncé la loi, la qualifiant de stratagème de Pékin pour siniser la région. 

«Ce que la Chine na pas pu réaliser au cours des soixante années doccupation et de répression, elle essaie maintenant de le réaliser par le biais dune loi répressive. La loi vise à réaliser une sinisation complète du plateau tibétain par le biais dun nettoyage ethnique. La Chine considère la langue, la religion et la culture tibétaines comme le principal obstacle à un contrôle total de la terre», a déclaré le secrétaire à l’information du CTA, TG Arya, à Business Standard.

 

Chine a adopté une loi sur l'unité ethnique visant à siniser le Tibet. (Image: wikimedia / GNU FDL)
La Chine a adopté une loi sur l’unité ethnique visant à siniser le Tibet. (Image :  wikimedia / GNU FDL)

 

Arya a souligné que le régime chinois utilisera la loi pour faciliter la migration de masse du peuple Han vers le Tibet, déclenchant ainsi un changement démographique. Le sénateur américain Marco Rubio a également critiqué la nouvelle loi, avertissant que le Parti communiste chinois visait à anéantir la culture tibétaine et que toutes les nations libres du monde devraient la condamner. Le siège du CTA se trouve à Dharamshala, en Inde, où réside également le Dalaï Lama. Il est membre de l’Organisation des Nations et des Peuples Non Représentés (UNPO).

 

Traduit par Swanne

Version en anglais : Chinese Government Now Forcing Uyghurs to Use Sinicized Furniture