La reconnaissance faciale en Chine s’étend aux téléphones portables

Par Vision Times
Le 06/01/2020
Le Parti communiste chinois (PCC) continue de resserrer son emprise sur la vie de ses citoyens en introduisant de nouveaux outils de surveillance pour maintenir la population sous contrôle. (Image: Capture d'écran / YouTube)
Le Parti communiste chinois continue de resserrer son emprise sur la vie de ses citoyens en introduisant de nouveaux outils de surveillance pour maintenir la population sous contrôle. (Image: Capture d'écran / YouTube)

 

Le Parti communiste chinois (PCC) continue de resserrer son emprise sur la vie de ses citoyens en introduisant de nouveaux outils de surveillance pour maintenir la population sous contrôle. Au cours d’une entrevue avec Bitter Winter, un ex-employé d'une entreprise publique de télécommunications a révélé dans quelle mesure le gouvernement chinois contrôle la communication en ligne de sa population.

Surveillance des citoyens chinois

«Il n'y a tout simplement pas de vie privée en Chine. Les réseaux sociaux, les appels et les messages via les téléphones portables sont tous sous surveillance… Si quelqu'un dit quelque chose jugé défavorable au PCC, il sera puni. Chaque personne est surveillée et contrôlée sous prétexte de  «réprimer le harcèlement», a déclaré l'employé à Bitter Winter. Au sein de l’entreprise, il a travaillé dans le  service de la «censure».

L'entreprise surveille les messages et les appels téléphoniques de tous ses clients dans 31 unités administratives de niveau provincial, à l'exception de Macao, Hong Kong et Taiwan. Tous les mots prononcés ou les messages concernant la religion, la politique et d'autres sujets «sensibles» envoyés par l'utilisateur sont automatiquement signalés et les employés de l'entreprise sont chargés de les examiner. Les phrases en rapport avec la religion qui sont considérées comme un sujet sensible incluent «Falun Gong» et «Dieu Tout-Puissant».

Si un message relatif aux prélèvements forcés d'organes par le PCC sur des pratiquants de Falun Gong vivants était intercepté, des «mesures immédiates» seraient prises pour empêcher les fuites. Les personnes envoyant  des tweets, ou des messages comportant des mots sensibles les verraient automatiquement intercepter par le système et leur connexion serait instantanément désactivée. Si la personne veut réactiver sa connexion, elle doit présenter sa carte d'identité et signer une déclaration promettant qu'elle ne parlera plus jamais de sujets sensibles.

 
Pour réactiver sa connexion, la personne doit présenter sa carte d'identité et signer une déclaration dans laquelle elle s'engage à ne plus jamais parler de sujets sensibles. (Image: via pixabay / CC0 1.0)
Pour réactiver sa connexion, la personne doit présenter sa carte d'identité et signer une déclaration dans laquelle elle s'engage à ne plus jamais parler de sujets sensibles. (Image: via pixabay CC0 1.0)


De plus, la sanction peut être assez sévère si les autorités déterminent que l'individu a commis une infraction grave. Par exemple, un résident de Fujian a été arrêté à la frontière et a eu son passeport détruit pour avoir critiqué le PCC et ses dirigeants par divers moyens de communication. Son comportement a été considéré comme une perturbation de «l'ordre public» et comme une insulte au gouvernement et on l’a informé qu'il était désormais interdit de voyager à l'étranger.

La reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale va plus loin qu’un simple appareil photo, après avoir repéré un visage, elle l'identifie. Elle est capable de retrouver, à partir du portrait d'une personne, toutes les photos où elle est présente parmi des milliers de clichés. La reconnaissance faciale s'applique à la photo d'un visage. Quelques mesures sont relevées sur la photo, comme la distance entre les yeux, la hauteur du nez, la largeur de la mâchoire. Elles permettent de dresser une carte d'identité du visage, comparée ensuite avec le catalogue des visages en mémoire. Le logiciel de reconnaissance faciale calcule un pourcentage de ressemblance. S'il approche les 100 %, le visage est déclaré identifié.


La Chine a récemment mis en œuvre une loi exigeant que les personnes fassent scanner leur visage lors de leur enregistrement à un service de téléphonie mobile. La nouvelle règle, annoncée par le Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'Information en septembre dernier, vise apparemment à «préserver les droits légitimes et les intérêts des citoyens en ligne».

«Les personnes avec un nouveau numéro de téléphone pourront être enregistrées en train de tourner la tête et de cligner des yeux… Les clients des services de téléphonie mobile sont déjà tenus de présenter une pièce d'identité lorsqu'ils signent un nouveau contrat, mais ils devront désormais faire scanner leur visage afin de prouver qu’il correspond bien à celui présent sur la pièce d'identité», selon DW.

 

La loi rend la reconnaissance faciale obligatoire afin d'établir de nouveaux dispositifs mobiles. (Image: Capture d'écran / YouTube)
La loi rend la reconnaissance faciale obligatoire afin d'établir de nouveaux dispositifs mobiles. (Image: Capture d'écran / YouTube)


Les utilisateurs chinois des réseaux sociaux ont critiqué cette décision, affirmant que ces règles supplémentaires étaient une nouvelle atteinte à leur vie privée. Un utilisateur a fait remarquer qu'auparavant, les voleurs connaissaient votre nom, à l’avenir ils sauront à quoi vous ressemblez. Un autre utilisateur a demandé en plaisantant s’il était possible d’empêcher les fraudeurs de voir à quoi il ressemble.

Dans l'ensemble, le sentiment à l'égard de la loi a été négatif. Cependant, comme il n’est fait aucun cas de leur opinion dans le pays, les citoyens sont impuissants à exiger du gouvernement qu'il retire cette loi. Le gouvernement chinois vise à installer environ 400 millions de nouvelles caméras de surveillance dans le pays d'ici 2020, en plus des millions qui existent déjà.

 

Traduit par Anne Swann

Version en anglais : Saying the Wrong Word: How China Monitors Calls and Messages