La stratégie de Pékin pour Taïwan: un chef d'oeuvre d'opposition contrôlée

Le 25/08/2019
Un manifestant brandit une pancarte avec les mots "Médias rouges: quittez Taïwan!" en chinois lors d'un rassemblement à Taipei, Taiwan, le 23 juin 2019. (Image: Chen Pochou/The Epoch Times)
Un manifestant brandit une pancarte avec les mots "Médias rouges: quittez Taïwan!" en chinois lors d'un rassemblement à Taipei, Taiwan, le 23 juin 2019. (Image: Chen Pochou/The Epoch Times)

 

 

Quelques mois avant les élections présidentielles de 2020 à Taiwan, la question des relations avec la Chine continentale occupe une place importante dans le discours public, d'autant plus que Hong Kong est en proie à des troubles en raison du mépris continu du Parti communiste chinois pour l'État de droit de la ville autonome et ses exigences publiques. 

Taïwan est actuellement dirigée par le président Tsai Ing-wen du Parti progressiste démocratique de la coalition panverte. Le DPP est favorable à une éventuelle indépendance de Taiwan, tandis que le Parti nationaliste (Kuomintang), qui dirige le camp bleu, gouvernait la Chine continentale avant de la perdre face aux communistes en 1949. En tant que tel, il continue de rechercher une certaine forme de réunification. 

Selon Ming Chu-cheng, professeur émérite du département de sciences politiques de l'Université nationale de Taiwan, le PCC ne joue pas seulement le rôle de la coalition pan-bleue, que de nombreux Taiwanais considèrent de plus en plus comme un agent de Pékin, mais infiltre tout le spectre de la politique taïwanaise pour semer la discorde et paralyser les autorités de l'île.  

«La première chose que fait le PCC est de creuser un fossé entre le bleu et le vert», a déclaré Ming, s'adressant à New Tang Dynasty Television (NTDTV). «Après avoir fomenté cette division, ils se sont d'abord enrôlés dans le Kuomintang bleu pour combattre les Verts.»

Les conflits entre les deux camps ont été une source de polarisation intense à Taiwan. En 2014, la colère suscitée par la politique de conciliation du Kuomintang à l'égard de la Chine continentale a donné naissance au mouvement Tournesol, au sein duquel de jeunes manifestants ont occupé l'assemblée législative; deux ans plus tard, Tsai a été élue et investie comme première femme présidente de Taiwan. 

Ming a poursuivi en disant que non seulement le PCC s'était allié à son ancien ennemi, le Kuomintang, pour combattre les forces indépendantistes, mais qu'il avait aussi infiltré le Kuomintang, la société taïwanaise et même le DPP de l'opposition pour assurer un conflit entre les deux parties. 

«Quel est l'avantage de les voir se battre? Le premier avantage est que vous ne vous unirez pas pour traiter avec moi [la menace du PCC]; le deuxième avantage est que vos ressources seront dépensées dans la lutte», a dit M. Ming, faisant référence aux deux parties.  

Troisièmement,selon M. Ming, l'enlisement de Taïwan dans un conflit partisan peut servir à justifier la propagande du Parti communiste, qui soutient que la démocratie a apporté le chaos à Taïwan. 

«Tout le monde regarde comment beaucoup de gens du camp bleu vont sur le continent pour faire des affaires ; ils ont été achetés par la Chine continentale. Mais avez-vous remarqué que quand les Bleus étaient au pouvoir, beaucoup de gens du camp vert allaient aussi sur le continent pour affaires?» Ming a dit. «Peu importe Bleu ou Vert, ils ont tous les deux été infiltrés et achetés par le PCC.»

Subversion camouflée


Selon Ming, le PCC utilise cette influence pour que les politiciens soutiennent le PCC d'une part, et que d'autres créent des conflits politiques intenses. Cependant, peu de responsables ou de militants s'attaquent au problème sous-jacent, qui est celui de la dictature du Parti communiste et de ses stratégies très complexes pour subvertir les sociétés non communistes. 

Par exemple, selon un rapport du South China Morning Post (SCMP), le nouveau candidat victorieux du Kuomintang à l'élection présidentielle de 2020, Han Kuo-yu, est un personnage diviseur qui est à peine accepté par son propre parti. 

Han, qui est actuellement maire de la ville de Kaohsiung, dans le sud de Taïwan, a suscité la controverse parce qu'il a répondu à un journaliste ne pas être au courant des deux millions de manifestants à Hong Kong et aussi parce qu'il a rencontré les responsables du PCC chargés de faire appliquer la politique de Pékin dans l'ancienne colonie britannique lors de sa récente visite à Hong Kong. 

Selon le SCMP, Han «semble être l'un des favoris de Pékin qui, après des années d'efforts infructueux pour faire avancer ses objectifs politiques avec ses homologues de Taipei, voit maintenant une occasion de faire progresser les relations entre les deux rives du détroit avec des politiciens marginaux qui sont moins enclins à suivre la ligne de leur parti - et qui peuvent en fait se sentir moins soumis aux règles démocratiques».

Le 23 juin, des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Taipei, la capitale, pour protester contre l'influence des «médias rouges» pro-communistes. De nombreux rapports ont mis en lumière des préoccupations similaires concernant l'infiltration du PCC, que ce soit dans les médias, le gouvernement ou l'éducation.

L'ennemi n'est ni bleu ni vert, mais rouge


Dans son entretien avec NTDTV, le professeur Ming a continué à décrire la «logique ultime» de la subversion du Parti communiste : «Quand les choses deviennent encore plus extrêmes, quand vous vous battez... c'est certain que quand vous, les bleus et les verts, êtes enfermés dans la lutte, vous ne pouvez pas traiter avec moi [le PCC]»

Le Parti communiste a des dizaines d'années d'expérience dans ce qu'on appelle le travail de «front uni», qui consiste à gagner des personnes et des organisations qui ne sont pas sous son contrôle en se soumettant sélectivement à leurs intérêts. Avec le temps, il peut atteindre ses objectifs en créant une discorde dans l'environnement politique général et en détournant l'attention. 

Pendant la guerre civile chinoise (1945-1949), que le Kuomintang a perdue, le PCC a conquis de nombreux membres du personnel du Kuomintang, en plus des Chinois ordinaires, en utilisant ces tactiques de front uni. 

«Donc, si vous ne comprenez pas le PCC, vous ne pouvez voir qu'un côté de la question; si vous comprenez le PCC, alors vous voyez les deux côtés. Je rappelle souvent à mes amis du camp Bleu, qui est votre ennemi, d'après vous ? Ils disent que ce sont les Verts ; je dis, non, je dis que votre ennemi est rouge. Maintenant, pour les Verts, qui est votre ennemi ? Le Bleus ? Je dis non, votre véritable ennemi est le rouge,» prévient Ming. 

Il a continué : «Je dis que vous tous, les Bleus et les Verts, vous êtes rivaux dans le système de gouvernement constitutionnel. Mais les rouges sont l'ennemi au-delà de ce système.»