Des craintes concernant le prélèvement d'organes en Chine conduisent à la rétractation d’études médicales

Vision Times
Le 15/10/2019

Quinze études médicales ont été retirées de deux revues, au cours du mois d'août, en raison de préoccupations selon lesquelles leurs auteurs auraient utilisé les organes de prisonniers exécutés en Chine.


En août dernier, deux journaux ont retiré 15 études susceptibles de révéler la possibilité que des organes corporels proviennent de prisonniers exécutés en Chine. (Photo : unsplash)
En août dernier, deux journaux ont retiré 15 études susceptibles de révéler la possibilité que des organes corporels proviennent de prisonniers exécutés en Chine. (Photo : dolgachov)
 

Les revues médicales, Transplantation et Plos One, ont retiré les études qu'ils avaient publiées de 2008 à 2014, a rapporté le blog Retraction Watch.

Selon le rapport, deux des études portaient sur des greffes de reins et les autres sur des greffes de foie.

«Il est clair, avec le recul et à la lumière des éclaircissements que le gouvernement chinois a apportés par la suite à ces pratiques, que la plupart des donneurs décédés étaient des personnes exécutées, avant la mise en œuvre par le gouvernement du don après décès (en circulation en 2010 dans certains hôpitaux et largement à partir de 2015)», a déclaré le journal Transplantation. «Cela n'était pas transparent pour les correcteurs et les éditeurs au moment de l'acceptation initiale pour la publication de ces articles.»

Retraction Watch a déclaré que les deux revues citaient un article rédigé par Wendy Rogers de l'Université Macquarie de Sydney, en Australie, et ses collègues.

L'article de Rogers a été publié dans la revue médicale BMJ plus tôt cette année et demandait le retrait de plus de 400 documents de recherche sur la transplantation d'organes en Chine, en raison de préoccupations concernant l'acquisition d'organes provenant de prisonniers.

Retraction Watch a ajouté que deux autres revues - le Clinical Journal of the American Society of Nephrology et Kidney International - examinaient également des études suspectes publiées.

 

L'une des images de diapositives utilisées dans une conférence TEDx sur le prélèvement forcé d'organes en Chine. (Image: TEDx Talks via YouTube / Capture d'écran)
L'une des images de diapositives utilisées dans une conférence TEDx sur le prélèvement forcé d'organes en Chine. (Image: TEDx Talks via YouTube / Capture d'écran)
 

Une «pratique continue» en Chine

Le gouvernement chinois a déclaré qu'il avait interdit en 2015 l'utilisation d'organes de prisonniers exécutés, mais les experts affirment que cette pratique se poursuit toujours. Non seulement ils sont convaincus que cela continue, mais ils pensent que la principale source d'organes ne provient pas de prisonniers criminels, mais de prisonniers d'opinion comme les pratiquants de Falun Gong et les Ouïghours persécutés.

Un rapport historique de plus de 700 pages réalisé en 2016 a démontré l'ampleur du prélèvement forcé d'organes en Chine. Ce rapport estime que 60 000 à 100 000 greffes d'organes sont effectuées chaque année en Chine. Parmi les données utilisées pour calculer ces chiffres, mentionnons celles sur la rentabilité des hôpitaux, les volumes de transplantation, les taux d'utilisation des lits, le personnel chirurgical, les programmes de formation et le financement public.

Des condamnations

Au cours de cette année, le Comité national républicain a adopté une résolution condamnant le prélèvement forcé d'organes en Chine, le qualifiant de violation majeure des droits humains.

«Depuis 2000, des centaines de milliers de personnes auraient été assassinées et leurs organes auraient été prélevés illégalement», stipule la résolution, qui mentionne également le jugement indépendant rendu en juin de cette année par le Tribunal pénal international pour la Chine, déclarant que le régime chinois pratique depuis des décennies le prélèvement systématique forcé d'organes de prisonniers de conscience.

Le tribunal a été présidé par l'ancien procureur chargé des crimes de guerre internationaux, Sir Geoffrey Nice QC, qui a rendu le jugement final.

«Le prélèvement forcé d'organes est pratiqué depuis des années, à grande échelle, dans toute la Chine et les pratiquants de Falun Gong ont été l'une - et probablement la principale - source d'approvisionnement en organes», a déclaré Sir Geoffrey Nice.

«La persécution concertée et les tests médicaux à l’encontre des Ouïghours sont plus récents, et il se peut que des preuves de prélèvement forcé d'organes de ce groupe émergent en temps voulu», a-t-il précisé.

 

Image fixe d’une affiche de rue du film documentaire « Hard to believe » (Image: Vimeo)
Image fixe d’une affiche de rue du film documentaire «Hard to believe» (Image: Vimeo)

 

En juin 2016, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté à l'unanimité une résolution demandant au gouvernement chinois de cesser de prélever les organes de prisonniers d'opinion et de mettre fin à la  persécution des pratiquants de Falun Gong.

Le Parlement européen a adopté une résolution similaire en 2013. Taiwan, Israël et l'Espagne ont tous interdit le tourisme d'organes en Chine.

S'exprimant lors de la publication du Rapport annuel sur la liberté religieuse dans le monde de 2018, Sam Brownback, ambassadeur itinérant pour la liberté religieuse dans le monde, a mis l'accent sur le prélèvement forcé d'organes en Chine.

«Nous partageons les informations - encore une fois, celles d'autres personnes - selon lesquelles les autorités chinoises ont soumis des prisonniers d'opinion, y compris du Falun Gong, des Ouïghours, des bouddhistes tibétains et des chrétiens clandestins, à un prélèvement forcé d'organes», a déclaré Sam Brownback le 21 juin. «Cela devrait choquer la conscience de tout le monde.»


Texte français : Charlotte Clémence

Version en anglais : China Organ Harvesting Fears Lead to Retraction of Medical Studies